samedi 8 décembre 2018

félicité



la vie vient à moi
à grands coups de panache
avec une rockstar de mari
et une porsche carrera

et un clan lo bien constitué
une descendance vive et douée
des parents en bonne forme
dont une branche maternelle qui pète le feu
et tout le latéral et l'élargi
de bonne humeur

je vis entourée d'art
de beauté de poésie et de bonne bouffe

à ma place
vous baigneriez dans la félicité

j'ai cinquante-et-un ans
et si j'y suis maintenant
c'est bien parce qu'il y a cinquante-deux ans
le six décembre mil neuf cent soixante-six
pa' et ma' se mariaient
et quelques mois plus tard
un médecin suisse les dissuadait
de m'avorter

à force je les ai suivis
à les voir trimer dur sans arrêt
sans avoir froid aux yeux
et en étant tout le temps heureux

heureux d'avoir la chance de vivre
heureux de rencontrer des gens
heureux de pouvoir apprendre
et de se cultiver
heureux de pouvoir faire des choses
de s'entraider
d'élever une famille
peu importe le prix et les frocs usagés

je les ai suivis
ces immigrants de première génération
et je suis devenue une obsédée de l'action
de la débrouillardise et du progrès

assez que j'ai la tête dans le cul
un vrai vortex mental
dont je n'ai même pas réussi à sortir
ces jours-ci
pour me rendre compte que c'était décembre
le temps de la charité
de la bienfaisance
le temps de la guignolée
alors que des gens généreux
se déguisent en lutins
pour recueillir des sous
pour les moins félicités que moi

il y a des limites à vouloir être meilleur
il y a la limite de la respiration

il devrait y avoir des arrêts obligatoires
je ne sais pas comment dire
je devrais prendre des poses
pour profiter de ce que j'ai
des gens autour de moi
autant que de la vie point

jeudi matin j'étais résolue à ne pas me laisser abattre
et je suis descendue à l'agence
acheter des cactus
pour la cueillette de fonds de centraide
organisée par les dames de la condition féminine
et j'ai mis du vert dans mon bureau
et mon voisin par dessus le paravent
se lève maintenant et
étire le bras pour caresser les cactus

jeudi soir en allant à l'université
terminer le travail de session avec la gang 
je me suis arrêtée pour acheter des biscuits belges
et gaver mes coéquipiers de bon sucre et de beurre
pour affronter ensemble
le sprint final
on a travaillé jusqu'à la fermeture

je n'ai pas encore relâché
on présente au conseil ce matin
à midi le gros sera passé
il ne restera qu'un examen de quatre heures
le dimanche seize décembre

j'aimerais savoir arrêter
me dire que j'en ai assez
me dire que j'ai tout ce qu'il faut
que je pourrais me contenter de lire
tous les livres de la bibliothèque
pour occuper mes autres jours

il y a possiblement un juste milieu
une vitesse que je n'ai pas encore trouvée
sur le shifter

et probablement que si je n'avais pas été
aussi en mouvement
si je n'avais pas été bien élevée et bien entourée
je ne serais pas non plus
encore en train de bouger

j'évolue et j'organise le chaos
les chinois sont plutôt opposés
ils trouvent le mouvement dans le calme
l'énergie dans la sérénité

un jour j'y parviendrai.

en image : la spirale de la félicité chaotique.

samedi 1 décembre 2018

anticiper



je suis en train de lire un essai sur les animaux
cela me fera devenir végétarienne
plus tôt que prévu

mais je n'ai pas envie de parler de bouffe
j'aime encore manger de la viande

je veux plutôt parler d'anticipation
de la capacité humaine à envisager l'avenir
et de craindre ainsi la mort
de peur de n'avoir pas accompli ses objectifs

cette capacité semble inexistante chez les animaux
c'est pour cela que certains prétendent
qu'il n'est pas grave qu'ils meurent prématurément

on dit du tueur en série
que la poursuite de sa vie ne l'importe peu
puisqu'il n'a qu'un seul objectif
celui de tuer
on comprend donc comment
il peut passer à l'action sans avoir froid aux yeux
sans craindre pour son lendemain

au contraire
il m'est impossible de vivre mes jours
sans penser au lendemain

il n'y a pas une action que je pose
qui n'est pas fonction de son résultat futur
quel serait le but d'attendre la cuisson des gâteaux dans le four
sinon que de les contempler et les manger après

si on ne pouvait pas anticiper
on ne ferait aucun projet
on ne sacrifierait pas quelques années
à acquérir des connaissances et parfaire ses compétences
pour être un jour prêt et à la hauteur

j'ai tendance à surévaluer mes lendemains
à m'y trop préparer
à y consacrer un temps infini et un effort sans borne
ainsi c'est important que le processus soit agréable
pour qu'en cas d'écrasement par un char
en jaywalkant saint-denis
je ne regrette jamais de n'avoir rien accompli dans la vie

notre rapport au lendemain est relatif
et très différent chez chacun
mais il n'est jamais totalement absent

certains angoissent et stressent leur vie
certains se suicident en pensant aux lendemains sombres
certains vivent de rêver à des jours meilleurs
ma' disait d'un de nos amis qui fabulait sur pleins de projets
qu'au moins sa vie était embellie par ses rêves
et tony me rappelait en quatre-vingt-dix-neuf
de prévenir mes flos qu'on allait à disney
même si j'avais peur qu'un imprévu de dernière minute
ne survienne
car il disait que le gros du plaisir
était de l'anticiper

le lendemain est la rédemption
il est la page blanche
celle qui permet de tout recommencer
ou encore de continuer

mais il ne faut pas oublier qu'aujourd'hui
est le lendemain d'hier
et qu'il faille en profiter
il faut vivre le jour comme le chat qui dort et mange
et lorsqu'il part courir dans la ruelle
avec ses amis chats
il ne pense pas au futur
il pense au moment présent

parce que même si

tomorrow is another day
and the best is yet to come

aujourd'hui est quand même
le seul jour dont on dispose pour vivre.

samedi 24 novembre 2018

bulle




mercredi matin alors qu'il tombait
de lourds et gros flocons blancs sur la ville
j'arrivais aux abords de l'agence
dans mes sneakers orange fluo
bariolées comme les pattes de tony the tiger

avant que je franchisse la porte
le kid a vu mes godasses
il a remonté tranquillement la tête curieux
et j'attendais que nos regards se croisent

ses yeux blancs sur son visage chocolat
formaient deux ronds étonnés
sous sa tuque alors qu'il m'apercevait timide
je lui ai alors souri
et il m'a souri furtivement en retour
je lui ai envoyé un tata de la main
et il a levé le bras rapidement

j'étais déjà de l'autre côté de la porte

j'ai porté son sourire en moi
tout en montant à pieds
les huit étages
et j'étais heureuse

il avait quatre ou cinq ans
et nous étions encore connectés

si les gens savaient comment il est bon
de donner et recevoir des sourires
ils abandonneraient leur bulle
qui voient leur échine courbée
à quarante-cinq degrés
avec le regard visant le sol
ou quelque écran avant celui-ci

des fois ils portent aussi des écouteurs
et un capuchon bordé de fourrure
qui réduit leur champ de vision
et leur attention auditive
à un périmètre très réduit

cela cause des accidents dans la rue
et des frictions dans le métro
bref
une cohabitation gênante
dans les lieux publics

la bulle
c'est faire pour chez soi
c'est un luxe récent
que les gens ont de s'isoler ainsi

la voie publique n'est pas un lieu d'isolement
c'est un lieu de partage
c'est un lieu de communauté
c'est un endroit où on fait attention aux autres
on se tasse quand on se croise
on se sourit à moins de deux mètres de distance
on se donne un coup de main
quand la poussette doit monter les marches
ou les sacs d'épicerie manquent de fendre
on tient ses sacs dans le métro
on n'étale pas le livre ou le journal
on prend le moins de place possible dans le wagon
pour que tout le monde qui doit arriver
puisse également profiter du service
on s'arrange pour que la fourrure du capuchon
ne se ramasse pas dans les narines
du voisin d'en arrière

la voie publique ce n'est pas l'aire privée
et ce n'est un mal obligé
que si on ne sait pas en profiter

la voie publique c'est ce rare endroit
où toutes les rencontres se peuvent encore
où un regard et un sourire
peuvent changer votre journée

quand je marche
je m'arrête pour parler aux chats et aux chiens
et je salue les enfants
c'est facile car ils n'ont pas de bulle
ils sont attentifs à leur environnement
quand ça se peut je salue les adultes

profitez des gens

faites éclater votre bulle!

samedi 17 novembre 2018

les meneurs



ces jours-ci quand je veux voir du monde
il faut que cela se passe dans une activité
du cercle du mac
de la fondation pour l'alphabétisation
lors de mes cours de compta' à l'uqam
à la job à l'agence
ou lors des quelques jeudis après avoir nagé

je n'ai plus grand temps pour autre chose
je socialise de façon efficiente

ainsi mardi soir
quand j'ai pris la mesure de l'emploi du temps
de ma semaine
j'ai annulé les rendez-vous
qui excédaient cette portée
dont un souper samedi soir
et une belle date au bar à vin
avec l'homme-chat jeudi
déjà que j'ai eu un beau lunch de congé
avec lui lundi
le souvenir m'est suffisant pour me porter
jusqu'au prochain

depuis début novembre je travaille tous les jours
et les soirs aussi pour pouvoir gagner ma vie
et rédiger chaque semaine mon rapport d'équipe
de trente pages plus un google slides 
et être à l'uqam les samedis entiers
puis faire une présentation orale chaque samedi après-midi
et ce week-end je dois de plus être en forme
pour faire ma simulation de trois heures demain matin
et pour fermer les livres d'un client demain après-midi
dont c'est la fin d'année financière

mardi soir donc
en annulant tout
je me suis quand même promis
de me lever tôt jeudi pour aller nager

non que j'avais besoin du chlore
et de mon mille cinq cent mètres de nage
qui font vraiment du bien quand je n'ai pas le temps de courir
mais j'avais besoin du dej' de charlots
et de cette énergie collective
qui repousse toujours les limites du présent
un peu plus vers l'avenir
personne n'y vit dans le passé

le modus operandi est l'action

ça fait cinquante et un an
que je génère des déchets organiques
et pendant lesquels
je n'ai cessé de grandir
de m'améliorer et de devenir une machine
à réfléchir à produire à donner
bref j'existe et j'agis en masse
et j'estime que je mérite de m'entourer des leaders

je n'ai jamais été intéressée par la médiocrité
et je cours ma vie pour m'inspirer
de role models
je n'ai pas besoin de faire le tour du monde
pour manger prier aimer
il y a plein de champions autour de moi

et lorsque je côtoie des champions
je leur démontre du respect
je les estime les écoute les regarde
et j'apprends d'eux
je m'assieds à côté d'eux avec force déférence
et lorsqu'ils me disent de recommencer cinq fois
je recommence cinq fois
avec la plus grande humilité et la plus sincère gratitude
j'absorbe j'assimile
et je remercie

mais lorsque je veux émuler les champions
je travaille et mes neurones sont à vif
je ne peux pas rester en arrière
je fais mes devoirs
je dois mériter leur respect
je fais ma part

à l'agence
je suis coachée par la doyenne
celle qui a le plus d'expérience
tout le monde en a peur
elle a vite compris que j'étais une petite vite
mais je fais pas ma smart
je l'estime je l'écoute je la regarde
et lorsqu'elle me dit de recommencer cinq fois
je recommence cinq fois
avec la plus grande humilité et la plus sincère gratitude
j'absorbe j'assimile
et je la remercie

oui j'ai répété

je répéterais mille fois s'il le fallait

et après avoir recommencé cinq fois
l'ouvrage était parfait
et la doyenne m'a dit de lui laisser
une copie de mon travail

c'est pour montrer aux autres

c'était l'équivalent pour moi de la mention
de mon coach david pacciolla
au tableau d'honneur de la faculté des sciences de l'uqam
pour sa réussite académique

same badge

j'estime que je vaux bien
une talle de champions

si je continue à vivre quelques autres années
je ne voudrai jamais arrêter de les suivre
parce que je sais faire
et parce que c'est dans cette seule vie
que je pourrai le faire.

samedi 10 novembre 2018

amont


rivière de la cuisance dans le jura
photo de philippe crochet

je me suis réveillée jeudi
vers cinq heures quarante-cinq
alors que je marchais sur la rue sherbrooke
en direction du parc la fontaine
et qu'il faisait encore noir
comme chez le yiable
malgré que nous ayons rétabli
l'heure normale de l'est

quand j'ai ouvert les yeux
je me suis écriée

ça a marché

deux heures plus tôt
j'avais ouvert les yeux dans le lit
et comme chaque fois
lorsque je m'éveille
avant que le réveil sonne
j'ai envie de sauter du lit
pour entamer ma journée

il m'a fallu constater
qu'il n'était pas encore quatre heures
pour retourner sous les couvertes
dans les bras de l'homme-chat

lorsqu'à cinq heures
le réveil sonna vraiment
toute ma bonne volonté s'était évaporée
et rien
ni ma tête ni mon corps
ne voulait plus se lever

en quarante secondes
je m'imaginais déjà
reprogrammer le réveil pour sept heures
écrire à mes charlots plus tard
ou ne pas leur écrire du tout
et nager quand

oui nager quand donc

et à la quarante-et-unième seconde
mon pied gauche sortit du lit

c'est comme ça que vers huit heures cinquante
le même matin
j'avais déjà marché un kilomètre
du métro sherbrooke à la piscine
nagé mille cinq cent mètres
refait le monde avec les charlots au dej'
marché un autre deux point deux kilomètres
jusqu'à l'agence
et monté huit étages à pied
jusqu'au bureau

ça avait marché

la force de l'habitude avait encore gagné

ce qui m'amène à vous parler de l'amont
parce que les habitudes
ça ne se prend bien
que si c'est un tantinet organisé

tous les gestionnaires vous vanteront
les mérites d'une bonne planification
et dans notre quotidien occidental
nous ne croulons pas sous mille obligations
mais nous rêvons de faire mille choses
et nous avons une durée de vie limitée

il faut donc un peu d'organisation

de là l'importance de planifier en amont
planifier les transitions
ces moments tampons les plus difficiles
ceux où on ne voit aucune valeur ajoutée
mais qui pourtant sont cruciaux
à la réussite de tout projet

se lever du lit
faire la vaisselle
faire à manger
prendre le métro
prendre sa douche
finir le dossier
s'habiller
mettre ses rénnings
attacher ses rénnings
enfiler ses goggles
mettre ses gants
barrer la porte
passer la balayeuse

il faut donc les organiser ces transitions
en amont

jeudi je me suis levée

parce que mercredi soir
j'avais préparé mon lunch du lendemain
j'avais préparé mon sac de natation
sorti mon maillot que j'enfile toujours avant de partir
préparé mon linge
tout était déjà prêt

quand je veux courir un matin
ou revenir du bureau en courant
je prépare mon stock de course la veille

quand je veux manger moins et plus sain
je me prépare un mélange de salade le dimanche
que je fous dans un ziploc au frigo
et chaque soir je me remplis mon contenant de salade
pour le lunch au travail
ça ne donne aucune place
à manger un burger ou une poutine le midi

je fais les dej' sous la cloche le dimanche
pour avoir de quoi manger toute la semaine
ce n'est pas un casse-tête quand je me lève

je fais mes abdos chaque jour
dès que je me lève
je passe du lit couchée
au tapis du salon couchée
et quinze minutes plus tard
je suis prête

quand je cuisine quelque chose de nouveau
je lis la recette en avance
je la prépare mentalement
quand je cuisine tout court
je fais toujours ma prep' à l'avance

comme ça
quand je fais les choses que j'ai envie de faire
je ne me casse pas la tête
je trippe
je suis heureuse
je le fais

la liberté
ça s'organise
un tantinet.


samedi 3 novembre 2018

les faiseurs


l'atelier de renzo piano à gênes

je me souviens souvent de ce que daniel a dit
de marie-fleur qui aimait
ce que rosalie faisait
il percevait que c'était une femme entrepreneur
qui en respectait une autre

je pense que ça se peut
je pense que quelqu'un qui fait du bon
reconnaît tout de suite
une autre personne qui fait du bon

là on se comprend

moi c'est simple

j'ai de l'admiration sans bornes pour les faiseurs

j'aime les gens qui font

rosalie qui fait son pain son végépâté
ses biscuits et des fois des fougasses le vendredi
daniel qui fait tout avec ses doigts
du dessin au geste théâtral
aux meubles à taquets français avec ornements de laiton
daniel qui installe des équipements dentaires
dans les cliniques dentaires
stéphane qui rentre du bois dans le garage
et dans le sous-sol
nadine qui organise la ruelle verte et les plate-bandes
mona qui nettoie le logement précipitamment vacant
dû au décès de son locataire pendant ses vacances
qui organise le déménagement le ménage la peinture
qui fait sabler les planchers
qui magasine les nouveaux électros
qui achète et assemble les armoires ikea
clothilde qui tricote sa vie
ma' qui raccommode tout
nathalie qui cuisine les glaces et les desserts
catoo qui crée végé
francine qui nourrit les oiseaux
geneviève qui grimpe qui court qui escalade
qui écrit et qui va nager à vélo en toute saison
laure qui récupère et organise la vie sans déchet
de sa maisonnée à tout le quartier
puis à toute la ville
david qui bricole sa nouvelle maison
et qui fabrique des robots pour aider les humains
thomas qui fabrique des lampes
gabriel qui fait de la bouffe
léon et eliott qui gossent des costumes
et des avions en tubes en carton
léon qui fabrique de la musique
mélanie qui crée des marionnettes de toutes les tailles
en thermo machin qui fait des salles de bain en béton
et qui dessine tout ce que tu veux
laurent qui crée des capsul
sylvie qui fait des films et des images
caroline qui conçoit des jeux
et qui gère une entreprise
léa qui fait de la beauté en gymnastique
pascale qui rénove des cabanes
qui crée des meubles et des toiles
jacquot qui dessine qui peint qui sculpte sa vie
annie qui écrit des livres
marc qui sauve des vies
ingrid qui fait des repas des toiles et des bijoux
marc qui rêve des slogans et qui dessine ses idées
yann qui écrit et qui scie à chaîne
mo' qui fait des gâteaux
yvonne qui fait des gâteaux
serene qui plie des origami
pa' qui fait la lecture
marie qui tourne les poteries et qui embaume les morts
fred qui tourne les films
martin qui crée des entreprises
harold qui restaure les meubles
l'homme-chat qui fait des coquetels
iz' qui fait de l'informatique qui peint des toiles
et qui s'installe au mexique
isabelle qui fonde une école à londres
marie-christine qui refait sa vie à londres
les chumettes qui font des bébés
milène qui enseigne le pilates
do' qui fait du génie civil et qui enseigne le hula-hoop
pierrot qui gère hoop montréal et qui fabrique des cerceaux
julie qui recoud des familles
mélodie qui fait des licornes et qui sème le bonheur
patrick qui fait de la bouffe
et janie qui fait des gâteaux

j'aime tous ces gens qui font
que les jours soient agréables

ils entreprennent
ils réalisent
ils créent
ils font la vie

ce sont les faiseurs
les faiseurs de bonheur.


note : renzo piano est un de mes architectes favoris
son atelier dans la colline à gênes est une merveille
en deux mil dix-sept en planifiant notre voyage en italie
j'ai écrit au workshop pour demander si nous pouvions le visiter
mais il n'est malheureusement pas ouvert au public
dans ma tête les artisans de la vie sont partout dans notre quotidien
des fois ça se transforme en un écosystème de la création
et ça peut générer des environnements magiques
comme celui du groupe piano
des fois ça reste à l'échelle du 22 mai
et tout le monde adore cela et en retire sa part de beauté.

samedi 27 octobre 2018

mobile


traversée de la gaspésie à bottine

une chance qu'on a eu les motos
pour qu'en deux mil dix je sois dans le vent
et que je commence à mouvoir mon corps
ne serait-ce que sur deux roues

je n'ai jamais vraiment bougé avant
peu active physiquement
à cause de l'asthme qui m'a affligée
jusqu'à l'adolescence
je ne nageais ni courais ni boxais
et je ne savais même pas pédaler

puis un jour l'avion m'a amenée ici
au grand air du québec
et l'asthme a disparu
mais au lieu de bouger
j'ai étudié fumé dessiné
bu dansé
puis fait des bébés
et je me suis mise à travailler
dans les bureaux
assise entre huit et dix heures par jour

une fois vers l'âge de trente ans
j'ai commencé à marcher
pour aller travailler
et avant longtemps
j'avais mal aux hanches
je me suis fait faire des orthèses
pour supporter mes pieds plats
et que mes jambes s'alignent mieux
pour marcher les quatre kilomètres quotidiens

quatre
ce n'était rien vous direz
et pourtant bien assez
pour voir que mon corps était mal entraîné
après à peine dix ans féroces de position assise

c'est pendant un fabuleux périple en floride
de plus de sept mille kilomètres assise
sur le lazy boy de la harley
que mon corps a soudainement eu envie de courir

comme j'ai aimé enfiler mes premiers rénnings
comme j'ai trouvé difficile mon premier trois minutes de course
comme j'ai hagui la pente du parc laurier
sur brébeuf
en deux mil onze j'ai pris un cours de course à pieds
en groupe j'ai appris à courir
dix minutes à la fois
et nous faisions cela trois fois par semaine
avec une long run le dimanche matin
cette année-là j'ai fait ma première course
un cinq ka aux iles de boucherville
au stationnement dans la ligne
il y avait des ironmen
et denise et moi étions si fières
de leur dire qu'on courait notre première course
qu'ils nous ont bien encouragées
les années se sont suivies avec plusieurs courses
de l'entraînement des sorties sur la montagne
du homard du champagne
et beaucoup de nouveaux amis
qui comme moi chaussaient des rénnings

je me suis blessée
de façon mineure mais j'avais assez mal
pour arrêter de courir momentanément
j'ai eu une fracture de stress
quelques fasciites plantaires
mais j'ai toujours recommencé

puis j'ai fait du bixi
et j'ai rejoint les charlots dans l'eau
j'ai appris à nager

depuis j'aime l'hiver autant que l'été
j'aime respirer l'air dehors
je suis plus proche de mon corps
je le mets à l'épreuve autant que j'apprends à le connaître

j'aime beaucoup mon corps depuis qu'il bouge

je ne cours pas beaucoup ces temps-ci
je bouge beaucoup mentalement
et les études le travail et la clientèle
m'occupent à temps plein
je trotte quand j'ai le temps

quand pa' et ma' habitent ici
je les surprends des fois le matin
à faire leurs exercices matinaux
pa' pousse le mur et étire ses jambes
ma' fait des exercices de genoux sur le tapis
et du tai chi

je fais aussi des exercices en me levant
à peine quinze minutes quotidiennement
je n'ai pas toujours envie de la séance de yoga
alors je change
je fais des exercices de mobilité
les bras les épaules les jointures
la planche des quatre-vingt-dix pour les hanches
et les fessiers

je ne porte plus d'orthèse
j'apprends à muscler mes arches de pieds
je marche nu pieds partout
j'écarte mes orteils
je renforce mon tronc et je bouge mes hanches

au bureau je monte et descends les huit étages à pied
et dans le métro également
en plus de ne jamais m'y asseoir
je me tiens debout en équilibre
pour les escaliers le réflexe est que si j'en vois un
je le prends
je ne prends même pas le temps d'y réfléchir
c'est là
c'est de l'exercice gratuit
c'est assez pour faire circuler le sang
un peu plus rapidement dans le corps
et se faire une petite chaleur
pour commencer la journée
après je bois beaucoup d'eau
et tout le long du jour

quand je n'ai pas besoin d'être assise
je suis debout

maintenant je vous écris debout
et aussi en deep squat

mercredi soir
en sortant de l'agence
le muscle de ma fesse gauche m'a fait mal
et j'avais de la difficulté à marcher
j'ai visité une exposition et marché à mon souper
à tous petits pas
et je me suis assise sur un sac chauffant
quelques minutes avant de dormir

le lendemain matin
j'ai skippé la longue marche jusqu'à la piscine
mais j'ai fait mes exercices matinaux
incluant ceux des hanches et des fessiers
et ma douleur est partie

j'ai monté les marches au bureau
et tout est revenu comme avant

j'aime bouger
je me sens légère
et dans le vent
comme un mobile de calder

je suis pour la réadaptation physique
j'y crois tellement
j'aurais le goût de devenir physiothérapeute
pour redonner le goût et la foi aux gens
dans leur capacité à bouger
à regagner leur mobilité
un pas à la fois

je suis si triste
lorsque quelqu'un me dit
moi je ne peux pas
j'ai mal aux genoux
j'ai mal aux hanches
j'ai mal au dos

en bougeant
même juste un peu

on devient de plus en plus mobile
on devient de plus en plus endurant
on devient de plus en plus fort
on devient de plus en plus flexible
on devient de plus en plus léger
notre corps est fait pour bouger
et durer cent ans sans casser

il faut cesser d'être immobile

je vais dire comme un certain hippie
il y a plus de deux mille ans
avait l'habitude de dire

lève-toi et marche.

ps : la traversée de la gaspésie à bottine?
tellement pour moi!!!

samedi 20 octobre 2018

aimer



cette semaine en prévision de mon anniversaire
je me suis demandé quoi faire de facebook

comme ça fait depuis le mois de mars
que je n'y suis plus active
parce que lorsque j'y suis
je lis tout et j'aime tout
et que depuis mars
je n'avais juste plus le temps de faire ça
respectueusement

je me sentais mal de me faire souhaiter
joyeux anniversaire et de récolter la vague d'amour
du dix-neuf octobre facebookienne
alors que je n'avais pas tant donné dernièrement

dans la vie
je suis fair play
et j'ai toujours un peu peur de dérober

faque
au lieu de désactiver mon compte jeudi soir
j'ai enlevé ma date de fête

tout s'est bien passé
j'ai eu du love à la pelletée quand même
mais ça va
il n'y a jamais trop d'amour
chu capable d'en prendre

hier matin
en faisant mes exercices
j'étais rendue à ma planche
et après avoir parti mon chronomètre
sur le iphone
j'ai lu mes courriels le nez collé sur le téléphone

je commence toujours par celui de ma'
parce que c'est mon rituel quotidien
en général quand je fais mes exercices d'abdo'
j'ai à peine le temps de lire son courriel
et j'ai rarement le temps d'y répondre
avant que le chronomètre me dise
que j'ai tenu soixante secondes
je lui réponds donc après

mais là son mot était simple
elle me disait qu'il y avait cinquante-et-un ans
elle et pa' avaient eu la chance de m'avoir
et elle me souhaitait bonne fête

comme mes muscles commençaient à faiblir
et à trembler
je lui ai répondu
merci

send

c'est seulement après que j'ai compris
la mesure de tout l'amour
que j'avais reçu

hier matin
et depuis toujours
et même lorsque j'étais ado'
et que je pensais que mes parents
ne valaient jamais autant que mes amis

et j'ai aimé me savoir aimée d'eux
et de tous ceux qui m'aiment

et j'ai réalisé à quel point je suis aimée
dans la vie
que je l'ai toujours été
et combien il est important
comme fondation pour le bien-être
et le développement de l'être humain
que d'avoir été aimé

ça a permis de me construire
même en portant du linge d'occasion
ce que mes enfants ont également subi
ça m'a permis d'avancer sans avoir peur
ça m'a permis d'en chercher partout de l'amour
car je savais que c'était bon et doux
et je le reconnaissais instinctivement

je n'ai jamais été blessée

ça m'a permis de comprendre
que je faisais partie
de tout l'amour du monde
que j'étais digne d'en recevoir
et que je savais en donner

je suis une personne qui aime et qui donne

j'aime les fleurs
j'aime les bêtes
j'aime les calculs
j'aime la beauté
j'aime l'eau
j'aime travailler
j'aime cuisiner
j'aime l'homme-chat
j'aime emballer
j'aime écrire
j'aime dessiner
j'aime aider
j'aime réfléchir
j'aime les gens
j'aime les chips
j'aime me sentir bien dans mon corps
j'aime marcher dans la rue
j'aime mes collègues étudiants
j'aime apprendre
j'aime les défis
j'aime aimer
j'aime le bonheur
j'aime manger
j'aime les aquariums
j'aime les orignaux
je n'aime pas avoir peur
mais ce n'est pas par manque d'amour
j'aime écrire de la main gauche
j'aime l'audace
j'aime le corps humain
j'aime le système nerveux
j'aime méditer
j'aime le citron
j'aime férocement le gingembre
j'aime le palace
j'aime la peinture
j'aime le bling bling
j'aime les porsche
j'aime le creuset
j'aime recevoir
j'aime les huîtres
j'aime le bon vin
j'haguis le mauvais vin
mais ce n'est pas par manque d'amour
j'aime mon clan
j'aime mes fils mes nièces mes neveux
j'aime ma sœur et mon frère
j'aime les blondes et chums
j'aime les villes
j'aime les endroits
j'aime les rues et les ruelles
j'aime le mont-royal
j'aime courir
j'aime lire
j'aime les bibliothèques
j'aime les musées
j'aime les églises
j'aime les châteaux
j'aime les passages piétonniers
j'aime les skate boards
j'aime les skateux
j'aime les sudoku
j'aime la poésie
j'aime bladerunner
j'aime l'été
j'aime la plage et la mer
j'aime les rivières
j'aime la neige
j'aime l'homme-chat
j'aime l'architecture
j'aime mes co-voyageurs dans le métro
j'aime les mères et leurs enfants
j'aime les dads
j'aime les costards bien coupés
j'aime les parfums
j'aime les grands hôtels et les restos
j'aime le design
j'aime pa' et ma' et ha' ma'
j'aime les tantes et les oncles
j'aime les beaux-parents
j'aime les shang
j'aime faire des choses
j'aime confectionner
je n'aime pas encore élever un potager
mais ce n'est pas par manque d'amour
c'est par manque de n'avoir pas encore persévéré
j'aime essayer

j'aime délicieusement l'amour
j'aime en donner autant qu'en recevoir

la porte est grand ouverte
servez-vous
prenez-en
et redonnez au suivant

ça rend vivant.

samedi 13 octobre 2018

vivere


(non ce n'est pas une marque de condom)

il y a les gens de mauvaise foi
et il y a les ignorants
les ignorants de mauvaise foi
et les ignorants de bonne foi
je ne parlerai pas ici des gens de bonne foi
qui ne sont pas ignorants
ceux-là en général
s'en sortent bien dans la société des humains

précisons tout de suite que les individus
les plus dangereux sont les savants de mauvaise foi
ils sont les plus susceptibles
de frauder le système
et de causer du tort à autrui
en toute connaissance de cause

mais les plus désagréables sont les innocents
ignorants
ceux-là ils peuvent s'obstiner toute la journée
en parlant à travers leur casque

dans la vie on dit

ben oui

qu'est-ce qu'on dit dans la vie

nul n'est censé ignorer la loi

ben oui

c'est ce qu'on dit

mais les ignorants ne savent même pas
qu'on dit ça

alors à plus forte raison
connaître la loi
ça les dépasse

donc ils vont comme tout le monde
sur leur petit bout de chemin
à élever leurs enfants
à déjeuner des toasts au beurre de pine
ou des financiers aux amandes
à boire le café tim ou le mimosa
à faire des boîtes à lunch ou
rencontrer des clients au cherrier
à faire deux shifts au salaire minimum pour arriver
à demander de l'aide sociale
faute de faire mieux
à quêter dans la rue
à cinq à septer sur une terrasse le premier avril
à passer l'halloween
à faire des cartes de nowell
ou des faire-parts de noces
à assister à la collation des grades de leurs flos
à construire une maison
à jouer à la pétanque
ou au x box

bref ils vivent

ils n'étudient pas le code civil
ni les lois provinciales et fédérales nommées
car il y en a des centaines
qui régissent la façon dont on exerce nos droits
et qu'on s'acquitte de nos obligations

quelles obligations me demandez-vous

ils n'étudient pas la médecine
ni la comptabilité ni la fiscalité
ni la pharmacie ni l'ingénierie ni la dentisterie
ni les sciences de l'environnement
ni la pétrochimie

ils vivent

et puis il y en a d'autres qui vivent aussi
mais tout en vivant
ils se demandent comment ils feraient
pour faire un peu plus d'argent
ils se disent que d'autres leur en doivent
alors que personne ne doit jamais d'argent
à personne à la base
et là ils se plongent dans les livres
ou dans le web qui est pire
ils en parlent à d'autres
ils radotent
ils font des appels

et tout ça se met à chirer grave
ils remplissent des formulaires
qu'ils ne devraient jamais compléter
sans connaître les répercussions
que cela engendre pour d'autres personnes
pensent-ils même aux autres
des fois oui pour leur nuire
souvent ils ne pensent qu'à eux

et bang
arrive la chicane
ils ont trop tiré leur bord de la couverte
la couverte arrache
quelqu'un paye
on était un on était deux
du coup on est rendu trois

ah oui
l'état
la troisième personne
toujours présente dans nos vies

quelqu'un a logé une plainte
le voisin fait trop de bruit
il laisse traîner des choses dans sa cour
il oublie de peindre sa façade

quelqu'un appelle pour dénoncer
la mère monoparentale qui reçoit des allocations
alors que les enfants ne sont jamais là

mais quelle société amère

seul les gens vivant tranquillement dans les rangs
n'ont jamais de problème
ils sont invisibles
mangent à la même heure et la même chose
que tout le monde
étudient et graduent au bon âge
et évoluent au sein d'une même cohorte
toute leur vie
ils passent partout
ils ne dérangent pas

mais dès le moment où quelqu'un est un peu différent
trop gentil trop bienveillant
bad lucky
trop entreprenant trop actif trop enthousiaste
lorsque quelqu'un fait du bruit
réussit
persévère
le moindrement qu'il se fait remarquer
tôt ou tard aura quelqu'un sur le dos

à cette bête là qui sort un peu des rangs
j'aurais un conseil à prodiguer si je puis

renseignez-vous
sur tout de tout
au moins un peu
du comment on fait quoi
quelles sont les conséquences de tel ou tel choix
soyez ami avec tout le monde
soyez toujours toujours toujours gentil
et n'ayez jamais à vous reprocher quoi que ce soit
soyez droit

si quelqu'un vous en veut
la vérité sera toujours de votre côté
car les faits seront avérés et irréprochables

allez va
vivez maintenant
mais faites-le bien !

samedi 6 octobre 2018

la noce


(c) photo : jeff brummett

aujourd'hui est jour de noces
et pas n'importe lesquelles
mes amis yann et marie-ève se marient
évidemment je vais manquer ça
pour raison d'uqam tout le samedi
mais ce n'est pas grave
je penserai à eux
en réfléchissant sur le mariage

cette semaine je me suis demandé pourquoi
on tenait tant à se marier
au québec
dans ce pays si libre de choix
où toutes les formes d'unions existent
sans grand préjugé ni préjudice
sauf lorsque lola se sépare d'éric

il faut être bien au fait du code civil
de la fiscalité
de la religion
des services d'adoption
pour se plier à l'exercice
du mariage

car entre vous et moi
qui aujourd'hui n'est pas issu
d'une famille reconstituée
ou d'une union non assermentée
par une toge ou une soutane
qui aujourd'hui est malheureux
de ne pas être marié avec l'être cher

alors je me suis dit
qu'il y avait plus que jamais des romantiques aujourd'hui
ceux qui croient encore que cela veuille dire
quelque chose
ceux qui pensent que le mariage témoigne
tel une élection
du choix du cœur

marie-ève m'a répondu hier
que c'était pour l'amour
pour le symbole de l'amour
le liant entre deux personnes
qui vivent ensemble et s'aiment
sans avoir d'enfants

alors que chez d'autres la famille constitue
une union manifeste
chez un homme et une femme
vivant en union
il fallait des fois un peu plus

je le sais
je l'ai fait
ce n'est pas parce qu'après quinze ans de vie commune
je doutais de notre amour
que j'ai demandé mon chum en mariage

je voulais un engagement plus ferme je crois
l'acte de foi de l'un envers l'autre
en anglais on appelle engagement
les fiançailles

ça annonce

les paragraphes du code civil
en vertu desquels on se marie légalement
nous disent clairement
nos droits et obligations d'époux

le mariage est un contrat
s'il est codifié
il est surtout moral et psychologique

des inquiétudes tombent
on célèbre
c'est fait
on s'aime assez pour le dire

je te prends pour épouse
tu me prends pour époux
pour le meilleur et pour le pire

et pour le célébrer à la face du monde
devant ceux qu'on aime
en secret puis sur le web
de n'importe quelle façon
et c'est assez important
pour qu'on lui accorde même
un lieu un menu une chanson
des vêtements  une coiffure
des ajustements de broches ou un débrochage
des bijoux des fleurs un char des chars
un bécyk des souliers vernis ou de course
un rituel et de nombreuses superstitions

on s'y met quoi

parce qu'on y va à fond

pour le meilleur et pour le pire
bisque de

so far so good

les rares mariés que je connaisse
de mon temps et ensuite
vivent toujours leur lune de miel

je pense qu'en cette société libre
le choix du mariage en est un sérieux
il dit vraiment
je t'aime assez pour vivre le restant de mes jours avec toi
je suis là pour toi
on est accrochés jusqu'à la mort

j'aime ça le fait que des gens fassent cela
à notre époque
où rien ne dure
où un ordinateur est désuet après deux ans
où on lit rarement un texte plus longtemps que cinq minutes
où on ne peut attendre le métro que trois minutes
où il faut que tout aille vite

j'aime que des gens prennent le temps de se marier
une fois
puis tous les jours suivants

en fin de journée en ce six octobre
mes amis fiancés seront mariés
puis il iront nocer
à l'autre bout de la terre
et ils se rappelleront toujours de cette date
qu'ils marqueront chaque année

jour de noces ce sera
l'amour est à célébrer sans modération
becs de bonheur les babes!   xxx