samedi 4 avril 2020

rebondir



à l'heure où la russie engrange son blé
et le vietnam réserve son riz
pour faire face aux éventuelles pénuries

je me dis que je vis à une époque formidable

en si peu que cinquante-deux ans
j'ai connu les fax sur papier thermal
qu'on devait arracher soi-même de la machine
j'ai connu les imprimantes à papier perforé
j'ai connu les dactylos et les traitements de texte
j'ai connu les caméras argentiques
avant qu'elles redeviennent à la mode
j'ai connu lotus avant excel
j'ai blogué puis facebooké
et je rencontre maintenant
les proches et les moins proches
en vidéo-conférences gratuites

mes données personnelles et ma vie privée
sont disséminées dans la galaxie virtuelle
et mon visage est pixellisé
dans tous les serveurs nuagiques
ma vie est formattée
en fonction des offres virtuelles
qui répondent à chaque lettre que j'inscris
de mes doigts agiles sur un écran tactile
ou un clavier qui fait tic tic

je me rappelle de mes premières olives noires
ainsi que de ma première cuillerée de vinaigre balsamique
comme des délices exotiques venus de loin
et le pesto et les noix de pins
puis j'ai mangé de la crème brûlée
jusqu'à en vomir
j'ai trouvé la crème trente-cinq au supermarché
et j'achète ma pancetta et ma burrata
au rayon des denrées essentielles chez milano
j'ai bu du baby duck
et je bois maintenant du vin orange
qui se fait depuis des siècles dans les balkans
et que les ontariens du lac
ont repiqué en fabrication biologique

mais je me souviens aussi
avoir vu enfant la crème se faire baratter
pour devenir du beurre
je me souviens avoir mangé le beurre salé
à la cuiller lorsque j'étais petite
j'essaye de faire pousser des tomates
et je sais maintenant aussi
comment faire renaître des oignons verts
et du céleri à l'infini

et ce qui est fantastique aujourd'hui
alors que l'économie est à un point tournant
et qu'on assiste en accéléré
à une déflation planétaire
est que je devrais probablement
me mettre à manger des grillons
si je survis à cette pandémie

alors que certains en sont
à essayer de sauver le restaurant du coin
en commandant des plats à emporter
ou trouver la façon de se faire livrer sans délai
et en toute sécurité le dernier gadget
ou le vêtement d'auto-défense pour usage intérieur
ou à rêver du voyage en gaspésie
en août septembre octobre ou décembre
dès que les drapeaux rouges seront levés
pour repartir ainsi une deuxième vague épidémique
je pense que j'ai enfin ma chance
de changer de mode de vie

car le coronavirus est un fait exclusivement humain
annonçant la chute de notre empire moderne
et la nature n'a rien à voir dans ce désastre

il est plus urgent que jamais
de nous regarder dans le miroir
et avant de demander de l'aide financière
de nous demander à quoi nous dépensons notre argent
quand aurélie lanctôt écrivait hier
que la distanciation sociale
les masques et les gels purifiants
sont le luxe des pays riches
j'applaudis car je crois qu'on oublie

je suis l'archétype de la bourgeoisie
je dépense comme je respire
je vis au-dessus de mes moyens
condamnée à gagner perpétuellement des sous
pour assurer mon train de vie
je n'ai pas le droit de faire faillite
car il en coûterait mon titre comptable
et chaque fois qu'il y a contraction de mes revenus
comme c'était le cas lorsque j'étudiais à temps plein
je suis face à ce défi

comment puis-je vivre plus simplement

je me suis coupé les cheveux hier
ça a pris deux minutes
c'était simple
et comme j'ai renoncé à les teindre foncés
depuis le mois de novembre
il m'en coûtera cent dollars de moins
chaque cinq semaines
en évitant la dépense chez la coiffeuse
cela ne fait que mille dollars par année
mais ça fait une différence

vous trouvez que ça fait cheap
de compter mes cennes
mais ce n'est pas cheap
c'est juste sage de le faire
et je suis chanceuse
parce que j'ai toujours réussi à générer des revenus
évitant ainsi de devoir me serrer la ceinture
alors que d'autres ont des handicaps
les empêchant de travailler

je trouve cela formidable
de vivre à cette époque
où je contemple la possibilité
que la société occidentale
fasse un petit pas vers une vie plus simple
et moins individualiste et matérialiste

malgré les craintes éventuelles
que la peur et l'instinct de survie
peuvent faire surgir
qu'on ne se mette pas à honnir les autres
mais à reconnaître la part de chacun
et à renoncer à certains privilèges individuels
pour redécouvrir la grande joie
de vivre simplement ensemble
dans une paix sociale
que l'on prend pour acquis
mais que l'on s'est payée à grands frais
grâce à nos richesses naturelles
et notre ingéniosité politique

la société moderne post-industrielle est en chute libre
et pour survivre à la chute
il faut savoir rebondir
et je vais profiter de ce moment de réflexion
et de mes privilèges
pour changer pour le meilleur
je vais faire des squats mentaux
pour changer graduellement
de petits comportements
de consommation et d'interactions

car si je ne meurs pas demain des complications du virus
je veux encore vivre jusqu'à cent trois ans
en harmonie avec mon environnement

et il est possible que la coiffeuse
et le restaurant du coin
ne survivent pas à une société
qui n'aura plus les moyens de s'offrir leurs services
et que ces travailleurs auront à se redéfinir aussi
car ils ne mouront pas
comme les migrants en inde
depuis le lockdown du vingt-quatre mars
nous allons collectivement leur donner l'air pour respirer
et se réinventer

ensemble on a le pouvoir de changer.

samedi 28 mars 2020

intérieur


les mots de catherine par patsy


je n'ai pas fait le ménage de mon garde-robe
je n'ai pas rénové le sous-sol
je n'ai pas lu les livres de la bibliothèque
je n'ai pas dessiné ou peint
je me lève beaucoup plus tard que d'habitude
je travaille dès neuf heures
jamais avant
et rarement après dix-sept heures
je ne me lave pas tous les jours
le plancher est encore plus sale que d'habitude
maintenant que nous passons tous les deux
nos journées à la maison
je ne cours à peu près pas
je marche un peu
j'arrose et j'éclaire les plants de tomates
je regarde un film chaque soir
je fais de la nourriture
je mange la bouffe de l'homme-chat
je vais à l'épicerie chinoise
en me demandant chaque fois
si je vais y attraper une maladie mortelle
je retiens ma respiration
chaque fois que je croise quelqu'un dans la rue
j'ai peur du vieux au deuxième
j'apprends sur la peinture européenne en ligne
avec un prof de l'université carlos iii de madrid
je lis les grands titres des nouvelles
et mes chroniques préférées dans mon quotidien
je fais le sudoku et des fois je n'ai pas le temps
je fais une tonne de vaisselle et l'homme-chat l'essuie
on le fait ensemble côte-à-côte
comme une valse tranquille

c'est aujourd'hui son anniversaire
nous ne serons pas à chicago
comme prévu
quand j'y pense avec du recul
je me dis que c'est fou toutes ces folies
que l'on faisait quand on en avait la liberté
et qu'on flambait notre blé
comme si on pouvait en semer et en récolter à l'infini

depuis deux semaines
ma vie ressemble à peu près
à celle de mes parents
qui occupent leurs jours à de tous petits riens
ce n'est pas bête non plus
et c'est plutôt reposant

allez va
c'est aujourd'hui jour de fête
et je m'en vais m'occuper dans la cuisine toute la journée
et nous allons célébrer calmement
mon amour de confiné et moi
dans une ou deux pièces du palace

tenez bon
dans vos intérieurs
ouvrez un peu les rideaux
je vous aime xxx



samedi 21 mars 2020

semis



les tomates sont encore des bébés

je suis rentrée à l'agence lundi
c'était hallucinant comment c'était vide
je me suis sentie comme la dernière femme sur terre
puis j'ai été frustrée en me disant que
je m'étais fait avoir avec ma loyauté plus grande
que celle de tous mes collègues
qui avaient décidé de rester à la maison
de leur propre chef
défiant ainsi l'autorité de leur employeur
mais ils n'avaient pas été déloyaux
et j'avais vraiment été idiote
parce que je n'avais pas eu la présence d'esprit
de prendre mes messages vocaux le matin
dont celui de ma chef qui m'indiquait
de rester chez moi
que nous allions travailler extra muros

je suis repartie avec la joie au ventre
en me disant que mon rêve s'était réalisé
j'allais enfin être confinée
et prendre mon temps
et je suis rentrée à huit heures trente
et j'ai dit à l'homme-chat sans attendre
ayant peur de tomber dans l'oisiveté
tu sais chéri
une chose que j'aimerais faire chaque jour
ce serait de prendre une grande marche
d'au moins une heure avec toi
pour me dégourdir

et on a fait ça le jour même
puis on a tellement marché cet après-midi là
qu'on est allé s'échouer dans un café
pour se bourrer la face de bagels

c'était la dernière fois
que je suis sortie marcher
c'était la dernière fois
que je me suis assise dans un café
c'était la dernière fois
que je suis sortie dehors
plus loin que la boîte aux lettres

depuis
il a neigé et il a plu
et je me suis remise à travailler
sans relâche
et chaque fois qu'on m'enlève des tâches
je me demande toujours
comment je faisais avant pour tout faire
sans mourir d'épuisement

les tomates sont encore des bébés
mais elles poussent
parce que le printemps est arrivé
et même si personne n'a pu l'accueillir
en bonne et due forme
la vie a trouvé sa manière de continuer

même si je persiste à être occupée
je ressens moins le besoin de sortir
ma vie est plus casanière et plus simple
plus frugale aussi
je deviens économe par la force des choses
je vois moins de gens et j'entends moins de bruit
tout cela fait du bien

les graines sont plantées
pour une vie plus saine et moins frivole
lorsque le tout germera
je sortirai jouer dehors
et la vie aura un peu changé
elle sera un peu plus calme
elle sera un peu plus verte

et avec elle et les autres
je serai un peu plus joyeuse.

samedi 14 mars 2020

unisson



j'aime vraiment penser
aux compétences que j'acquiers
comme étant des habiletés de survie

je sais courir
donc je peux m'enfuir
je sais nager
donc j'évite la noyade
je sais faire du pain
donc je ne mourrai pas de faim
je sais tricoter
donc je ne manquerai pas de linge
je sais presque hacher du bois
donc je pourrai me chauffer
et j'apprends maintenant à planter des tomates
donc je serai presque autosuffisante

mais il y a une compétence de survie
qui m'a entièrement échappée
et c'est le discernement

je l'ai compris cette semaine
j'ai paniqué
j'ai bloqué
j'étais hypnotisée et immobilisée
par la vitesse et la multitude
de l'information qui me submergeaient
j'aurais pu ne rien voir ne rien lire ne rien écouter
j'ai quand même succombé à l'envie
de sentir le zeitgeist
m'imprégner de l'atmosphère de catastrophe
à en perdre la raison

rien ne tue plus que la panique
et la fermeture de mon esprit

je ne voulais plus travailler
je voulais m'enfermer
et me refermer

et tant pis pour le papier-cul
tant que j'avais de l'eau
je ne prendrais plus le métro
toute seule
pour être la dernière femme sur terre
à se pointer au boulot

et entre prendre ses distances en société
et devenir misanthrope
il y a une marge
mais le tout peut basculer si facilement
en l'espace de soixante-douze heures
je vous l'assure

l'humain possède la haine

et puis il y a eu
les italiens qui chantaient de leurs fenêtres
pour unir leurs voix dans le même air
et se sentir encore ensemble
plusieurs
hors de leur enfermement
avec les autres

et puis il y a eu geneviève
qui par sa fenêtre virtuelle
a pris des nouvelles de son monde
et a improvisé la réception
des choses qui venaient du coeur
et non de la peur

et je me suis réconciliée avec la vie
et j'ai eu envie de la vivre
et non plus de l'abandonner
et de continuer à aimer les gens
et non de les redouter

à défaut d'avoir du discernement
dans des moments de confusion
il y a toute l'importance
d'être bien entourée
et lorsque l'on peut
de tendre la main
d'ouvrir sa fenêtre
même virtuellement
ça sauve des vies
de se savoir unis

l'humain possède l'amour.



samedi 7 mars 2020

ensemble


caitlin, photographie, 2010
meryl mcmaster

demain c'est le huit mars
c'est une année douloureuse
pour évaluer le progrès réalisé par la société
en termes d'égalité entre les femmes et les hommes

une femme est assassinée tous les six jours
par un ami proche
deux millions quatre cent mille canadiennes
vivent dans une situation de pauvreté
les femmes gagnent soixante-quinze pourcents
du salaire des hommes à compétences égales
seulement quatorze pourcents
des filles de quinze ans
affirment avoir confiance en elles

vanessa springora et adèle haenel
nous rappellent à quel point
le pouvoir appartient encore aux hommes
même dans les sociétés occidentales dites évoluées
dans la gauche comme dans la droite
dans les arts comme dans les affaires
dans les hautes sphères étatiques et économiques
et bien sûr dans les pouvoirs religieux

on doit certes s'en désoler
et s'indigner davantage
on s'enrage au sang comme virginie despentes
et comme aurélie lanctôt

ça prend des vanessa adèle virginie aurélie à profusion
ça prend des femmes qui se lèvent
qui parlent et qui agissent
et ça prend des hommes qui se lèvent
qui parlent et qui agissent

et pour agir
voici dix petits gestes
que nous pouvons accomplir continuellement
pour jouer chacun notre rôle
dans le changement qui se doit

   un
lorsque vous lisez regardez
ou entendez de la communication
représentant des hommes ou des femmes
demandez-vous si nous perpétuons des stéréotypes
et comment cela devrait changer
mieux encore si vous en produisez
interrogez-vous sur vos préjugés

   deux
maintenez des relations saines avec les gens
communiquez de façon respectueuse
et évitez toute forme de violence
cela nécessite des fois des efforts

   trois
parlez du consentement
réfléchissez avec votre entourage
sur ce qui constitue un oui ou un non
émis sans coercition

   quatre
intégrez à des activités familiales
sociales ou professionnelles
des actions pour soutenir
des organismes d'entraide pour les femmes
et tout organisme qui oeuvre à prévenir
les sources profondes de la violence conjugale

   cinq
faites résonner votre voix
en demandant aux gouvernements
de mettre en place des plans de lutte
contre la violence faite aux femmes

   six
supportez les victimes de violence
lorsque vous en connaissez
l'empathie trouve toujours sa voie
vers une forme d'aide ou une autre

   sept
sachez toujours où demander de l'aide
apprenez un ou deux numéros d'urgence
à composer de façon instinctive
sans réfléchir

   huit
devenez mentor
les filles les garçons
les femmes et les hommes
ont besoin de modèles inspirants
vous êtes tous de nobles exemples
chacun à votre façon
vous avez vécu
vous avez subi des blessures
vous vous êtes frayé un chemin
vous avez réfléchi
vous avez évolué
nous sommes loin de nos ancêtres
mais nous avons besoin de leur lumière

   neuf
dirigez de façon inclusive
la représentativité des femmes en milieu professionnel
est encore faible
si vous occupez un poste de gestion
pensez à inclure dans vos équipes
autant de femmes que d'hommes à compétences égales

   dix
donnez là où l'impact est le plus fort
pour supporter des initiatives locales
qui viennent en aide aux filles et aux femmes
de votre entourage
ciblez vos dons et votre aide

vous êtes les femmes et les hommes que j'aime
aussi inspirants que les greta thunberg
et les adèle haenel de ce monde
ensemble nous faisons chaque jour
progresser la cause
de l'égalité entre les femmes et les hommes

car comme simone nous le disait en quarante-neuf
l'inégalité entre les sexes n'est pas un fait naturel
c'est une construction sociale
et l'émancipation féminine
ne tient qu'à la volonté solidaire
des femmes et des hommes

nous aurons de plus beaux huit mars
lorsque nous y travaillerons ensemble
collectivement
lorsque les blessures seront reconnues et pansées
et qu'on cessera de se faire la guerre des sexes

rappelons-nous ceci
les femmes ne sont pas le deuxième sexe

elles sont le vecteur de l'humanité.

  
 statistiques et actions provenant de ce texte .


samedi 29 février 2020

définition


rober racine
terrain du dictionnaire - 1980

monter les marches
gravir les échelons
escalader les gradins
grimper les escaliers

je ne sais pas s'il y a d'autres façons
de décliner cette action

je ne sais pas
je ne sais plus

si rené villemure affirme
que le lexique de donald trump
se limite à deux cents mots
j'ignore sincèrement l'étendue du mien

au commencement était le verbe

rené nous rappelle avec sagesse
que la réduction graduelle de notre lexique
réduit notre capacité à penser
avec moins de mots
on ne peut que faire moins avec moins

cela m'horrifie d'imaginer
que non seulement je n'acquière plus
de nouveau vocabulaire
parce que je lis toujours les mêmes journaux
parce que je lis rarement les longs articles au complet
parce que je lis des romans contemporains
dont le langage est familier
parce que ma lecture s'est limitée récemment
aux termes techniques liés à mes études
ou à mon travail
mais qu'également je perde celui que je possède
car il me semble chercher mes mots plus souvent
lorsque j'essaye d'exprimer ma pensée

en deux mil quinze
la lecture de l'occupation des jours
m'avait ravie notamment par le vocabulaire précis
de son chapitre floral
c'était un attrait pour moi dans la littérature
cette découverte de nouveaux horizons sémantiques

le français usuel dénombre environ trente mille mots
nombre d'items que maîtriserait un adulte cultivé
je serais curieuse d'écrire tous ceux que je connais
un à la suite de l'autre puis de les compter

quant à lui le dictionnaire contient
entre soixante et cent mille mots
recelant des trésors cachés
que l'on extrait soigneusement
pour enrichir le langage

j'apprends également que l'anglais
est beaucoup plus précis que le français
alors qu'il compte jusqu'à cinq cent mille mots
fait dont je ne me doutais absolument pas
puisque mon rapport avec cette langue
est né avec la culture populaire

et récemment je découvrais
que l'on pouvait exprimer
par cinquante-deux termes différents
la qualité de la neige ou de la glace
en inuktitut

hier j'ai installé dans mon ordinateur
la nouvelle version d'antidote
pour m'assurer de pouvoir
décliner mes propositions en différentes variantes
et tenter d'utiliser ma langue
le plus adéquatement possible

et je vais aussi me remettre
à faire quotidiennement mes mots croisés
et accepter quelques défis de scrabble

et je suis certaine
que ma pensée n'en sera que plus facile à articuler
et en graduelle ascension.


lire : l'éthique pour tous de rené villemure
voir : l'oeuvre de rober racine explorant 
les mots du dictionnaire pendant une quinzaine d'années


samedi 22 février 2020

variations infinies



je me disais qu'en finissant mes études
je meublerais mon temps
avec un nouveau projet
soit celui de courir un marathon

lorsque l'automne est arrivé
et que j'avais terminé mon examen
je me suis vite rendu compte
que le projet était trop ambitieux
pour mon état physique du moment
et je ne savais pas encore
que mon état mental était également éprouvé

mais comme j'avais plus de temps
j'ai décidé de me remettre en forme
et de reprendre mes entraînements à la base
en réparant notamment mes pieds

je me suis soumise à un bilan postural
pour évaluer la solidité de mes fondations
et le résultat fut révélateur
j'étais à la fois très en forme
et en même temps très faible musculairement
en fermant les yeux et en marchant sur place
j'avais tourné sur moi-même sans le savoir
je n'avais aucune force au niveau de ma gaine
ce qui me donnait des problèmes d'équilibre
et me faisait bouger aléatoirement dans l'espace

mes membres étaient un paquet d'os et de muscles
que mon cerveau ne pouvaient diriger
parce que rien sous ma peau ne les tenait ensemble
mon axe central n'était pas droit
comme si le châssis de mon auto était brisé
et que les roues allaient dans toutes les directions
lorsque je tournais le volant

il me fallait reconstruire ma solidité
à partir de mon plancher pelvien
pour que mes muscles internes
travaillent aussi fort que mes transverses
pour me garder une colonne en santé
autour de laquelle mes mouvements s'articuleraient

cette démarche m'a amenée à redécouvrir
les disciplines des entraînements de mobilité
et de musculatures sur tapis
le yoga les pilates l'essentrics
et la technique spinale
de jean-françois harvey

j'ai mis toutes les chances de mon côté
pour ne pas lâcher
et hier après-midi j'ai terminé
une série d'entraînements privés avec mathilde
de mouvement spinal
qui m'a fait faire un inventaire d'exercices
en corrigeant ma posture
pour solliciter les bons muscles sans me blesser
et me laisse avec un répertoire de routines
que je peux facilement faire à la maison
et qui visent spécifiquement mes besoins
de tonifier mes muscles profonds
et d'attendrir mes muscles des jambes
et des mollets qui sont très contractés

je me suis abonnée à l'application asana rebel
qui me fait faire des petites routines de yoga matinal
selon le temps que je souhaite y consacrer
j'en pratique deux à trois fois par semaine
les jours où je ne fais pas des exercices spinaux

voulant mettre en pratique régulière ces apprentissages
je me suis inscrite aux cours de groupe
à un studio près de la maison
je le fréquente le plus souvent possible
même plusieurs soirs après le travail
il habitue mon corps à la mobilité
aux enchaînements et à la coordination

j'essaye de courir un peu
ce que je fais notamment le dimanche
avec l'homme-chat
sans contrainte de temps juste pour sortir
et faire un exercice cardio-vasculaire

et finalement cette semaine j'ai eu le grand plaisir
de réussir à me lever tôt mercredi
et d'aller nager
ce qui a été le couronnement
de ce menu physique diversifié
la nage opérant sur mon corps tel un massage
tout en étant aussi
un bon exercice cardio-vasculaire

mon corps et mon esprit
apprécient de recommencer à bouger
après quelques années consacrées à l'effort intellectuel
je mange avec appétit
je dors très bien
je vois plus clair
et j'ai moins mal partout

bref je pratique les préceptes
de denis fortier
je me lève et je marche
et j'essaye de garder mon corps et mon esprit en forme

même si un marathon demeure un projet lointain
il n'est pas une nécessité dans ma vie
je crois encore vouloir courir toute ma vie
plutôt que de courir beaucoup
mais je préfère de loin
faire tout pour être mobile flexible et forte
qu'être concentrée sur une seule discipline

par ailleurs je constate encore une fois
comment le fait de m'associer à un groupe
est motivant pour faire l'effort physique
et l'inscription au studio est en ce sens bénéfique
en plus les clients y sont en santé et pas mal beaux
si je n'étais pas mariée
je m'y choisirais facilement un compagnon

bref je suis heureuse de reprendre le contrôle
de mon corps
je comprends qu'il n'est jamais trop tard
pour se remettre en forme
peu importe sous quelle forme.


samedi 15 février 2020

amon


jamie wyeth
the islander
huile 1975

j'ai souvent peu à dire
et c'était une semaine comme cela
où lorsque je monte les huit étages à pieds
jusqu'à mon bureau à l'agence
je ne compose pas des phrases dans ma tête
selon un thème précis

jusqu'à ce que le vendredi
sonne le glas de la dernière chance
de trouver un filon une idée
pour mon billet du samedi

et hier donc comme c'est souvent le cas
c'est joblo qui me l'a livré

prétextant parler d'amour et de diable
pour nous parler de david la haye
ce qui de toute façon nous gâte
car on n'a jamais trop de la haye
ce dernier affirmant simplement que
l'amour entre adultes
c'est deux enfances qui se reconnaissent
dans une complète symbiose sexuelle
astro jojo a feedé astro momo

la haye est bélier
c'est ce qui m'a marqué
comme chaque fois que quelqu'un
prononce le mot bélier

j'ai toujours eu un crush sur la haye
j'ai toujours eu un crush sur les béliers

je vais dire ça autrement

mes crush
c'était toujours des béliers

on dit que ceux qui se ressemblent s'assemblent
et c'est vrai
je suis balance
je n'aime que les balances
j'aime toutes les balances
et ce sont principalement des filles
ces filles avec qui j'ai tant de points en commun
un kinship une sororité
les katia les geneviève les catherine

puis
il y a les béliers
mon contraire dans le zodiaque
ces forces de feu naturelles
des frondeurs qui défoncent
qui aiment le pouvoir la liberté et l'indépendance
ceux qui m'ont fait le plus mal
parce que je les aimais pour leur fougue
et leur personnalité atypique
et qu'eux ne pouvaient pas s'attacher
à autre chose que leur quête de liberté

dans l'astrologie
discipline que je trouve aussi loufoque que la loto
ou les restaurants canadiens spécialités italiennes et chinoises
on dit que les balances
sont les meilleurs compléments amoureux des béliers

je suis donc heureuse
d'avoir rencontré mon plus récent bélier
à une époque où il avait assez confiance en lui
pour ne pas empêcher l'amour
de s'installer entre nous
et qu'il soit encore à mes côtés
après presque vingt ans

quand je me rappelle que l'homme-chat est bélier
j'ai toujours un petit serrement au coeur
je crains le jour où il virerait de bord
pour ne plus jamais revenir
car comme d'autres béliers
il ne regarde jamais en arrière
et il coupe de nombreux ponts avec son passé
je crains toujours
que la soif d'indépendance
soit plus forte que l'amour

car pour reprendre les mots de la haye
les désirs sont fréquents
mais l'amour est rare.

joblo et la haye ici .

samedi 8 février 2020

idem



antonio banderas
mikhaïl baryshnikov
daniel craig
jon hamm
yuzaru hanyu
floyd mayweather
michael phelps
brad pitt

que pensez-vous de ces personnes
qui pratiquent leur discipline
à moitié nus

voilà

vous ne pensez pas à l'hypersexualisation
vous ne les trouvez pas vulgaires
vous ne remarquez pas que certains recourent
à la chirurgie esthétique
vous ne dénoncez pas le culte du corps

vous n'y pensez pas

je représente le groupe des femmes
dans le comité local
d'équité en matière d'emploi
dans mon milieu de travail
cela consiste à sensibiliser les collègues
à la cause des femmes
afin que les préjugés tombent
que la reconnaissance augmente
et qu'ultimement
la représentativité des femmes
au sein de l'agence
à compétences égales
soit égale au ratio des femmes dans la population

il y a tant de questions à poser
lorsqu'on pense aux femmes
en partant de la violence conjugale
en passant par les femmes marginalisées
les conditions de vie des femmes autochtones
les travailleuses du sexe
l'équité salariale
les plafonds de verre
l'image corporelle
l'estime de soi
pour finalement parler du respect

c'est difficile pour moi
de faire le tour de la question
parce que toute ma vie durant
je n'ai pas souffert de sexisme apparent
mais j'ai été conditionnée par mon environnement
et j'ai respecté les codes en vigueur
à une époque dont les moeurs
seraient aujourd'hui choquantes

nous sommes impitoyables envers les femmes
nous les accusons de tous les maux de la terre
nous les cachons pour contenir notre désir
nous les injurions pour exprimer notre envie
nous les exploitons pour avoir le pouvoir
nous les assassinons en chine en soixante-six
nous les excisons à travers les continents
nous les lapidons pour les avoir aimées
nous les battons pour étancher notre folie
nous les tuons par jalousie

lorsque ce n'est pas cela
nous les jugeons ad nauseam
en les rendant les seules imputables
de l'avenir de la race humaine

nous n'avons aucune bienveillance
envers les femmes

alors que la seule chose à faire
est de les célébrer

les femmes sont vives
intelligentes
racées
créatives
ambitieuses
entreprenantes
patientes
aimantes
généreuses
tenaces
sensibles
justes
elles écrivent peignent tissent
tapissent cuisinent soignent recherchent
filment assemblent conçoivent rassemblent
expliquent éduquent s'impliquent
et répandent la beauté

il faut les honorer
et pas juste les earhart curie et obama
il faut honorer chaque jour
les lopez les ripoli les parton les nolin
les shafia les gonzales les adolphe les allard
les gingras les lefebvre les palanca les smith les shang
les carrière les lo les lemay les dion les nyonkuru
les chanel les zihad les bousfiha les trilsch
et toutes les autres
celles qui réussissent à s'affranchir du jugement
celles qui gravissent les échelons
celles qui triment dur dans l'ombre
celles qui manifestent
celles qui gagnent des médailles
celles qui les suivent de près et celles qui s'y mettent
celles qui bravent la peur
nous devons les célébrer
elles nous montrent la voie

car chaque jour où une femme s'éveille
elle donne son souffle à l'humanité
elle apporte l'eau au moulin
elle existe pour toutes les autres

ultimement
lorsque j'ai envie de parler des femmes
c'est parce que je veux
qu'elles vivent en toute liberté
comme elles l'entendent
selon leurs aspirations et leurs désirs
avec leurs démons
dans le corps qu'elles possèdent
sans cacher leur désir de plaire
qui n'est pas l'apanage exclusif des ève
qu'elles s'expriment
sans étouffer leur personnalité
par peur de représailles
psychologiques
verbales
financières
physiques
mortelles

je veux que les femmes soient libres

au même titre
que leurs frères leurs pères leurs fils

sans gêne

idem.


samedi 1 février 2020

pause de chat



ma' est des fois
en retard sur son horaire
lorsque ça arrive
je me demande tout le temps
quel est l'horaire de ma'
alors qu'elle ne travaille plus
de manière traditionnelle
qu'elle ne va plus à l'école
bref
qu'elle est en vacances

je sais bien entendu
qu'elle s'applique à mille et une occupations
qui la tiennent éveillée
de neuf à vingt-trois heures
comme elle nous le décrit
dans son journal quotidien
   
     hier j'ai flâné au lit

je suis comme ma'

une femme qui se lève le matin
et qui se couche le soir

je comprends qu'elle occupe ses jours
de cent façons qui la comblent de joie
et lui donnent raison de vivre

je suis pareille

     hier j'ai flâné au lit

tous les jours de la vie
je me lève entre six et sept heures
que je travaille ou que j'étudie
ou que l'on soit samedi ou que l'on soit dimanche
je fais mon lit
ou l'homme-chat fait le lit quand il se lève après moi
je délie mon corps
je tords mes jointures
je rince mon système digestif au jus de citron
je me lave et me peigne
je range ma cuisine
je balaye le plancher
je sors les déchets
je paye mes factures
je déclare mes revenus
je paye mes impôts
je cuisine mes restes
je vaque

     hier j'ai flâné au lit

j'ai une saine hygiène de vie
celle des gens ordonnés
qui arrivent à enchaîner les jours
sans trop de difficultés
à force d'être habitués à se lever
et à cadrer dans un horaire quadrillé

mon esprit virevolte à chaque seconde
et je le rapaille pour fitter
je l'organise en plages horaires
je l'articule j'écris je calcule j'apprends
je voyage mentalement
quand ce n'est pas physiquement
je tisse des liens
j'en entretiens
et je nourris
les autres
et moi-même

je garde mon esprit et mon corps actifs
pour ne pas ankyloser
et devenir immobile
puis mourir de stagnation

     hier j'ai flâné au lit

je suis une femme occupée
et heureuse de l'être
saine d'esprit et de corps
je me lève et me couche tôt
je surveille ma consommation de bouffe
et ma consommation d'alcool
je veux tougher la run
sans être maganée
je suis renseignée et éduquée
je sais comment faire
je me préserve pour durer

je travaille des journées entières à l'agence
mais sans grande pression
je travaille au palace le week-end
mais sans grande pression
j'aime le calme du labeur
il me rassure
j'en fais un peu chaque jour
pour qu'il ne se perde pas
et je vaincs quotidiennement la procrastination

     hier j'ai flâné au lit

j'ai une saine hygiène de vie
je l'ai déjà dit
c'est le début de toute entreprise
les gourous du management le répètent
adoptez de bonnes habitudes
et soyez constants

     hier j'ai flâné au lit

avec le temps
mon élastique se raccourcit
j'ai des micro déchirures au cerveau et au corps
et il ne veut pas toujours se lever sept jours sur sept

des fois je ne me lève pas à six ou sept heures
des fois je ne vais pas nager
des fois je ne vais pas courir
des fois je ne vais pas travailler
des fois je veux juste me reposer
des fois je call malade parce que je tousse un peu
et je dors jusqu'à ce que mon corps veuille se lever
disant non à ma tête
et forçant le fuck off
dans ma saine hygiène de vie

des fois j'ai juste besoin
de me retrouver en pose de chat pour une pause
et détendre les cordes de mon arc
pour recharger le laser de la jedi
et mieux repartir le lendemain

     hier j'ai flâné au lit.

marjariasana est le nom sanskrit
de la pose de chat au yoga.