samedi 14 janvier 2017

la vie devant soi



fréquenter l'université me donne des ailes
de l'énergie et de l'ambition
comme si j'avais vingt ans
mais j'en ai trente de plus
j'ai envie de faire des trucs
puis je calcule les étapes en blocs
de deux ans trois ans quatre ans
pour me dire que lorsque j'aurai mon titre comptable
j'aurai cinquante-cinq ans
et que je n'aurai pas encore pratiqué
puis cette envie qui me vient d'enseigner
moyennant un doctorat
qui prendra un autre quatre ans
m'amenant à soixante ans
et n'étant plus à cet âge
employable par une université
avec tous les avantages conférés
aux professeurs titulaires
puisque je serai si proche de l'âge de la retraite

bref

une chance que j'ai lu hier le billet de marc
qui se sent aussi jeune qu'un jeune
et qui me rappelle que cette fougue
ne s'estompe pas avec les années
mais rend plutôt
la vie encore plus urgente

me vient avec l'âge une certaine sagesse
qui me fait réfléchir et calculer
et qui me rappelle
que c'est bon d'avoir des objectifs ambitieux
mais que le chemin pour y parvenir est encore plus important
apprécier la qualité du chemin
faire les choses pendant que je les fais
et non afin de me rendre à destination

parce que soyons honnêtes
je risque peut-être une crise cardiaque
au local DS-4375 de l'uqam
dans les prochains mois
ou de m'endormir de fatigue
pendant un examen
quoi que cela me soit vraiment arrivé
alors que j'avais vingt-sept ans
tout est possible je ne suis plus une pousse verte

ma chère ma'
a obtenu un diplôme d'enseignement à soixante ans
elle avait travaillé en californie
comme assistante enseignante sur demande
et ça lui avait fait aimer le métier
une fois son diplôme obtenu
elle n'a pratiqué qu'un an comme professeur
car l'emploi venait avec pleins d'autres responsabilités
rendant le poste aussi administratif
que passionnant

je ne pense pas qu'elle regrette d'avoir consacré
quelques années de sa vie
à aller prendre des cours
je suis sure que non
je ne l'espère pas
et elle est encore vivante
plus que vivante
à soixante-quinze ans
même si elle ne travaille plus
s'il y a une femme qui apprécie les détours
c'est bien elle

mais bref

peu importe comment cela s'insère dans mon plan de vie
qui dit qu'à cinquante-cinq ans
je me construis une cabane dans le bois
et travaille à temps partiel
et qu'il me faille donc ramasser des sous pour ce faire
je suis émerveillée de me rendre compte
qu'on n'arrête pas de rêver
ni de se penser invincible

et que ça
c'est un maudit plan de vie
qui nous garde en vie

on peut ben mourir après.



la photo : en 2015, à l'école secondaire riverview, n.b.
la direction, les enseignants et les étudiants
ont créé une semaine thématique harry potter
et transformé leur cafétéria à l'image
de la salle à manger de Hogwarts
vidéo ici.

samedi 7 janvier 2017

hardiesse



elle nous visite plus facilement
quand on essaie quelque chose d'inconnue
plutôt que lorsqu'on essaie quelque chose
que l'on considère depuis longtemps
de tous bords tous côtés
et envers laquelle on a développé
telle ou telle crainte

comme la fois où un matin glacial
j'ai demandé à l'homme-chat
comment je partirais un feu dans le foyer
plutôt que d'attendre après lui
que ça devienne d'office sa tâche
parce que je ne l'avais jamais appris

ça impliquait nécessairement du feu
une hache pis du bois
je ne savais pas si j'avais peur
si j'allais être capable
si j'allais foutre le feu à la cabane
bref je ne connaissais aucune des conséquences
j'ai pris le taureau par les cornes
et ai appris à faire le feu dans le foyer
sans conséquence autre que de me mettre au chaud
et de maintenant savoir comment faire
et de savoir également qu'il me reste à apprendre
à utiliser une hache
à être forte pour la manier habilement

ou comme la fois où j'ai commencé
à utiliser la scie ronde
en ayant la crisse de chienne de me couper
puis j'ai appris à l'utiliser adroitement
même qu'une fois j'ai coupé son fil électrique
en la manipulant trop rapidement
ou à utiliser le banc de scie
et tous les autres équipements électriques
lourds et qui sont trop souvent représentés
dans les films d'horreur

ou la fois où j'ai parti le barbèque
ben quoi
vous faites ça fréquemment vous
moi j'ai déjà eu un chum
dont le toupet a pris en feu
en partant un barbèque quand on était jeune
la hardiesse ne revient pas si vite dans ces cas-là

la hardiesse est la chienne de la chienne
l'outil qui débarre la paralysie
elle est la fille de la nécessité
née du besoin de survie
je l'accueille toujours
quand elle se présente spontanément
et j'ai vraiment envie
de l'utiliser souvent dorénavant.


samedi 31 décembre 2016

sans modération


gerhard richter

allez hop le cadran du trente-et-un
et sur notre trente-et-un
on regarde en arrière quelques instants
en appliquant son rouge à lèvres
en relevant ses cheveux en se parfumant
un tout bref regard dans le rétroviseur
non pas pour se désoler de n'avoir pas fait
tout ce qu'on voulait faire
mais plutôt pour se féliciter d'avoir fait
tout ce qu'on a fait
et se donner un port altier
pour continuer la danse

pourquoi le trente-et-un décembre
plutôt que le vingt-trois mai

parce qu'on est la plupart d'entre nous en congé
reposés de deux ou trois jours de flottement
entre nos activités frénétiques qui ne donnent pour souffler
que quelques jours en été où il fait trop chaud pour penser
en décembre au moins avec la neige
qui nous aveugle de bonheur
qui nous pousse au cocon du foyer
et du chocolat chaud au rhum
ah oui ce cocon-là
on a le loisir d'errer entre deux oreilles un duvet et un oreiller
des fois entre bras jambes et corps chauds
mais on erre
certes

rétroviseur du fierce and glamourous
édition deux mil seize
quand j'avais des idées que j'ai quelque peu réalisées

lire chaque soir
   oui pas mal réussi et près de trente titres dévorés
courir avec un plan
   troqué un vingt-et-un kilomètres en avril pour un cinq
   et couru un vingt-et-un en septembre
   ramassé des fonds pour la fondation alpha en promettant
   que je mettrais mes runnings
   j'ai à peu près pas menti
boxer au mushin
   pas pantoute
   ce fut la première envie qui soit tombée à l'eau
   et celle qui me révélait ma fatigue nouvelle
   de cet état de préménopause
   dont je vous reparlerai un autre tantôt
   pas maintenant parce que c'est fucking dull
nager avec les charlots
   je paye mon abonnement mais je ne nage pas
   mon état fucking dull susmentionné
   me fait passer tout droit chaque jeudi
   lorsque mon réveil sonne à cinq heures
   jeudi le douze janvier deux mil dix-sept
   m'as le mettre à cinq heures et cinq
   voir si ça fait une différence
étudier un cours par session
   ah oui maudine
   après avoir abandonné
   mon cours du mercredi soir en janvier
   parce que mon esprit n'avait plus d'espace pour réfléchir
   j'ai pris les grands moyens
   et suis retournée étudier à temps plein en septembre
   ah ça oui donc
travailler en trouvant l'impact
   je pense l'avoir trouvé et ça m'a fait changer de voie
   j'ai envie de collaborer avec les toutes petites entreprises
   les entrepreneurs les travailleurs autonomes
   dans un quotidien plus concret
dormir en me couchant
   je ne sais pas pourquoi j'ai pris cette résolution
   je n'ai tellement aucun problème avec le sommeil
cuisiner une fois par semaine
   c'est fou de penser qu'au début de l'année
   je ne pensais pas cuisiner une fois par semaine
   i've come a long way baby
   c'est maintenant au moins trois fois par semaine
   avec appétit et plaisir
manger mieux dont des légumes
   ben oui en cuisinant c'est tellement plus probable
   et je ne peux pas m'acheter de friteuse d'accord
   okay je ne ferai pas de poutine maison
écrire le blogue
   j'ai pas lâché
   je pense avoir écrit mon trois centième dans l'année
bénévoler qui n'est pas un mot
   oui j'y étais encore pour la fondation pour l'alphabétisation
   j'ai été sacrée vice-présidente du conseil d'administration
   et je suis très fière de la direction que prend cet organisme phare
aimer en le disant et en voyant mes kids plus souvent
   ben ça t'sais c'était une maudite bonne idée
   et faut que ça soit ongoing
méditer chaque jour
   je l'avais oublié jusqu'à ce que mon abonnement
   se renouvelle automatiquement
   et que se débite mon compte de crédit
   j'ai alors renoué avec andy puddicombe et headspace
   pour le meilleur et pour le pire

et puis j'ai aussi fait d'autres choses
je me suis mise à apprendre l'italien
en tapant sur mon téléphone et conversant avec duolingo 
j'ai recommencé à voir des amis et je continuerai à le faire
j'ai eu quatre-vingt-treize après avoir eu cinquante-quatre
j'ai quitté un emploi bien rémunéré
et signé mon premier contrat de consultation
j'ai couru six fois aller-retour de chez nous à la croix du mont-royal
vous l'avez vu me suis prise en photos
j'ai visité londres
j'ai fabriqué un banc en bois
je me suis immatriculée
j'ai pris une semaine de vacances
et deux mille huit cent dollars
et me suis payée la méga conférence c2mtl
j'ai roulé en bixi
j'ai gardé mon neveu
je me suis ouvert un compte instagram
un uber et un téotaxi
j'ai utilisé facetime facebook live et les moments d'instagram
j'ai payé sans le savoir l'app' de musique sur le iphone
puis me suis désabonnée sans broncher
j'ai obtenu mes récompenses de points
de mes cartes de crédit
j'ai appris tellement de choses
je me suis louée un casier à l'université
j'ai mangé dans ma cuisine face à l'orignal rouge de riopelle
j'ai fait des soupes ramen
et des biscuits de nowell

et demain
je vais continuer à faire tout cela
en appliquant une attention particulière
au ciel et à la couleur des yeux de mes interlocuteurs
comme je fêterai mon premier demi-siècle
un grand demi-siècle à me préparer pour le second
je me réserve de nombreux plaisirs
je vais essayer de chantonner en marchant
je vais écrire un livre
parce que c'est fini les chichis
parce que j'ai envie de raconter des histoires
je vais faire quatre cours d'université
et quelques autres aussi
et j'ai envie d'oeuvrer socialement
comme ce sera la dixième année du blogue
je pourrais en faire imprimer un recueil des best of
si j'ai assez d'argent j'irai manger la pasta à roma
et visiter les uffizi à firenze
j'ai envie de cuisiner pour les autres
je pourrais possiblement conclure mon premier cycle
en comptabilité et signer un diplôme de plus
je les aime ces trophées vous savez
sans eux nul besoin de me faire bouger
j'ai envie d'aimer de me promener
de rouler
de courir
de nager
d'embrasser
de manger la neige

et je vais continuer à vous partager
mes pérégrinations
car j'aime vous lire me dire
car je vous aime
et je vous souhaite la plus belle des deux mil dix-sept
qu'elle vous soit heureuse
et profitable

tchin tchin cawlice!

de gerhard richter grand peintre allemand
qui brosse la réalité mais jamais comme les autres
avec un autre regard
il frotte il gratte il repeint
il tourne les pages mais jamais brutalement
couche après couche
pour faire ressortir une autre vérité.

samedi 24 décembre 2016

clé de voûte




la clé de voûte soutient les cathédrales
sans elle tout n'est que chateaux de cartes
en banques la voute contient le trésor
quand tu n'as pas la clé
tu tournes autour tu fais la danse du soleil
tu gruges ton frein tu pries
mais tu n'as pas accès au trésor
la clé de voûte
c'est le sésame de la caverne

quand j'ai recommencé l'université
il y a plus de vingt ans
j'ai tranquillement acquis des connaissances
qui ont consolidé mes apprentissages empiriques
pris sur le tas sur le marché du travail
de temps à autres j'avais des wow
des illuminations de compréhension
non pas que je venais de comprendre ce que j'entendais
en classe en atelier ou en conférence
mais que je venais d'associer un concept
avec quelque chose que je faisais par mimétisme
depuis des années
que j'en comprenais l'entièreté

ces flashs me sont arrivés
sans arrêt tout au long de ma vie étudiante
et de ma carrière professionnelle
ce sont des sensations très enrichissantes
comme de posséder tout d'un coup le pouvoir
d'appréhender le monde plus intelligemment
de comprendre soudainement les faits d'actualités
avec leurs tenants et aboutissants

depuis mon retour à l'école à vingt-huit ans
je n'ai jamais arrêté d'encourager
mon entourage à en faire autant
je recommande l'acquisition de connaissances théoriques
dont peu sont capables de se doter de façon autodidacte
parce que les fondements théoriques aident à comprendre

et quand on comprend
on opère plus rapidement
que si on attendait d'avoir acquis
la connaissance empirique

c'est pour ça que le médecin va à l'école
apprendre la chimie la biologie
la biomécanique le fonctionnement corporel
non comme une mécanique
mais la théorie des liens et les causalités
pour pouvoir solutionner de nombreux problèmes
avant d'en avoir lui-même fait l'expérience

l'écriture depuis les grecs
a permis le legs de la connaissance et de la science
profitons-en
nous n'avons pas besoin de recommencer
à trouver le moyen d'allumer le feu dans le bois
on nous a montré comment
on sait faire

dans mon domaine professionnel
où on lit des chiffres comme l'histoire d'une entreprise
où on les interprète comme des résultats
des rendements et des performances
il est essentiel de comprendre
pour avoir une vue d'ensemble
malheureusement très peu de gens de l'industrie
ne continuent à se former
et en près de trente ans de carrière en financement
j'ai côtoyé une majorité de collègues
qui ne se sont jamais recyclé
qui ont appris leur métier sur le tas
qui ne comprennent que la partie de travail qu'ils font
et qui la font souvent bien car ils la répètent
comme une recette maintes fois exécutée
mais dès que la formule change
ils sont dépourvus
et ils n'arrivent plus à se situer
dans le contexte changeant

dans un mandat hier
j'avais décidé de prendre en main
un problème qu'une jeune collègue
tentait tant bien que mal de résoudre
il manquait treize millions en financement
qui avait disparu d'un rapport à l'autre
elle avait posé des hypothèses
et demandé à un spécialiste des données
de lui expliquer les écarts
sa patronne devait rendre des comptes
sur les écarts budgétaires
ne connaissant ni d'ève ni d'adam
les différentes caractéristiques du produit
qu'elle tentait de réconcilier
elle n'a travaillé qu'avec sa propre hypothèse

quand j'ai repris le problème
mon esprit a su tout de suite que c'était réconciliable
on sait tous que les rapports sont issus de données
et on sait que rien ne se perd rien ne se crée
j'ai donc ignoré son hypothèse
et abordé le problème avec une autre clé
j'ai trouvé le treize millions
et il n'était pas manquant
il était sous ses yeux
mais comme elle ne savait pas comment chercher
elle ne l'a pas vu
ça m'a pris quatre heures
et j'ai foré j'ai dessiné
j'ai calculé à la main
là où elle pensait que c'était impossible
j'ai trouvé la clé de voûte

l'expérience nous dit qu'il n'y a rien d'extraordinaire
ou de dramatique dans la vie
il faut juste comprendre
ça a l'air simple dit ainsi
mais je vous jure
que la somme des connaissances théoriques et pratiques
accélère énormément la résolution de problèmes

quand vous doutez de votre valeur
et attendez de vous décrocher tel ou tel mandat
n'hésitez jamais à aller prendre des cours
lire des livres théoriques
parce que c'est toujours gratifiant
de pouvoir dire
que vous avez retrouvé le treize millions
et fait cesser la panique là-bas en haut
dans les grands bureaux

ah oui
et autre chose
il arrive des fois que vous ne déteniez pas la clé à un problème
ça m'arrive fréquemment
quand vous pensez en avoir fait le tour
mais sans résultat concluant
confiez-le donc à quelqu'un d'autre
souvent il s'agit qu'il soit adressé d'un autre point de vue
sous un autre angle
pour que la clé ressorte.

samedi 17 décembre 2016

séance tenante



quand ma chumette m'a rappelé
sa liste de to do de deux mil seize
et par ricochet la mienne
celle-ci n'incluait pas de passer mon samedi
à écrire deux examens de fin de session
qui me stressent encore plus
que de faire un discours
devant trois cent personnes
ou une présentation
à un comité de direction de la banque
lundi matin à sept heures

mais je n'ai pas encore fait le postmortem
de mon année deux mil seize
cela viendra en temps convenu
dans une à deux semaines
après sapin boustifaille et famille

mais sans ma chumette
je n'y aurais probablement pas pensé
à ce comparatif de mes objectifs
sans les gens qui m'entourent
je ne penserais pas à autant de choses

alors que ma vie semble dictée
par mes intérêts mon plan et mes convictions
elle ne se réalise pas moins
grâce à mes interactions sociales

ainsi je ne deviendrais pas ermite
je pense l'avoir déjà dit maintes fois
car je me priverais non seulement
du grand bonheur de l'amitié
mais également des réflexions précieuses
et de l'inspiration
que mon entourage m'apporte

d'abord l'homme-chat qui me remet toujours
sur le droit chemin
qui connaît mes ambitions
mieux que moi-même
et alors que je m'égare en planifiant
accepter un mandat pénard cet été
entre deux sessions de cours
il me rappelle que je devrais plutôt en profiter
pour tester mes stratégies et développement d'affaires
à mon propre compte
ah oui au fait
c'est ce que j'avais choisi de faire

l'homme-chat quel bonheur
est ce sounding board quotidien
d'une richesse inégalée

et tous ceux que je rencontre
pas nécessairement pour parler
des fois pour courir
pour m'entraîner pour traîner pour explorer boire et manger
tous et chacun m'aident quotidiennement à grandir
ils me défient et montent la barre
m'aident à fixer des objectifs
me donnent leur point de vue leur expérience
souvent ils ne savent pas
comment ils m'influencent
ma' mes frère et soeur et mes fils tout autant
mon coach de course ma coach de course
mes profs mes chums de nage quand j'y vais
mes amis dans les affaires
les membres du conseil les employés de la fondation
mes patrons mes collègues
tous sont les ingrédients de ma réflexion

autant sur les réseaux sociaux
que dans la vraie vie
j'ai la chance d'être directe et ouverte
et de recevoir aussi directement
on me remet des fois à ma place
on me questionne
et ça m'aide à penser

ces échanges dans la vie sont pour moi primordiaux
et peu importe la tribune qu'ils utilisent
il me permettent toujours d'agir séance tenante.


samedi 10 décembre 2016

bloc lego



jeudi chumette iz et deux autres amies
ont relayé ce clip de prince ea
qui encapsule un message
que je porte au fond de mon coeur
depuis fort longtemps

become your dream

je n'ai pas intitulé ce billet ainsi
car j'en ai un autre du même nom
datant de septembre deux mil quinze
où j'énumère de nombreuses personnes
qui m'inspirent à faire de ma vie
quelque chose de beau et de grand

become your dream
est un slogan créé par james de la vega
artiste new yorkais
qui avait pignon sur rue
dans le east village
au début des années deux mille

j'en parle car ce slogan qui m'a marquée
était sa façon à lui de changer les choses

become your dream
ce n'est pas tant de tout crisser là
tomber s'a tête et revirer sa vie
de cent quatre-vingts degrés
ce que j'aime dans le clip de prince ea
c'est qu'il soupçonne que chacun est né
pour accomplir quelque chose
que nous avons tous un talent certain
à mettre à profit

become your dream
se laisser envahir de sa mission
non ce n'est pas ésotérique
sinon quoi

sinon on naît pour manger
boire travailler faire du feu
baiser pis mourir

nah

on naît pour perpétuer l'humanité
un humain à la fois
comme des blocs lego
qui s'imbriquent l'un dans l'autre

chacun apporte sa contribution à l'humanité
la charge n'est pas lourde
on ne parle pas de la quête du st graal
on parle des gestes que l'on commet chaque jour
de la bonté
des choses que l'on sait faire
et qui sont utiles à tous
on parle des savoirs précis
qu'ont nos professionnels
qui nous apportent la technologie
la science les lettres les arts le vin le goût
on parle des grands progrès humanitaires
qui ne sont pas le fait du destin
mais bien des gestes humains

c'est à notre mesure
un petit quelque chose
un petit degré à la fois
même si on ne trouve pas
c'est de savoir qu'on est à la bonne place
qu'on fait les bonnes choses
qu'on n'est pas ici pour passer le temps
gaspiller une vie si précieuse
à baisser les bras ou à attendre

je trouve ça vraiment beau
de me savoir utile
ça donne envie de vivre.


samedi 3 décembre 2016

la vache!



elle considérait un changement de carrière
parce qu'il lui restait certainement
trente ans
à produire

c'est moi qui ai complété la phrase
avec le verbe
produire

aussitôt prononcé
j'ai eu honte en silence
et j'y ai réfléchi dans mon for intérieur
en dévalant le chemin olmsted du mont-royal

produire
un peu comme la vache à lait
la laitière que l'on trait
jusqu'à épuisement des stocks

produire
comme dans les années de récolte
les années où notre valeur marchande
est la plus élevée
où on est à l'apogée de notre carrière
de notre capital
celles que j'appelais récemment dans ma vie
les années à bâtir

je ne l'ai dit à personne encore
vous êtes les premiers à savoir

mais j'ai honte de gérer ma vie
comme une entreprise
avec un cycle de vie
même si heureusement elle ait une date de péremption

toute ma rhétorique est gestionnaire
je suis productive
je suis rentable
je vaux tant
mon coût d'opportunité est élevé
ou il est nul
je suis mes objectifs
et je prends des décisions stratégiques

bref

je ne débattrai pas aujourd'hui
de la manière dont j'occupe mes jours
la planification me sert bien
c'est le contenu que je change

car depuis quelques mois
je pense que je ne veux plus produire
produire dans le sens managérial
avec efficience et efficacité

produire qui n'est pas l'équivalent
de contribuer

de faire de fabriquer de concevoir de créer
de mettre la main à la pâte

je ne veux plus produire
uniquement pour générer des revenus
pour mener ma vie et occuper ma place dans la société
en gagnant des sous
en contrepartie de mon temps mes efforts
mes compétences
pour m'acheter une place en dépensant à outrance
en gaspillant même si
je faisais rouler l'économie

j'existais parce que je travaillais
et que je consommais

aujourd'hui
j'ai envie de contribuer
en faisant
en étant là sur le terrain
avec les gens qui font
en fabriquant en concevant en créant

en travaillant autrement
pour que mon labeur soit plus concret
qu'il laisse une trace dans l'univers
j'ai envie que mon rapport à la vie
soit plus direct
et sans intermédiaire
qu'il fasse une réelle différence
dans ma communauté
auprès des gens qui se débrouillent
qui ont des idées et qui ont du cran

j'ai envie de faire
pour bâtir autre chose que des réer

parce que moi aussi
il me reste au moins un autre trente ans
à contribuer.

samedi 26 novembre 2016

équilibre



jeudi matin
couchée sur la table de massage
j'avais une conversation riche
avec ma masso

nous parlions de l'instinct de conservation
et le besoin d'être bien
qui nous font prendre
les grandes décisions dans la vie

ce ne sont ni l'audace
la détermination ou la ténacité
qui forcent les changements
celles-ci ne sont que des atouts nécessaires
pour les opérer

le changement est dicté par un besoin
besoin d'équilibre
besoin de ressourcement
besoin d'accomplissement
besoin d'enrichissement

n'allez pas penser
que les gens qui changent plus souvent
soient plus bold
que ceux qui semblent plus stables
ils sont juste plus facilement insatisfaits
moins tolérants dans leur situation
moins patients

oui c'est vrai
ils sont peut-être plus à l'écoute
de leur coeur et de leurs tripes
ils recherchent l'accord avec leurs valeurs
et ils ont suffisamment confiance en eux
pour aller les retrouver ailleurs

ils se sauvent

je suis de celles qui se sauvent
dès que ça fait mal à l'intérieur
quand le néon et le centre-ville
me donnent la nausée
il faut investiguer

mes tripes et mon irritabilité
sont les premiers symptômes
d'un déséquilibre
entre ce que je fais de mes journées
et où mon coeur veut se poser
mon esprit le sait rarement clairement
alors je dois écouter

c'est toujours après avoir pris une décision de changer
que je comprends ce qui n'allait pas
et je me retrouve alors pour un moment
dans cet état de plénitude
recomposée

je ne suis pas bold ni audacieuse
mais je suis à l'écoute

le malaise vient au bord de la falaise
pour se recentrer
il faut sauter
entre les deux
il y a le vertige
et c'est bien normal

donc quand on a le vertige
quand on a peur
c'est parce qu'on est sur le point
de faire un grand changement
un changement qu'on ne sait pas encore
nous mène vers un meilleur accord.

samedi 19 novembre 2016

rituels



bientôt quelqu'un me demandera
quel est mon rituel beauté
ce que je mange pour être en santé
quelle est ma routine pour garder mon énergie

ceux qui me connaissent savent
que je me bats quotidiennement
depuis deux ans pour ménager mes énergies
et continuer mes nombreuses expéditions
que j'ai de plus en plus de misère
avec les habitudes d'exercices physiques
et caetera mais bon
ma vie est pleine de rituels

loin d'haïr la routine
j'adore les rituels qui ancrent
le temps le rythme du quotidien
je déteste la surprise
je suis candidate pour une crise cardiaque
chaque fois que le téléphone vibre
ou que la sonnette retentit

j'aime les rituels donc
et comme ils sont routiniers
je vous en énumère quelques-uns
qui font partie de mes plaisirs
pas dull pantoute
je vous jure en passant
que je ne les accomplis jamais dans la torpeur
mais avec le plus grand des plaisirs

au matin les rituels s'enchaînent
comme une orchestration mille fois pratiquée
je me presse un demi-citron
que je mélange à un verre d'eau de montréal
je bois cela le temps que cela me prend
pour ranger la vaisselle qui traine
dans le séchoir et le lave-vaisselle le cas échéant
s'il y en a une proche
je lave et mange une pomme

la salle de bains est l'endroit
du rituel féminin
aussi simple soit-il
il demeure sensuel en tous points
dans la douche je me lave les cheveux avec vigueur
je pense que ça remonte
à mes années de fumeuse
je les couvre ensuite de conditionneur
et me fais un chignon noué
qui durera le temps de la douche
je me savonne en terminant par mon visage
que je lave avec un savon différent
en faisant plein de mousse
dans mes oreilles et de la friction sur mes joues
je rince le tout
essuie l'eau sur les carreaux et la vitre
m'essuie le corps
et noue ma serviette autour de mes cheveux
je me parfume les poignets
et avec eux je touche l'arrière de mes genoux
et les côtés de mon cou
tom ford embaume alors
et je me réveille femme
je me crème des pieds aux épaules
je m'habille
je me brosse les cheveux humides
je me crème la face
je remets mes bagues

je déjeune en lisant mon devoir du jour
peu importe ce que je mange
je le fais suivre de mon allongé du matin
je fais les mots croisés
je mange mes vitamines
calcium canneberges et vitamine c
je fais la vaisselle
je passe la soie dentaire
je me brosse les dents

je suis partie pour la journée

pas de radio pas de télé
toujours l'ordi

tous les dimanches je lave
ma cafetière espresso automatique
dans un lavabo plein d'eau savonneuse chaude
et avec mon petit pinceau

quand je passe la balayeuse
je commence toujours par le petit tapis du salon
puis j'aspire le sofa
pour enlever les poils de chat
et ensuite lentement
le reste de la maison
pour terminer avec une huile murphy
sur le plancher de bois
pour me récompenser

je prends toujours les marches
pour descendre dans le métro
et je prends toujours l'escalier roulant
pour sortir du dernier métro de la journée

je sors le recyclage et les produits compostables
le lundi soir sans faute
et les ordures le mardi soir
sans manquer de me demander
comment nous faisons pour tant en générer

le soir venu
alors que je suis déjà couchée
à lire ou à dormir
l'homme-chat vient me voir
avec le bébé chat pour qu'il me souhaite
bonne nuit
nous passons alors
cinq minutes de grande tendresse
à faire des câlins au minou
pendant qu'il ronronne sur la couverture
puis on le renvoie garder la maison pour la nuit

entre les rituels du matin et ceux du soir
mille choses se seront passées
certaines avec précision et savoir-faire
et d'autres en total désordre et inefficacité
rares sont celles qui me font de la peine
j'y trouve toujours grand plaisir

ma vie est emplie de ces gestes que j'aime
qui ponctuent le temps
qui ne servent à rien devant l'éternité
mais qui annoncent la vie
la mort
les anniversaires

ils ont cette qualité transcendante
de nous faire faire et exister.

samedi 12 novembre 2016

pollinisation



cette semaine nous a démontré
à quel point nous avons été surpris
par le comportement d'autres humains
atterrés nous avons essayé de comprendre
alors qu'il aurait fallu à tous comprendre et agir
depuis plus longtemps
nous sommes séparés
il faut pourtant écouter

je suis la première coupable
de rester dans ma caste
je pense être ouverte d'esprit
mais je reste parmi les miens
ceux avec qui je partage des intérêts
ceux qui me permettent d'avancer
mais pas nécessairement d'évoluer
en tant qu'être humain

heureusement
je sais lire écrire échanger
et assister à des conférences

je me fais donc durement réveiller
en me faisant dire qu'étant privilégiée
et née du bon bord de la planète
je doive m'ouvrir et faire ma part

et c'est très bien ainsi

mardi matin
alexandre taillefer critiquait légèrement
le système d'éducation qui à son avis
créait des strates d'élites académiques et de recalés
à cause du seul système d'évaluation
basé sur l'acquisition des connaissances
et ces étudiants occuperaient possiblement
des milieux sociaux différents
quelques années plus tard
il favorisait plutôt la pollinisation
entre tous les étudiants
chacun ayant à apprendre des autres
il n'avait pas la solution au problème
mais il m'a fait imaginer si cela m'intéressait
de passer du temps avec des personnes
ayant des difficultés d'apprentissage

dans ma vie d'aujourd'hui
je suis trop occupée de moi-même
pour m'occuper des autres
ce n'est pas une métaphore
c'est vrai et je me multiplie par
cinquante millions pour illustrer comment
notre société peut rapidement se foutre
de ce qui se passe ailleurs
si ce n'est que hors de la petite italie
à brossard ou dans l'état voisin
sans compter montréal quand on vit à new york
et penser que la rust belt a juste
à s'adapter et s'ubériser

jeudi matin geneviève
nous indiquait avoir la veille travaillé dur en équipe
dans le milieu communautaire
et avoir passé la soirée dans une faune fortunée
et comment elle aimait cette diversité sociale

moi aussi j'aime ça
mais quand je sers des repas à la mission old brewery
j'aime également quitter les lieux
une fois la tâche terminée
je ne pourrais pas passer mon quotidien
à aider les familles défavorisées de laval
comme ma chumette julie

hier fabrice vil écrivait dans sa chronique
qu'il allait chercher à comprendre
ceux qui ne sont pas d'accord avec lui
il mentionnait qu'un youtubeur
était allé cette semaine en floride
assister aux élections américaines
avec les fans de donald trump
pour aller voir du monde qu'il ne comprenait pas
pour aller les écouter

je ne me fais pas du boboshaming
je fais de la prise de conscience
il faut que je sois plus ouverte sur le monde
pour laisser tomber mes préjugés
il faut que je fasse encore d'autres pas
pour m'ouvrir les yeux
et aider comme je peux

comprendre est un premier pas
polliniser et se faire polliniser
est l'idéal.