samedi 27 décembre 2008

l'ennui

j'ai quitté le boulot le 19 décembre en amenant quelques dossiers à la maison, puisque je ne reprends du service que le 29 décembre et qu'entre temps, il se peut que le client impatient se manifeste. Bref, c'est la fête à fils, son année chanceuse même : 19 beaux grands ans. L'ai-je croisé entre le travail et l'aéroport? Ah oui, je m'en souviens maintenant : je l'ai croisé, lui ai souhaité bonne fête, lui ai remis son cadeau de fête, un petit quelque chose, avec un certificat-cadeau pour s'acheter du linge, quelle bonne idée maman, oui, c'est vraiment bien, mais je t'aime, mais je vais bientôt partir à l'aéroport chercher tes grands-parents, tu sais, ils arrivent vers 19 heures 30, c'est pour ça que j'ai négocié avec mon boss de partir plus tôt. D'ailleurs, il y a tempête. Comme les chinois arrivent de San Fran à YUL via Toronto, mon homme pense qu'ils n'arriveront pas ce soir puisque 300 départs sur 1200 seront annulés de Toronto aujourd'hui - c'est ce qu'on en saura le lendemain. Pas grave, dans le sprint pour compléter les armoires ikea de la cuisine - je reçois TOUTE la famille à souper le 24, comme à chaque année, maison en chantier ou non, pas grave, on compte sur moi, ou plutôt je compte beaucoup sur moi. Je fais donc des armoires ikea ad nauseam, ma maman appelle plusieurs fois sur le cell : vol retardé d'une heure, ne pars pas de chez toi, vol annulé, on te rappelle lorsqu'on en aura un, bagages pas rendus de San Francisco, on va prendre un autre avion, ok, vol AC430, arrive à YUL à 23h30. Comme vous le savez, l'avion est arrivé à 1h30 le 20 décembre, le Tim Horton's de l'aéroport était plein, les gens dormaient presque sur les chaises, l'attente était longue mais mes parents sont finalement arrivés, sains et saufs, fatigués, du far west. Mes parents : mon papa. ma maman. à moi. à ma soeur. à mon frère. les grands-parents de mes 2 fils et de mes 2 nièces. Je les aime. Je les vois 1 fois par année. C'est la joie, le bonheur, le plus pur, les retrouvailles et réjouissances des fêtes en famille.

Ouf! il manque un bagage, on fait une réclamation. Il sera livré le 21 chez nous par un bonhomme joyeux qui sentira le pot. Encore un soir de tempête!

Je dépose mes parents chez nos amis qui nous ont laissé leur appart pour 10 jours, car chez nous, il y a le chat, la poussière, les rénos, et des fois, des punaises. Là il y a des livres, un sofa-lit, des plantes à arroser, le confort. et des voisins en bas à qui j'envoie un email à 3 heures du mat pour les prévenir qu'ils entendront des pas sur leur tête. On est maintenant amis sur facebook.

Ah oui, tout ce temps, mon chum n'est pas avec moi puisqu'il travaille au bar.

Mes parents sont arrivés, je rentre à la maison, me couche.

Les jours suivants sont une enfilade de suractivités : samedi je ne me souviens plus sauf le party le soir au bar, dimanche lunch sympa et vin avec maman et papa à la maison (il aime le vin mon papa et profite de notre compagnie pour en consommer à son goût), plombier et garage lundi (les freins ont lâché, je vous jure!), armoires ikea, boîtes du garage avec stock de cuisine à placer dans les armoires (enfin mes assiettes et mes tasses!), comptoirs de cuisine, téléphone travail, garage avant 17h30 le soir, pognée dans un bouchon dans plein de rues de la p'tite patrie (on saura le lendemain que c'est à cause du méga incendie sur christophe-colomb), mardi home depot manque des 90 pour le P en arrière du ABS, téléphone travail stationnement home dépôt, branchement lave-vaisselle, incluant choc électrique, il fonctionne pas, je redébranche tout et rebranche, les tites lumières s'allument, ikea pour coupe-vapeur lave-vaisselle, commissions pour bouffe du 24, reviens, incendie sur st-zotique, horrible, appelle chum au travail, traumatisée, veux pas que ça arrive, sapin, saq avec chum (le moment de plaisir que l'on prend : 4 minutes pour magasiner ensemble du vin - bonheur!), souper, découpe et installation armoire lavabo, lavabo, comptoir lavabo, mercredi 8am, dépeçage des poulets, bouillon poulet avec les restes, préparation vin chaud et épices, préparation pâte à tarte, plomberie acheter une nouvelle crépine- manque un morceau à la crépine ikea, ils ont jamais vu ça à la quincaillerie lambert, épicerie manque beurre et persil, retour maison, encore des camions de pompiers qui filent avec sirènes sur beaubien, maison confection confiserie pour cadeaux maison, confiserie au freezer pour pogner, emballage des cadeaux, déplacement des meubles dans les bonnes pièces, sacs à confiserie avec rubans, tarte chocolat poire, confection des rôtis de poulet au shitake, soupe, fils no 2 sur le décorticage des crevettes, encore fils no 2 sur la salade de fruits, maudit que ça travaille bien dans notre nouvelle cuisine, entrées, palourdes mandarines persil, pesto pour poisson, rôtis au four, patates, chum qui branche le drain du lavabo puis s'en va chercher du chinois à st-hubert chez amis aux parents - mon père s'est trompé de chemin, l'a emmené sur un boulevard avec 80 lumières, mange un cup-a-noodle parce que j'ai faim, la visite arrive, fils mettent la table, il faut ajouter des chaises, est-ce que ça rentre? comment on fait? fils no 1 organise des tasses avec bâtons de cannelle et rondelles d'orange et sert le vin chaud aux invités, on se réjouit, on mange, je capote, je suis trop ambitieuse, j'aime pas mon poisson mais tout le monde l'a fini, la soupe est bonne, tout est délicieux, on emballe les restes, mon père en veut car demain c'est férié il ne pourra pas s'acheter de la bouffe, ne rien jeter, on a déballé les cadeaux, moments magiques, mon frère a confectionné ses emballages, ma belle-soeur aussi, et ce qu'il y a dedans en plus, ma soeur a fait ses emplettes en 1 1/2 heure sur st-denis alors que mon père emmenait ses filles à imax pour une représentation de seulement 45 minutes, il fallait le faire, elle s'en est bien sortie!, ma mère nous a offert des cadeaux divers ramenés de voyages en amérique du sud, au vietnam, ici et là (mais comment font-ils pour bouger autant), offert des cadres à mes fils avec des photos de leur âge célébrant leurs talents respectifs, les nièces ont eu beaucoup de plaisir, couru, ri, pleuré, mangé du dessert et joué du xylophone vietnamien en faisant une finale pour la caméra. ils sont rentrés chez eux, mon chum a payé un taxi à mes parents parce que mon père avait visiblement trop bu comme le disait ma mère depuis le début de la soirée. Le salon est jonché de papier d'emballage et la table de vaisselle. dodo.

Le 25 au matin, mon chum et moi sommes en congé. Mes fils partent chez leur père célébrer Noël avec l'autre partie de leur famille. Nous sommes seuls, dans notre cuisine presque achevée. On déjeune. Que les céréales sont bonnes! Qu'il fait calme et bon... c'est le temps de lire le journal du 23 et celui du 24 décembre (on est abonné au Devoir, mais on a reçu une carte de Noël du camelot du Journal de Mourial - et vlan dans les dents de la belle bourgeoisie!). Ah pis non : c'est le temps de voir du monde! jacquot et mimi n'ont pas reçu notre invitation postale pour le party du 31 au bar quisqu'il me manquait 11 sous d'affranchissement. On va leur porter en personne à Ste-Victoire. Victoire, oh joie, ils sont là, chez eux!!!! stop antipasti de mimi et vin rouge, roule, roule, roule, reviens, soir, maison, manger restes, têtes à claques sur l'ordi puisque la tv est dans une autre pièce dans laquelle il n'y a plus de sofa, pas grave, je crois que l'ordi lit les dvd, oui, on regarde un film cucu appartenant à mes gars, avec b pitt et a jolie avant qu'ils n'aient une batch d'enfants ensemble. Vraiment con le film, vraiment idiot, pas sure si chum ne dormait pas sur le sofa. bref, dodo après. On était fini, fini, fini, pus capable.

26 : boxing day. Quelle perte de temps quand même. 2 heures de centre-ville bourré de jeunes qui courent partout et aucune aubaine. Je n'ai pas dépensé 100 piastres. Bonne fille!

Hier soir, toute ma famille a débarqué au bar, prendre un verre sur le bras de mon chum. Ma belle-soeur a joué au pool. Ma soeur voulait encore essayer le boléro crocheté en mohair que je portais et dont j'ai hérité de la meilleure amie de ma mère le 24 car droit d'ainesse vous savez... Je les ai reconduits à la maison et suis rentrée me coucher.

Levée ce matin, plombier encore : sa soudure de lundi coule depuis - on voulait pas le déranger le 24 ni le 25. Rappelle la locataire en haut, nous allons couper l'eau, pourriez-vous laisser couler la champelure pour drainer le circuit? Merci! Oui, oui, merci. Encore seuls, lui et moi, emplettes pain fromage, vin, lunch à 14heures avec un ami à la maison, on aime ça les gens qui arrêtent, c'est pour ça que l'on veut une cuisine conviviale. Sieste car chum travaille ce soir. Mal au ventre, hyperacidité, feele mal. PJC : Maalox, Tums, Pepto Bismol? Non, opté pour Alka Seltzer, parce que c'est pétillant. Puis un doritos, saveur nacho cheese. petit format. Glissé sur les trottoirs glacés jusqu'à la maison (au PJC, il y avait un monsieur qui faisait clic clic avec ses souliers à crampons dans les rangées - il y en a des weirdos...)

Mes parents viennent souper demain, je ferai de la paella. Lundi, nous allons souper avec les meilleurs amis de la famille, sur la rive-sud - mon chum viendra pas parce que le repos c'est important - mes parents comprennent ça. Les enfants de nos amis sont revenus de la Chine, avec leur progéniture. Nous serons environ vingt-deux incluant 2 jeunes bb de leur côté, ce sera joyeux. Puis mardi, mes parents repartent au far west - je ne sais à quelle heure, comme je travaille déjà, ma soeur les conduira à l'aéroport - d'habitude je me tape Trudeau à 6heures du mat sur la 20, et puis je rentre finir ma nuit, mais cette année, début dans une nouvelle job, je serai au bureau le 30 décembre. Je passerai chez ma soeur reprendre les clés de l'appart de mes amis pour aller faire un peu de ménage, sortir les poubelles et laisser un petit cadeau de merci pour l'hospitalité - mes parents sont très propres mais ils ont quand même utilisé 2 serviettes pour se laver cette semaine.

Mais ce soir, voilà : 20 heures 15 : personne à la maison, le chum qui travaille au bar, des livres à lire, des rénos à faire, un sapin à démonter (y est ch'nu, laitte pis y m'écoeure c't'année), du ménage à faire, un bain à prendre, mais rien : la poussière est tombée et je m'ennuie.

6 commentaires:

Zoreilles a dit...

« On compte sur moi, ou plutôt, je compte beaucoup sur moi », cette phrase-là, je l'ai lue et relue, je m'y suis tellement reconnue!

Tu me consoles, tu sais, parce que pour le rythme, je croyais être la seule à vivre ça et ce qui me fascine, ce sont tous les bonheurs que tu sais capter dans ce tourbillon infernal... et magistral à la fois!

T'es quelqu'un, toi... D'admirable. Pour plein de raisons. J'ai eu un grand bonheur à te lire et tu sais quoi? Je suis très calme en repartant d'ici. Je crois que je vais revenir pour savoir si ça fait le même effet à chaque lecture!

Lise a dit...

Quel texte débordant de vie ! Ça valait la peine d'attendre ! Mais quel rythme, écriture endiablée pour dire le moins. Ça me fait du bien, car ayant un peu trop tendance à l'introspection et l'auto-analyse, je serais incapable d'écrire avec un tel souffle. Et pourtant, tout ce que tu décris, je le vois aussi.

Et j'ai souri à la mention du monsieur "weirdo "qui faisait clic-clic avec ses chaussures à crampons, car j'en ai à mes bottes sinon je me serais tuée sur les trottoirs Mourialais la semaine dernière. Et je suis tout de même tombée.

Comme Zoreilles, j'ai adoré ce texte, mais pour des raisons différentes. J'admire les gens qui vivent intensément, mais la course contre la montre me fait perdre tous mes moyens ( je deviens comme une poule pas de tête ), et notre merveilleuse société n'a aucune sympathie pour les "lents", ceux qui ont besoin de temps pour tout faire de manière efficace.

Maintenant je vais lire le nouveau billet, en prennant mon temps...

modotcom a dit...

Chères dames, merci! Juste de l'écrire m'a d'abord désennuyée (c'était le but je crois samedi soir dernier) et surtout donné du recul : cette "course contre la montre" comme dit Lise est tough sur le coup mais hilarante quand j'y repense. Ce sont de beaux souvenirs! Grosses bises à vous 2, et aux autres. Bonne partie de hockey et attention aux trottoirs!

OMO-ERECTUS a dit...

Il n'y a qu'une seule chose qui, vraiment, indubitablement et absolument m'échappe dans ce texte dont on ressort, comment dire, aussi épuisé que son auteur: MAIS QUEL EST LE LIEN AVEC SON TITRE "L'ENNUI" ???

Pierre M a dit...

Ouf!! L'ennui???

materials a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.