dimanche 28 décembre 2008

bilan 2008

Ne pas vous dire au revoir en cette fin d'année serait un sacrilège. Chers amis de la blogosphère, je vous souhaite une excellente année 2009 remplie de santé, bonheur, amour. C'est l'essentiel, le reste est artifices et nous avons chacun les nôtres. Je me permets un petit exercice narcissique de réflexion sur 2008 car j'en suis encore époustouflée; constater le bon dans tout ce qui nous est arrivé cette année, que nous avons cherché et provoqué et qui nous a tellement fait grandir mais en minant légèrement nos réserves de santé et énergie. Allons, retour en arrière.

Premier et plus important constat : tout le monde est vivant et en santé. Pas de décès ou maladie dans la famille. Le déclin de l'économie américaine n'affecte pas trop mes parents qui ont une vie relativement simple et économique. Mais quelle claque en pleine face pour le règne du capitalisme financier! L'avidité, la cupidité et le manque de scrupules payent, ou plutôt nous font payer... Perspective : la simplicité volontaire gagnera ses lauriers sans forcer...

janvier : retour du nouvel an au mexique avec l'homme de ma vie. la chaleur avec la pêche en haute mer sur Jesus' boat dans la baie d'acapulco, on se brûle le cerveau et se réchauffe les veines, de l'énergie pour cette nouvelle année. Retour à Montréal : je me stratège un nouvel emploi. Je suis en train de quitter les coms qui me demandent trop depuis presque 18 mois et j'ai des offres informelles qui fusent de plusieurs ramifications de mon ancienne vie dans la finance. Mon ami Do, mentor du même âge, me mène une discussion sérieuse à ce propos et me prodigue de précieux conseils. Je choisis le travail à commission pour une petite banque québécoise, on essaye. J'applique et suis en processus d'entrevues...

février : me souviens pas. En plus, il y en avait pour 29 jours cette année... ah oui! : puisqu'en janvier, nous avions vendu notre maison en quelques jours à une amie, pas de visites à faire, pas de commission à payer; on devait simplement être en train de célébrer ce deal conclu. Recevons la réponse du locataire dans le nouveau duplex, il nous laisse reprendre le logement en juillet sans contestation et règlement via la régie : bénédiction!

mars : il me semble que c'était le mois de la solidarité cet hiver de neige, non? Je quitte les coms pour me joindre à la banque. Entre en formation à l'Académie, théorie pendant une semaine, puis lâchée lose dans le monde du développement hypothécaire. Me fais des amis, des alliés, sollicite : quelle vie difficile! Travaille avec des agents d'immeubles sans fidélité ou loyauté à long terme : conclure rapidement des one shot deals, empocher une commission, on passe au suivant. La fête à fils no 2 qui revient du Costa Rica d'un voyage "humanitaire" avec son école, plutôt une semaine sur la plage avec 10 filles de son âge - on ne le blâme pas. Il oublie négligemment de s'inscrire au cégep, bel avenir mon beau... la fête à mon chum, on va à l'italien simplement, je suis tellement malade, je ne remonte pas une mauvaise grippe...

avril : poisson. fête à mon frère, nous rassemblons toute la famille à la sala rossa pour un souper en famille (sauf les parents qui sont au far west). On y rencontre pour la seule et unique fois le chum de l'époque de ma petite soeur. Elle aura une grosse peine d'amour par la suite.

mai : chum a un deal. un bar. récupère le bail et on s'immerge au complet dans l'aventure de l'entreprise. bail et avocats, permis d'occupation, permis d'alcool, dépôt pour loyer, compte bancaire, fournisseurs, rénovations, comptabilité, etc. travaux qui dureront ainsi jusqu'au mois d'août, où le permis d'alcool est délivré en mi-mois après de longues pérégrinations. Je dessine et commande la cuisine chez ikea pour la maison.

juin : boîtes : déménagement en vue le premier juillet. beaucoup de boîtes et trucs à démonter, le chum est occupé au bar. un peu débile, juin, si je me souviens bien, mais en fait de job, c'est tranquille, à mon rythme, ça adonne très bien. Petite escapade en moto aux States, c'est la seule de l'année, ça fait du bien! L'Espagne gagne la coupe d'Europe au soccer, le bar n'est pas encore ouvert, on n'a ni permis ni écran géant.

juillet : déménagement en trombe. C'était pas si mal après tout. J'en ai déjà parlé. On a 15 jours pour sabler les planchers et construire la cuisine. On sait tous qu'on n'a rien fait de tout cela jusqu'en décembre, mais pas grave, les boîtes sont rendues et les meubles aussi! Yeah, on a déménagé!

août : permis d'alcool, ouverture du bar. Mon chum apprend à être un nouveau gestionnaire, jongler avec tout, 2 jobs et le manque de sommeil qui commence. J'ai des propositions pour un nouveau poste à la banque, j'y pense très fort. Promotion et utilisation de mes compétences-clés, très intéressant.

septembre : break! 1 semaine de fuite en auto aux États, avec chum, bord de mer, vignobles et NYC, la grosse vie sale, câlisse! Retour : conclusion de ma nouvelle entente de travail, je commence le 6 octobre à mon nouveau poste.

octobre : nouvelle job - vraiment bien. déffrichage à l'interne, comités de direction, sessions de travail, beaucoup d'écoute, de respect, de considération, j'aime bien. Très stimulant comme contexte de travail. renouer avec mes anciens contacts, l'accueil est chaleureux, je suis en terrain familier. Party d'huîtres : me suis décidée à "recevoir" malgré l'état piteux de la maison où tout est pêle-mêle et les meubles dans les mauvaises pièces et les trous dans les murs et le prélart dans la pièce qui n'est pas encore notre cuisine. Réussi : l'âme du party subsiste à travers vents et marées, peu importe l'environnement, parce que les gens, juste les gens, juste le plaisir, la communauté. Aussi là où les anciens collègues deviennent la compétition. Occulter la compétition, faire de mon mieux et garder mes amis.

novembre : la fête à jean jean bien sûr mais quoi aussi. Obama gagne les élections : réécriture de l'histoire internationale. Chez nous, la fatigue s'installe, c'est maudit!!!

décembre : après harper, c'est à charest à rentrer au poste : rien de neuf sauf un npd et un qs! On y est, on donne un coup pour installer la cuisine. les boîtes ikea se déshabillent finalement et momo joue de la drill sans fil à l'infini. On scie, on sable, on vernit, on branche, on débranche, on colle, on connecte, on file, on cuisine, on mange, on boît, on se repose! Fête de soeur, de fils no 1, réunion de famille, et chlock! l'année se termine. Le 31 : réveillon de la veille du jour de l'an au bar : une finition en beauté.

Qu'a-t-on appris? Que mon chum est un bon gestionnaire, qu'il sait peser le pour et le contre et qu'il réfléchit tout en passant à l'action. Il sait dealer avec les gens, c'est une bonne personne avec de profondes valeurs humaines qui lui servent plus que jamais à avancer dans la vie. Que les amis sont nos plus précieux atouts, ils nous aiment, nous supportent, apportent de l'amour et de la joie. Que je suis bonne dans ce que je fais et que mon ego peut se gonfler sans limite et je passe encore dans les cadres de portes; j'aime recevoir des compliments et j'ai dangeureusement confiance en mes capacités. Que la santé, c'est plus important que tout, qu'il faut la préserver et trouver le sommeil là où on peut; il vaut mieux apprendre à déléguer quelque fois et accepter un peu d'imperfections, pour pouvoir se reposer. Que plus on en fait, plus on est capable d'en prendre, c'est ainsi qu'on tend vers Superman et Wonderwoman. Qu'une job stable et 2 revenus fixes, c'est appréciable quand on se lance en affaires dans un domaine où l'on manque d'expérience. Que nos enfants seront toujours les nôtres et que, malgré qu'ils soient bousculés dans les déménagements, le peu de soin que nous leur accordons et tout le reste, ils nous aiment inconditionnellement. Que la communication est la clé de tout succès : sans elle, sans pouvoir me parler tous les soirs de ses défis, sans que je puisse lui jaser des miens, mon chum ne serait plus le mien. Qu'il faut savoir pourquoi on fait les choses : nous savons que cette course effreinée n'est pas vaine : elle aura une fin proche et elle a certes une utilité. Que l'énergie s'emmagasine mais qu'elle se dépense seulement quand on en a : c'est le temps de grandir, un jour nous serons vieux. Qu'on aime toujours faire de la moto même si elle n'est pratiquement pas sortie cette année. Que nous avons de bons caractères, tout le monde et nous aussi. Que nous ne voulons plus déménager pour quelques années : un peu fatigués vous savez. Que l'amour sait traverser bien des épreuves.

Bonne année à tous. Chaleureuses bises d'une compagne qui vous aime beaucoup!

modotcom xx

5 commentaires:

OMO-ERECTUS a dit...

La voilà, la fameuse explication! Vous êtes démasquée! Ma foi... Moi qui cherchais une explication à vos publications si raréfiées, vous venez de me la donner: mais c'est que vos mois de l'année sont bien trop surchargés pour vous consacrer à l'écriture!

Alors, faisons un voeux tous les deux: après les tempêtes 2008, que vous naviguiez sur des eaux plus calmes, pour le bien de vos lecteurs!

Lise a dit...

Pour 2009, que toutes les rénovations soient terminées, les armoires Ikéa posées: et surtout le plus important beaucoup d'amour et de tendresse, sans oublier la santé pour apprécier la vie.

:)

Zoreilles a dit...

Que j'ai aimé lire ton bilan de 2008, c'était tellement toi, tendresse, fantaisie, émotions, générosité et ouverture aux autres. C'est fou comme on peut se retrouver « comme en famille » dans les chemins de réflexion de quelqu'un qui a pourtant une vie différente de la nôtre...

Que 2009 te conserve la santé et l'énergie et te fasse vivre des moments et des découvertes qui t'émerveilleront toujours autant, pour que tu partages tout ça avec nous.

Bisous sur les joues...

Pierre M a dit...

Très beau billet-bilan. Bonne idée de faire ça, très sain. Si je n'étais pas si paresseux, je ferais de même, mais bon. En tout cas, c'est très bien d'avoir une amie qui blogue. C'est la meilleure façon de mieux la connaitre.

Bonne année Mo. Je t'aime et tu me manques.

Pierre

modotcom a dit...

bonne année Pierrot, je t'aime et tu me manques aussi! Bises à vous 3.