jeudi 26 mars 2009

soirée privilèges

sans mon homme, sans mon fils, ni l'autre. il reste un chat - quelque peu exigeant en ce soir de pluie, mais quand même, on appelle cela : tranquille.
changée en suit de jogging et gougounes, je me suis permis une barrette jaune pour rattacher mon toupet sur ma tête et relever mes cheveux en chignons.
suis allée au dep - c't un chinois - me chercher du junk food à n'en plus finir.
n'ai pas bu de vin car n'en ai pas envie.
ai épluché une couple de papiers, lis le devoir à loisir et satiété, de long en large, de gauche à droite et de travers, ferai les mots croisés et pourquoi pas m'essaierai au sudoku.
ai lu mon blog de Q pour vérifier la participation à ma super orgie, pour me rendre compte qu'il y a de la vraie porno en ce bas monde; maman, que fais-je?
ai le nez qui coule, me mouche.
n'ai pas mis de musique, par pure paresse.
ne prends pas un bon bain chaud mais sais qu'il n'en tient qu'à moi.
rêve de me coucher tôt mais sinon c'est que j'aurai étiré le plaisir...

de la cris... de sainte-paix!

alleluia : je me prévaus de tous mes privilèges!

3 commentaires:

OMO-ERECTUS a dit...

Hey! C'est fou, hein? Une soirée sans dérangement, sans téléphone-marketing, sans voisin qui hurle, sans obligations de ménage, sans télé, sans bruit... bref, lorsque tout cela devient "privilège", y'a quelque chose qui cloche dans nos demeures! Vous trouvez pas?

modotcom a dit...

c'est vrai, il devient un vrai privilège de pouvroi juste décider nous-même de notre emploi du temps. Oui, cela cloche, bien sûr. Salutations par chez vous, cher Omo.

sudoku a dit...

ça devient de plus en plus difficile de faire ce que l'on veut. Trop d'obligations :(

Carolina