mardi 14 août 2007

être une fourmi


Une petite vite à matin, avant de filer au travail... Mon père disait la semaine dernière (dans un contexte précis bien sûr) : "lorsque la nature nous aura passé dessus, nous n'aurons finalement pas été plus que des fourmis" (ou quelque chose du genre). Depuis que je suis retournée au travail hier matin, je n'arrête pas de substituer mentalement les humains avec les fourmis : une fourmi court pour attraper son métro; une fourmi achète une pass d'autobus; une fourmi attend la lumière pour traverser la rue; une fourmi conduit sa voiture au garage; une fourmi achète des timbres; une fourmi choisit son jus de légumes bio; une fourmi achète une bonbonne de propane pour le BBQ; une fourmi concocte un tartare de saumon pour une autre fourmi; 2 fourmis partagent une bouteille de chardonnay; une fourmi prend ses courriels; une fourmi écrit un blogue... Plutôt bizarre, non?

1 commentaire:

Omo-Erectus a dit...

Tout cela me fait bizarrement penser à la chanson "Les Fourmis" de (ex) Jean Leloup; une espèece de fable sur le monde des fournis qui, comme vous le faites si bien ressortir, n'est pas en soi différent de notre monde d'humain.

Souventes fois, je rêve d'être cigale. Mais la réalité me ramène sèchement à mon mmonde de fourmis.