mercredi 6 mai 2009

rénos

je regardais les photos d'un de mes amis qui rénovait récemment son salon, avec poussière de gypse dans les cheveux (les doigts jamment dans la perruque et c'est pas doux du tout, jusqu'à temps que les cheveux ressortent de la douche bien shampouinés et conditionnés). Ça m'a fait penser que nous en avions déjà fait pas mal et que s'il ne reste que de la finition (nous sommes les pires là-dedans, ayant déjà fait l'expérience de vivre de nombreuses années avec des cadres de portes pas terminés, une super cuisine neuve à laquelle il manque un mur de gypse ou chapeautée d'un plafond troué, etc. et empressés de terminer lorsqu'on met la maison en vente). On en est maintenant à dealer avec des mini-projets de bricolage, plus que de la grosse job sale. On a emménagé notre chambre dimanche soir dans la super belle pièce où elle était destinée, avec des moulures en plâtres au plafond, de toute beauté (qui a bien pu perdre son temps un jour couché sur un échafaud à dessiner du crèmage en plâtre sur un plafond?). Bien sûr, elle n'est pas terminée mais - wow - que d'espace, comparativement au petit coqueron dans lequel nous dormions depuis presqu'un an. Celui-ci rajeunira sous le coup de pinceau bientôt et deviendra un chouette bureau dans lequel je déplacerai mon fidèle ami ordi pour vous écrire le matin, le soir, le midi, en toute quiétude et avec ma tonne d'amis livres dans ma bibliothèque à construire, qui dominera en arrière. Mon homme m'a acheté un bouquet de fleurs ce dimanche, qu'on a posées dans mon joli vase qui dormait depuis des mois en arrière d'un meuble quelconque. C'était pour inaugurer ma nouvelle tablette vide-poche que j'ai construite au-dessus du comptoir à chat (dans un creu du corridor), j'ai utilisé la scie ronde pour la première fois, j'étais fière car j'en avais toujours très peur; je suis maintenant une vraie rénovatrice en règle, ayant déjà apprivoisé la drill et l'escabeau bancal. À la fin de ma coupe, le fil s'est embobiné entre la lame et son étui et a été sectionné d'un coup (c'est mieux que mon doigt), j'ai réparé le fil - je suis bonne avec le cuivre et le tape électrique : la Skill Saw sert toujours. En juin, durant sa semaine de vacances, l'homme chat construira une terrasse dans notre mini-cour fermée en arrière, ce sera la plus magnifique oasis urbaine de la Petite Patrie, je vous le dis! À défaut d'avoir un lac dans sa cour en Abitibi, on aura des plantes en pots à 2 pas du métro. Je ferai une séance de photos ce week-end et au fil des rénos pour vous donner un aperçu de ce qui occupe nos temps libres. C'est chouette les rénos - quand on a le temps!


Des photos : en haut, quelque part en juillet 2008, on décide qu'on construit une cuisine dans la pièce en arrière. Conjoint varge dans les murs. C'est resté ainsi jusqu'en décembre, une pièce inutilisée et non rénovée, faute de temps. En bas, lendemain du party de Noël en famille chez nous, à l'issue d'un sprint de rénos tout le mois de décembre, comme je vous le racontais ici. Bon, ça a encore changé depuis, je vous collerai des photos à jour un autre tantôt. Comme quoi, quand on s'y met, on a des bonnes idées et le résultat est des plus agréable. Mais, ouf!, ça prend de l'énergie, surtout quand on vit dedans en même temps. Heureusement qu'on s'aime lui et moi!

Aucun commentaire: