samedi 23 janvier 2021

neige

 


en inuktitut
qanik est celle qui tombe
aputi est celle sur le sol
et putak est la cristalline
maujaq la décrit lorsqu'elle fait la gadoue
matsaaq lorsqu'elle est à moitié fondue
aumannaq lorsqu'elle est sur le point de fondre
illusaq est celle qu'on utilise pour construire un igloo
qannialaaq est la petite douce
aniu est celle glacée utilisée pour faire de l'eau
nilak est celle venant de la source à boire
qinu est celle glacée au bord de mer

en algonquin
on la décrit communément par kon
nawahàm indique
qu'on est pris dedans jusqu'au cou
ningwàgone indique le niveau suivant
lorsqu'on y est littéralement enterré

en huron
elle s'appelle öndinienhta

en mohawk
kaniehtaké sont ses dernières traces au printemps
tekanien'kwataséhe annonce sa tempête
ionen'kwi:seron décrit la poudrerie
et iowisontion décrit celle glacée du verglas

je vais aller voir celle du parc maisonneuve ce matin
je vais regarder sa luminosité
je vais m'aveugler de sa réflexion
je vais m'envoûter de ses mille cristaux
je vais sentir sa densité et son adhérence
sous mes skis de fonds modernes équipés
de peaux de velcro et sans fart aucun
je fléchirai selon sa porosité et sa mollesse
et je me mouillerai de son eau

je vivrai donc la neige ce matin
dans ce beau pays qui est le nôtre.


manuel sur la syntaxe des langues autochtones du canada
publié en vingt vingt par le musée canadien des langues
ici


samedi 16 janvier 2021

meilleur



hier j'ai pété une coche sur facebook
je ne suis ni la première ni la dernière à le faire
et les réseaux sociaux sont des endroits d'expression
où chacun est libre d'y publier ce qu'il veut
et où chacun est libre d'y lire ce qu'il veut

je suis habituellement respectueuse
des états d'âme de mes amis
nous ne sommes pas tous pareils et c'est tant mieux
nous vivons les événements chacun à notre façon
certains plus difficilement que d'autres
selon le contexte

mais je déteste les plaignards
ceux qui se morfondent
et dont la condition
toujours négative ou pire que celle des autres
n'est jamais le fruit de leurs actions
j'haguis ceux qui ont passé une mauvaise année
parce que c'est l'année qui était mauvaise
et qu'ils n'avaient rien à voir avec ça
rien pantoute

je suis du côté de la responsabilité des actes
de la prise en main de ses actions
je crois au destin
en le sens qu'il y a plein de choses
qu'on ne contrôle pas
mais si nous avons a à les subir
nous devons faire du mieux que nous pouvons
parce que c'est le lot de tous
de vivre dans des environnements non contrôlés

tout le monde a ses défis

pas juste vous
ni toi
ni lui
ou même eux

beaucoup diront que c'est tant mieux pour moi
que je suis meilleure que les autres
d'être toujours positive
et que c'est parce que je suis privilégiée
parce que ci parce que ça
et ils le diront sans réfléchir

et pour une fois je répondrai
pour les agacer
oui vous avez raison
juste parce que ça me fait du bien

oui

moi ça va bien
et j'aime tout

j'aime ma vie
j'aime ma ville
j'aime le télétravail
j'aime l'isolement
j'aime mon chum
j'aime mon chat
j'aime mon gagne-pain
j'aime mon quartier
j'aime l'hiver
j'aime les séries françaises
britanniques et américaines
j'aime lire
j'aime dessiner
j'aime bricoler
j'aime me lever le matin
j'aime me coucher le soir
j'aime marcher et faire du sport
j'aime ma famille à distance
j'aime mes amis en petite quantité
j'aime cuisiner
j'aime mes talents
et j'aime mes limites

oui

je suis la meilleure 

de me lever chaque matin
heureuse d'être en vie et en santé
de n'avoir mal nulle part
ou à peine avec les petits bobos à gauche à droite
que tout le monde a
du seul fait de vivre et de vieillir
ils m'empêchent des fois de dormir
mais je n'ai aucune maladie accablante
pas de migraine
pas de diabète connu
et aucun cancer jusqu'à présent

je suis la meilleure

d'entamer chaque journée avec un horaire
et le sens du devoir
avec l'énergie de celle qui va au combat
avec ma motivation intrinsèque
comme seul coup de pied dans le cul 
même si des fois comme vous
j'ai envie de faire la grasse matinée

je suis la meilleure 

de travailler chaque jour de ma vie
parce que je me suis toujours arrangée pour travailler
d'aller à l'école pour m'instruire
parce que je me suis motivée
adulte à y retourner
pour voir si je pouvais un jour apprendre autre chose

je suis la meilleure 

de m'intéresser à un paquet de choses
qui fait que je ne m'ennuie jamais

je suis la meilleure

d'être en forme physiquement et mentalement
parce que je fais ce que je peux
pour le rester
incluant du sport qui n'est pas mon fort
prendre l'air et m'informer
relativiser et échanger
pour garder un équilibre mental
alors tant que je peux en avoir conscience
je prends soin de moi

je suis la meilleure

d'avoir confiance en la vie
ce qui m'enlève la peur de décider
car je n'en crains pas les conséquences

je suis la meilleure 

d'avoir l'humilité et le courage
de recommencer au début
si j'ai échoué
parce qu'en me donnant la peine
je pense que je suis aussi capable que n'importe qui
de réussir les défis que je me fixe

je suis la meilleure 

de vivre avec un chum depuis vingt ans
parce que bien entendu
vivre à deux ne requiert aucun compromis
c'est juste une bénédiction
d'avoir pu tisser une longue relation
sans avoir connu le coup de foudre
et de reconnaître l'amour
dans le brouillard de la vie

je suis la meilleure 

de voir la beauté dans le quotidien
parce qu'il n'y a aucun autre moment
que chacun de ceux qui passent

je ne m'apitoie pas sur ce qui est différent
sur ce qui me manque ou me déplait
personne ne m'oblige à faire ce que je fais
à vivre ma vie
à faire mes choix

et si vous me dites que c'est parce que j'ai le choix
je vous répondrai
que je ne connais aucune âme autour de moi
qui soit dans la dèche
pas une

toutes les personnes que je fréquente
ont la capacité de constater 
ce qu'elles sont
ce qu'elles ont
ce qu'elles ont réalisé
et ont raison d'en être fières et heureuses

mon choix d'être heureuse
n'est ni un déni de l'existence de problèmes à régler
ni une vision tronquée de la réalité
il n'est pas non plus une question
d'être plus forte ou meilleure que les autres
et il n'est pas une question d'être privilégiée

mon choix d'être heureuse
est une simple question de survie

il est beaucoup plus facile et sain
de vivre heureux
que de vivre malheureux

et je vous souhaite de trouver le bonheur
parce qu'il est juste là.


samedi 9 janvier 2021

docteur

 


hier matin je suis allée voir mon dentiste
car même si j'ai un beau sourire
avec mes lèvres rondes
et mes perles d'ivoire bien alignées
j'ai en fait une très mauvaise dentition
depuis toujours
et un amour démesuré des sucreries

j'ai le loisir de consulter le dentiste
car depuis trente-deux ans
je paye des cotisations aux assurances collectives
de mes employeurs
ou de l'association étudiante
ce qui me vaut des centaines de nettoyages
traitements de canaux
greffes de gencives
ponts et couronnes
amalgames et implants dentaires
à une fraction du prix

depuis la chute de mes dents de lait
il n'y a pas un millimètre
de ma bouche qui n'ait été reconstruit
par la fraise ou le scalpel

mon dentiste libanais parle doucement
il m'a réparé deux dents hier
en moins de quarante-cinq minutes
sans avoir à m'anesthésier
il est doux et patient
ses mains habiles sont magiciennes
il connaît mes points sensibles
et sait à raison me réconforter en me chuchotant
n'aie pas peur monique

et quand il a fini
il me ramène à la réception
s'asseoit au bureau
et collige minutieusement ses notes
dans mon dossier qui fait deux pouces d'épaisseur

il est mon dentiste depuis quatre-vingt-onze
cela fera trente ans cette année
pour moi ça va
je n'ai que cinquante-trois ans
mais pour lui pensez-y
quel âge peut-il bien avoir

en quatre-vingt-onze
il possédait déjà une pratique florissante
au centre-ville de montréal
au-dessus d'une station de métro
et à distance de souterrain
de trois grands magasins
de centres d'achats
et d'une dizaine de tours à bureaux

je travaillais dans une de ces tours
et comme nous faisions du financement
pour les professionnels de la santé
c'était un de nos bons clients

un endetté malgré ses revenus réguliers
qui refinançait sa clinique
pour consolider des dettes

il avait une femme et des enfants
il devait avoir un train de vie coûteux
qui ne paraissait nullement
ni dans son apparence ni dans son discours

il était végétarien depuis la première heure
nous mangions souvent ensemble
un rouleau impérial dans un combo vietnamien
au foodcourt sous sa clinique
avant ou après un rendez-vous
il était patient et pédagogue
il enseignait toujours à l'udem
ses assistantes et réceptionnistes
lui étaient fidèles
et tous donnaient un service discret et impeccable

il y a plus de vingt ans je l'ai croisé un soir
au casino de montréal
alors que je sortais m'amuser avec mon chum
c'est la seule fois où j'y suis allée
mais je crois que docteur
était un régulier

c'est peut-être pour cela
qu'il travaille encore de nos jours
malgré son âge avancé

on se connaît depuis longtemps
j'étais une jeune fille au port altier
portant de petites jupes et des talons hauts
je suis devenue grisonnante
et revêts des tenues confortables
il sourit toujours avec ses yeux
et teint ce qu'il lui reste de petits cheveux
dans un brun un brin douteux

nous avons vieilli

je lui ai demandé l'an dernier
s'il pensait prendre sa retraite
et il m'a répondu que non
que le travail était sa vie
qu'il ne voulait jamais cesser

il parle encore d'opportunités d'affaires
de déménagement
de former un nouveau stagiaire
qui reprendrait tranquillement sa clientèle

des fois j'aimerais qu'il arrête
d'un coup qu'il se mette à voir moins bien
d'un coup qu'il me perce le palais
avec sa fraise dentaire
et finisse par me faire mal

cela me rend triste
il n'a pas l'air d'un homme libre
il est résigné
çe doit être terrible le combat
dans son for intérieur
il voudrait autre chose
il voudrait que ça ait bien été
qu'il ait tout payé
comme sa famille ses amis ses confrères
et pourtant
il est encore là
à travailler
à sourire

il est si gentil.


samedi 2 janvier 2021

buffle



cette semaine à l'approche du nouvel an
j'ai cherché à savoir
sous quel signe chinois nous évoluerions
en vingt vingt-et-un

c'est comme un grigri
je fais cela en mûrissant
j'aime consulter les oracles 
et relire mon plan de vie
une fois l'an

or donc
le douze février débutera
l'année du boeuf de métal
mettant fin à la tourmente
de l'année du rat de métal

ce sera une année d'ambition
et de grandes réalisations
pour ceux qui y dédieront
de la ténacité et de la persévérance
l'image de la bête de trait vient en tête
c'est toujours celle qui me ressemble le plus
travailler dur

c'est aussi une année pour fonder une famille
et s'installer plus définitivement
dans le premier cas j'ai déjà donné en termes de gosses
je vais me contenter d'élever un chaton
dans le deuxième cas
je me rapprocherai peut-être d'un des objectifs
de mon plan de vie
qui est d'avoir une terre en campagne
d'ici l'âge de cinquante-cinq ans
il me reste deux ans
ce pourrait bien être cette année

ce ne sera pas une année ambitieuse pour moi
en termes professionnels
j'ai donné à une carrière
dans ma quarantaine
la vie m'a prouvé
qu'à chaque décennie
j'ai tendance à changer d'orientation
parce que mon cerveau avait besoin
de cette stimulation
c'est pour cela que je ne me définis plus
par une carrière
mais plutôt par un parcours professionnel

je ne cherche plus à travailler comme une démone
dans un environnement professionnel
dans le seul but de gravir les échelons
d'ailleurs j'ai peur du sommet
et je n'ai pas la force de m'y rendre
alors je me concentre à bien faire chaque chose
et travailler dur
pour continuer d'apprendre et rester polyvalente
plutôt que d'acquérir la profondeur d'une spécialité
qui peut devenir caduque en un coup de vent

au sujet du plan de vie esquissé il y a dix ans
pour m'aider à prendre des décisions en périodes d'incertitudes
et pour trouver un sens à mes activités quotidiennes
j'y suis encore alignée
à quelques détails près
mais plus je vieillis
plus je m'en éloigne

ainsi
je n'ai pas atteint la cible financière
que je m'étais fixée pour cette étape-ci de ma vie
car je n'avais pas prévu il y a dix ans
retourner à l'école pour obtenir un titre professionnel
chose qui se concrétisera sûrement cette année
puisque je vais bientôt pouvoir faire ma demande de permis
pour devenir cpa en vingt vingt-et-un

fruit du travail ardu de la bufflone que j'ai été 
depuis qu'en deux-mil treize
alors que debout devant l'évier de la cuisine
je rêvais d'avoir un titre professionnel
j'ai décidé de franchir chacune des étapes
de façon laborieuse et loyale
pour enfin concrétiser ce rêve cette année
je le dis et je le répète
rien ne paye plus que d'oser
puis de continuer en travaillant fort

mon plan de vie
n'avait pas prévu non plus
que je me marie à quarante-sept ans
avec un homme de trois ans mon cadet
je me suis retrouvée dans un conte de fée
j'avais oublié d'inclure la fantaisie dans ce plan

avec le contexte du télétravail
j'ai le calme nécessaire
pour mieux sentir mon gouvernail interne
c'est lui qui me guide davantage
non pas vers une définition claire de qui je veux être
mais qui m'aide à rester centrée sur qui je suis

je pense bien pouvoir dire en mourant
que j'ai eu une bonne vie
preuve que je trouve le bonheur dans ce que je fais
dans le travail et les petites choses faites
dans les nouvelles aventures
dans les apprentissages
dans les lectures et les discussions enrichissantes

l'année du buffle de métal
continuera pour moi sous le signe positif
de la loyauté
de l'éthique
du bien faire
du bien-être
et je ne cesserai pas de grandir

bonne année à chacun.e de vous.


samedi 26 décembre 2020

cadeaux

 


je n'attendrai pas au deux janvier
pour vous faire part
des dix bonheurs qui ont fait de vingt vingt
une autre année qui a valu la peine d'être vécue

et comme on en a le droit
je vais même me permettre de les classer
en ordre de préférence

de un
de m'apercevoir que j'ai épousé
le meilleur homme qui soit
avec qui je travaille enfermée chaque jour
avec qui je fais l'amour
avec qui je mange au moins deux fois par jour
et avec qui j'ai eu la chance
de fêter un cinquième anniversaire de mariage
à coucher dans un hôtel
et manger dans un restaurant au bord du lac ontario
alors que la première vague de la pandémie reculait
et qu'on ne soupçonnait pas encore
l'existence de la seconde
avec qui je me suis confinée pendant quatorze jours
diagnostiquée positive de la covid dix-neuf
et qui a fait les courses à la pharmacie
pour l'acétaminophène puis les électrolytes
et qui a couché dans le bunker
pendant que je souillais notre lit
de sueur et de microbes
puis qui m'a emmenée voir le fleuve
du haut des collines de charlevoix
et à ras la marée dans le bas saint-laurent

de deux
d'avoir adopté à l'âge de huit semaines
le petit chat nommé bruno
né dans un garde-robe de mont-laurier
le onze avril vingt vingt
et élevé grâce aux bons soins de notre amie anouk
je n'ai pas besoin de vous convaincre
de la joie qu'il amène au palace
notre vie tourne autour de cette bête
depuis maintenant six mois

de trois
d'avoir reçu au début de l'année
la confirmation de ma réussite
de l'examen final de l'ordre des cpa
complété en septembre dernier
clôturant avec succès
trois années d'études intensives
durant lesquelles mon cerveau a été éprouvé
et où je n'ai pas eu le temps
de remettre en question mon choix de vie

de quatre
d'avoir dessiné au printemps
un début de murale collective
avec tous les membres de la famille
et d'avoir constaté le sens créatif
de tout un chacun du clan lo
ça m'a beaucoup inspirée
cette volonté de faire mieux
ensemble
et en famille

de cinq
d'avoir fabriqué pendant deux semaines
la maquette de ma maison de rêve
que j'avais dessinée il y a presque quinze ans
de la bricoler à l'échelle
et ainsi de pouvoir vivre un peu dedans

de six
d'avoir commencé à travailler entièrement de la maison
et de savourer chaque matin le déjeuner
me menant à mon bureau à la porte d'à côté
puis de revenir dans la cuisine du palace
pour le lunch
et ainsi de suite
en dansant le tango entre deux pièces
pour y accomplir des tâches 
tantôt personnelles
tantôt professionnelles
je n'ai plus jamais
depuis le seize mars vingt vingt
fait sonner un réveil-matin
ni obligé mon corps
à se lever à des heures inconcevables

de sept
d'avoir fait de la bicyclette
et des promenades
sur un sentier dans le nord
en côtoyant une rivière
et en sentant les sapins
d'avoir fréquenté les laurentides
pendant quelques week-ends
pour me remettre de l'air dans les poumons
et du ciel dans les yeux

de huit
d'avoir appris la naissance
quelques jours avant nowell
d'un autre être humain
dans un hopital transatlantique
né de l'amour improbable
de deux cyclistes se rencontrant
au faîte d'une route des pyrénées
il y a de cela quelques années

de neuf
d'avoir commencé en septembre
un autre diplôme universitaire
me prouvant que j'aime toujours étudier
et faire travailler mon cerveau
et me confirmant
que comme pour n'importe quoi
plus on en fait
plus ça devient facile

de dix
d'avoir retrouvé le jour de nowell
mon téléphone cellulaire
que j'avais cru avoir égaré
au guichet automatique de la banque nationale
ou au comptoir chez kem coba
où dans les deux cas
il aurait été subtilisé rapidement après mon passage
selon le préposé au service à la clientèle
du fournisseur que j'appelais pour faire bloquer
ma carte sim voulant dire subscriber identification module
celui-ci ne m'a pas dit
que les sièges de passagers dans les autos
rafolaient des téléphones cellulaires
et qu'ils les avalaient pour des périodes indéterminées
mais voilà
en ce vingt-cinq décembre
c'était une belle surprise de le retrouver
un simple bien matériel
plein de lithium
dont je me passais parfaitement la veille
mais que j'aimais comme un jouet

et il y a eu aussi
l'élection d'un nouveau président
plus discret que l'autre
au sud de notre frontière
il y a eu les semis et les tomates
qui ont rythmé ma vie ce printemps
un bac fabriqué dans la cour
puis transporté sur le balcon
pleins d'adopteurs de plants
il y a eu les zooms
matinaux avec les charlots
et ceux du week-end avec le clan lo
il y a eu les recettes réussies
et les recettes manquées
il y a eu toutes les glaces de l'été
même quand ce n'était plus l'été
il y a eu les colis et les livraisons
les pensées pour les amis
les amis plus proches qu'avant
que j'ai pris dans mes bras dans ma tête
il y a eu les plats à livrer à manger ici
confectionnés par les restaurateurs du quartier
et il y a eu les plats confectionnés ici et livrés là
et les trois services pour la fête de gab
que nous avons dégustés ensemble à distance
il y a eu pa' et ma'
qui étaient plus que jamais aussi proches de nous
que tous les autres membres du clan 
sur le même plan d'écran
alors que notre soleil couché brillait encore chez eux

il y a eu le repli
la réflexion et la raison
la solidarité et le courage

il y a eu l'espoir
et nous avons raison
de vouloir continuer de vivre

nous serons meilleurs encore
en vingt vingt-et-un
je serai de cette route
où vous me croiserez

bonne fin d'année les babes
restez en santé
car nous accueillerons bientôt la prochaine
ensemble

je vous aime.


samedi 19 décembre 2020

pont

 


cela fait des années
que je ne me suis pas levée
au-delà de sept heures
un samedi matin

je m'impose la matinalité
pour écrire mon billet de blogue
hebdomadaire maintenant
depuis septembre deux mil treize

que m'est-il arrivé ce matin
pour dormir aussi bien

je suis en vacances

c'est pour cela je crois

qui aurait cru
que de travailler cinq jours par semaine
dans un bureau calme de la maison
m'aurait autant épuisée
depuis le mois de mars

et pourtant
je touche déjà un peu
à la fin de l'année

avec la session scolaire terminée
et les livres rangés jusqu'en janvier
avec la fête de gabriel aujourd'hui
et le cinquantième d'yvonne lundi

cinquante
tu y penses

avec la popotte que je concocterai
dans le calme et sans presse
les cadeaux de nowell des petits
que j'emballerai demain
et les rénos que je recommencerai dès lundi
oui
c'est bien les vacances
pour me reposer
et recharger mes batteries
pour entamer la nouvelle année

je suis déjà sur le pont

à regarder de l'autre côté.

samedi 12 décembre 2020

repli


cet automne
je suis allée dans le nord
alors que le soleil se retirait
et que les feuilles de vignes
rougissaient avant de tomber
nous fermions la terrasse du palace
qui sombrait dans l'ombre
et allions voir ailleurs
si l'air était meilleur
si galarneau brillait encore

nous sommes allés faire du vélo d'abord
puis nous avons marché
sur un chemin de gravelle 
et puis un peu dans la forêt

nous y avons cherché un nid
un petit toit d'où nous pourrions voir le matin
le reflet doré du soleil sur l'eau
ou à travers les branches d'un arbre
maintenant que nous travaillons tous deux de la maison
et que pour la première fois depuis trente-deux ans
je peux considérer
passer du temps productif ailleurs qu'en ville
sans avoir à partir de montréal le vendredi soir
et y revenir le dimanche soir
en subissant la longue queuleuleu
des bolides sur la quinze

un nid calme où nous pourrions simplement nous déposer
quand cela adonne
faire un peu de route
entre deux branchements informatiques
et une bonne connexion internet
et revenir en ville de temps à autre
pour prendre un caffè
et voir à nos affaires urbaines

mais nous n'avons pas trouvé
chaussure à notre pied
mais nous avons vu les montagnes
et même une fois la neige

nous allons passer l'hiver en ville
comme nous l'avons toujours fait
au chaud du foyer du palace
avec le chaton

nous allons nous replier dans notre bunker
pour vivre en nous
et contenir les risques de contagion
de cette grippe virulente qui décime l'humanité
nous ferons notre devoir de réserve
pour préserver ce qu'il reste du bien commun

il me plait déjà d'anticiper
une longue pause pour moi durant les fêtes
où je reprendrai de mains de femme
la reconstruction de la salle-de-bain au sous-sol
pendant que l'homme-chat travaillera
enfermé dans le salon
j'aimerais aussi préparer une autre toile
pour faire une peinture
lire quelques livres dans le bain
cela va de soi
faire un zoom d'abord la semaine prochaine
pour célébrer l'anniversaire de gabriel
puis à nowell avec le clan lo
pour que les petits déballent des cadeaux
je ferai un peu de cuisine
pour le plaisir de cuisiner

je retente d'ailleurs demain
mon deuxième panettone
comme on aborde un examen professionnel
avec rigueur dans la conversion des mesures

c'est un repli sans dépit
plein de gourmandise
comme le pliage de la pâte feuilletée
remplie de beurre doux
comme la grasse matinée sous la couette
alors que l'air vibre dehors
et que l'on refuse les invitations
pour avoir tout le temps à soi

un pur délice à déguster
que je ne vais pas me refuser
un repli plein de vie
et d'envies.


samedi 5 décembre 2020

histoire


ayant vécu sur cette planète
plus d'un demi-siècle
je devrais avoir de meilleures notions d'histoire
et pourtant je n'en ai aucune

lorsque j'ai regardé le premier épisode
de the crown jeudi soir
je n'avais aucune idée
à quelle époque cela se déroulait
heureusement que je savais
que la reine elizabeth ii
était toujours en vie

en deux mil onze
en visitant la france
je me suis tapée une brique
sur l'histoire de france
et même si c'est mon pays de naissance
je ne m'y suis intéressée la première fois
que lorsque j'ai vu
la reine margot
et que je voulais savoir
où quand comment
mais surtout qui
étaient ces ducs de valois et de navarre

mais depuis
j'ai déjà tout oublié

en deux mil dix-sept
alors que nous revenions d'italie
je me suis tapée l'histoire des medici
sur trois siècles
et il était intéressant de comprendre
que durant une certaine époque en europe
se guerroyaient entre eux
des empeureurs des rois
autant que des papes

je ne pourrais plus en parler aujourd'hui
j'ai déjà tout oublié

je ne sais pas non plus parler
de l'établissement des nations autochtones
sur le continent américain
de l'arrivée des premiers colons européens
de l'immigration des loyalistes
de la rébellion des patriotes
ou du rapatriement de la constitution

et encore moins
des grandes conquêtes de genghis khan
ou des dynasties chinoises
sauf lorsque je lis un peu
suite à la visite d'une grande exposition
au metropolitan museum of art

j'ai lu les essais de l'historien et anthropologue
jared diamond
autant que ceux de l'historien
yuval noah harari
tous plus fascinants les uns que les autres

mais je demeure nulle en histoire
non par manque d'intérêt
mais par manque de mémoire

j'ai déjà tout oublié

et je ne suis pas meilleure en géographie
heureusement que l'homme-chat oui
il connaît toutes les capitales du monde
avant et après l'union soviétique
avant et après le zaïre
avant et après la chute du mur de berlin

bien sûr lorsque l'histoire ou la géographie
concernent des personnes
le tout devient plus intéressant
c'est en cela que les biographies
aident à mieux appréhender le monde
à travers le parcours d'humains
auxquels on peut s'associer émotivement

je ne comprends l'histoire et la géographie
que lorsque je les vis
à l'intérieur de moi

sinon cela reste des concepts abstraits

pour revenir au problème de mémoire
bien entendu
à force de téléverser mon présent
à tout azimut
je ne me force pas à retenir l'information
je ne la fais aucunement travailler

ma mémoire
elle ne passera pas à l'histoire!



samedi 28 novembre 2020

feu de joie

 

(c) la jeannoise


j'ai vécu beaucoup de bonheurs cette semaine
et je commence par le plus grand

hier matin je suis allée passer
ma troisième mammographie à vie
vous savez
celle que l'état québecois
offre aux femmes à mi-parcours
pour dépister un potentiel cancer du sein

et bien
je n'ai même pas eu mal
la technicienne m'a dit
on enlève le haut
là maintenant

et je me suis retrouvée les seins nus
le temps d'ôter mon gaminet de muhammad ali

j'adore passer aux choses sérieuses rapidement
pas l'temps d'niaiser comme on dit dans le nord

j'ai marché vers l'équipement de radiographie
ironiquement nommé le sénographe
il est nouveau depuis la dernière fois
et est très ergonomique
ce qui rend l'exercice relativement confortable
en trois minutes c'était fini

mon deuxième bonheur
pèse en faveur des promenades
que j'arrive à m'accorder
quelques rares fois dans la semaine
pour m'aérer l'esprit

il y a celle de mercredi matin
quand je me suis esquivée de la piscine à l'aube
et lors de laquelle j'ai sillonné mon quartier
en croisant les travailleurs de la construction évidemment
ainsi que leurs pickups dans les ruelles
et durant laquelle je suis passée devant
la nouvelle épicerie soda
à naître sur la rue beaubien
en m'émerveillant de voir
qu'il y avait encore des entrepreneurs qui entreprenaient
et qui démarraient des projets et entreprises
avec du coeur au ventre
pour faire un pied de nez à la grisaille menaçante

et vin mon lapin qui agrandit sur st-zotique
en préparation d'un éventuel déconfinement
pour accueillir suffisamment de clients
en toute sécurité

puis j'ai croisé jean-françois
qui s'en allait mettre la main aux rénovations
de la cuisine de son bistrot le beaufort
dont il dévoilait quelques jours plus tard
le nouveau logo
créé par sa douce moitié

l'art de se réinventer

cela a été dit maintes fois depuis mars
mais je le sens ici dans le quartier
dans nos veines d'humains qui faisons mieux que survivre
car il faut avancer
car nous aimons changer le monde

on dirait une annonce de desjardins
il ne me manque qu'un refrain

mon troisième bonheur si vous voulez bien

il y a ce chat
le petit
et puis il y a le grand
lorsqu'ils forment un tout qui me ravit encore

mon quatrième bonheur
fut de penser mercredi soir
à faire une fricassée pour le souper du lendemain
de me réveiller jeudi avec une envie de morilles
et de trouver
assurément
comme à chaque fois
la recette de ricardo qu'il me fallait
puis de fabriquer le mets dont j'avais exactement envie

i mean
a dream come true
ça goûtait comme dans mon rêve

cinquième bonheur
j'ai fait du qi gong jeudi midi
un collègue de travail chinois
donnait un atelier
on a suivi ses mouvements pendant une heure
et je me suis vue faire les gestes
que pa' et ma' font quand ils habitent ici
j'étais très émue
c'était comme un voyage vers mes racines
c'était comme si pa' me montrait
d'ailleurs je vais demander à pa' et ma' si ça leur dirait
de nous enseigner une routine
lors d'un prochain zoom avec tout le clan

sixième septième huitième
et neuvième bonheurs

j'ai gagné ma vie lundi
j'ai gagné ma vie mardi
j'ai gagné ma vie mercredi
j'ai gagné ma vie jeudi

c'est rare par les temps qui courent
de pouvoir travailler à temps plein
et à plus forte raison
dans de bonnes conditions

mon dixième bonheur
est sans nul doute la promesse de la neige
qui nous a montré son jupon mercredi
nous nous sommes équipés pour le ski de fond
et l'homme-chat est aussi excité que moi
à l'idée de skier cet hiver
c'est chouette de faire de nouvelles activités ensemble

bref je pète le feu

et c'est aussi grâce au bonheur sans prix
de pouvoir allumer le poêle à bois
dans le sous-sol tous les soirs

veut veut pas
la chaleur
c'est contagieux!


samedi 21 novembre 2020

barbe-à-papa


café un po di più
(c) simon lachapelle

il y a des jours où
même la majesté du palace
ne saurait enrayer
cette sensation de claustrophobie
qui monte en moi

l'hiver s'installe

on trouverait sûrement pas loin d'ici
un de mes billets du printemps ou de l'été
où je vante les vertus du cloître
et dans lequel je prétends
que je pourrais vivre en autarcie
en faisant mon pain et en mangeant mes tomates

c'était alors qu'il faisait beau
que la terrasse était ouverte sur la vie
et les fenêtres et portes béantes sur les balcons
d'où nous échangions à qui mieux mieux
avec en bruit de fond
les rires des enfants
les martèlements des piqueurs
la fureur des légumes qui poussent
le piaillement des oiseaux
les chutes des écurueils
et les sauts des chatons


c'est rendu novembre man

fuck l'autarcie pis les tomates
les fenêtres sont closes
la terrasse est rangée


j'ai sous-estimé l'importance de ces lieux de détente
que sont les cafés et les restaurants

depuis mars
je passe du déjeuner à la cuisine
au travail au bureau
au lunch à la cuisine
au travail au bureau
au souper sur la terrasse
ou depuis peu dans le sous-sol au feu
c'est beaucoup mieux que de faire tout cela dans la même pièce
mais c'est assez pour m'étouffer
entre les quatre murs de l'appartement

même si j'ai le privilège de manger
de dormir dans des draps propres
de me laver et me vêtir
même si je ne manque de rien

pour varier un peu
on a commencé à commander
des repas à emporter préparés par les restaurants
pour manger autre chose
que ce que l'on fabrique soi-même

mais au-delà du produit
il me manque d'être ailleurs

je m'ennuie de
m'asseoir après la natation
sur la banquette du café pamplemousse
avec mes amis près de moi
pour jaser autour d'un café et d'une omelette

je m'ennuie de
m'asseoir au bar du beaufort
en revenant du travail un mardi soir
de façon impromptue
et texter mon chum pour qu'il vienne me rejoindre

je m'ennuie de
donner une date à mon époux
pour qu'on lunche ensemble au centre-ville

je m'ennuie de
m'accouder au bar de nelson
et déposer sur mes genoux
ma serviette bleue carreautée
lorsqu'on arrive à obtenir une place au joe beef

je m'ennuie de
faire un léger line up le dimanche matin
près de la porte du santa barbara
alors que steven continue
d'accueillir chaleureusement ses invités
avec son accent de vancouver
en attendant de savourer le meilleur brunch en ville

je m'ennuie de
rentrer comme chez moi
prendre le caffè au san gennaro
et manger de la pizza aux patates pour déjeuner

je m'ennuie de
me faire servir avec générosité
par les italiens de mon quartier
tant à la bottega
que chez luciano trattoria

je m'ennuie des bruits d'ustensiles
dans les assiettes
de tous les bistrots et bars à vin accueillants de montréal
qui servent le coquetel et le vin
aussi bien que l'os à la moëlle
la taverne dominion
le café un po di più
l'express
le bar henrietta
vin vin vin

je m'ennuie de
m'attabler autour d'une nappe de plastique
au kam shing de la rue van horne
entourée de couples de vieux et vieilles perruquées
et maquillées au crayon bleu
et de familles de toutes les races
d'outremont et côte-des-neiges
pour manger de la soupe won ton
servie par un chinois qui parle français en ricanant

je m'ennuie des tablées de douze
chez chili
où il vaut mieux réserver en s'appelant yen
et où l'on partage en gang
l'aubergine plus relevée que la salade de patates
plus relevée que la crevette panée
plus relevée que la soupe de poisson
le tout arrosé d'une tsing tao
ou douze
et des biscuits chinois au lit

je m'ennuie de me déposer
le temps d'une tasse
d'une assiette
d'une jasette
dans un décor plus magnifique que le mien
imaginé dessiné structuré et fabriqué
par zébulon perron et ses acolytes
juste pour quelques instants furtifs

juste le temps de m'évader
de mon quotidien.


depuis mars je me dis
que les restaurants devront s'adapter
que le modèle actuel est dépassé
malgré sa grande popularité
je pensais que je pourrais m'en passer
mais je m'en ennuie
je souhaite de tout coeur
que nous puissions trouver ensemble une solution
pour que continuent de vivre ces marchands de rêves
qui nous font tant de bien

voir le documentaire chef en pandémie ici