jeudi 6 août 2009

discipline


... je n'haïs pas le mot, juste qu'il m'est rébarbatif; j'y associe des synonymes ardus tels : effort, rigueur, perfectitude (pas perfectionnement, pas perfectionnisme, ...titude comme dans l'entêtement qui va avec), vertu, austérité.

Pourquoi? pourquoi la discipline.

Je savoure mon moment d'écart ce soir (je me sens d'ailleurs toujours mieux en délinquante qu'en volontaire) : indisciplinée, je ne veux pas accompagner chum pour magasiner son nouveau jouet même s'il fait beau et que la vie de couple c'est important. Indisciplinée, je ne veux pas travailler ce soir même si je me suis ramenée du boulot du bureau et que j'ai du temps puisque je ne suis pas partie avec chum. Indisciplinée, je mange un Cup-a-noodle Gattuso à 1,29$ plein de produits chimiques mais au goût bien relevé, et fume des Gauloises jaunes. Indisciplinée, j'ai mal au corps et suis mal assise avec le dos courbé, après 2 mois de pratique matinale de yoga.

Pourtant, cette semaine, je replongeais mes esprits dans la perspective sereine de Guriji B.K.S. Iyengar, et le matin, seule à 5:30 du mat à longer le comptoir de cuisine, je me dis : je vais bientôt atteindre le nirvana, je vais continuer à pratiquer le yoga, plus rigoureusement, avec discipline, jusqu'à ce que ça devienne facile, jusqu'à ce que mon corps ne soit plus un fardeau mais que mon esprit le porte, le coeur sera léger, la respiration fluide, le corps éthéré. J'y arrive tranquillement, je le sens; d'ailleurs j'ai moins envie de voyager à l'extérieur - voir du pays en brûlant du gaz, puisque j'ai tant à voyager en dedans (là, je m'arrête un peu et me dis : ouain, je charie un peu là, j't'en train de devenir un peu fuckée, non? tu te souviens, quand on était ados et qu'on prétendait léviter et faire de la méditation transcendantale et des rebirths dans le cours d'édu au cégep du vieux).

Bon ouais, j'aime le yoga, comprenez moi bien. Ça fait juste énormément de bien, ça fait circuler le sang dans le corps le matin en se levant; des fois, ça contrarie mon corps, comme ce matin où j'en ai pris soin pendant 1 heure plutôt qu'une demi-heure (c'est facile de prendre son temps quand on commence le yoga car c'est vraiment agréable), enfin je pense que j'y ai passé une heure, parce que même si je me suis levée avant 5:30, je n'ai pu quitter la maison que vers 8 heures sans avoir fait d'extra nulle part. On aurait dit que la terre était sous l'effet d'un champ magnétique diabolique et que les aimants tiraient les chiffres du cadran vers le haut à une vitesse fulgurante. Bref, après tout ce temps consacré à ma sérénité et au bien-être de mes membres, j'étais fru. Complètement fru, comme que ça sert crissement à rien d'être zen quand quelqu'un te vole ton temps. Maudit!

J'ai néanmoins passé une bonne journée. Je suis encore une fille heureuse. (une parenthèse, j'étais chez Pierre-Léon dont quelqu'un disait apprécier son blogue car il ne parlait pas beaucoup de lui. Moi, je parle beaucoup de moi quoi.)

La plupart du temps, je m'impose discipline et rigueur (ouain), j'aime le croire et je pense sincèrement que de faire sciemment le contraire relève de la paresse. Je n'aime pas le manque de rigueur; il est une trace plus manifeste que la rigueur elle-même; il est voyant et les symptômes en sont nombreux et handicapent souvent le porteur de toute fonctionalité et de Drive. La rigueur elle, agit en coulisse, sournoisement, dans de petits défis auxquels s'emploie son porteur pour devenir meilleur; c'est un geste conscient, non maniaque, mais louable. Mais, bonyeu, des fois, tout d'un coup (ce n'est même pas le temps dans le mois), toutE décrisse et conspire à faire de moi une petite salope : mange des cochonneries, fume, écris mal, brosse-toi pas les dents... L'élastique qui me tenait drette et plate a peté. Oooohhhh.

Au mois d'août dernier, je faisais un décrissage en règle en pétant les plombs à cet endroit; cela pourrait être la période de l'année où ma soupape lâche. Le yoga, c'est pour ça. Mais la respiration, juste pas capable. C'est trop dur. Je vais m'acharner, croyez-moi, je veux devenir une sainte comme mon père. Est-il discipliné ou est-il un saint, point?

Ego parle et écoute : Zoreilles, je t'écris pas souvent ces temps-ci car j'abuse de mes amitiés et me fais pardonner par pur narcissisme, et je sais que tu vas me dire que la vie c'est ça, faut pas vouloir la régler au quart de tour... T'as raison. Pat : arrête de me tenter à aller m'empiffrer et boire du vin dans les places jetset de cette beauté métropolitaine. Mélodie, je flanche toujours devant ta légèreté (en sachant très bien que t'es fichtrement rigoureuse). Coudonc, n'y a t-il vraiment personne de vraiment sérieux? Quelqu'un qui cherche, ou qui a trouvé la voie? (vous savez pas à quel point je me fais marrer en ce moment, à essayer d'être un être vertueux et intériorisé!).

Bon, y avait assez d'encre.

Ohm.

ps : B.K.S. Iyengar, faut connaître. Sinon, yoga tout court, tai chi ou autre mouvements non violents prétexte à une concentration (je suis nulle en concentration) et permettant simplement de faire bouger son corps qui est trop souvent assis sur le cul.

3 commentaires:

Patrick Dion a dit...

Mais je n'essaie pas de te tenter à aller LÀ, au contraire, je t'incite simplement à mordre dans la vie de la façon que tu veux. Si c'est la discipline qui te branche, on sort le fouet et on s'arrange avec ça. ;-)

On rêve tous de zenitude et incroyablement, on fait tous à l'opposé de l'auto-destruction. Je sais pas pourquoi, je pense qu'on est juste comme ça. Mon expert en santé mentale m'avait une fois dit que j'étais quelqu'un d'extrême et que j'étais aussi bien de l'accepter puisque ce n'était pas juste un défaut. Depuis je me dis que si je devenais ce que je ne suis pas, zen et posé et serein, je n'aurais probablement jamais écrit ce que j'ai écrit. En bout de ligne, je n'ai pas envie de devenir l'écrivain que je me suis pas. Et toi, t'as vraiment envie d'être zen comme un japonais sur le thé vert? Moi je l'adore ton côté rebelle. (Pis fuck le jetset!)

97point23 a dit...

C'est pas parce qu'on aime la discipline (au moins sous certains aspects) que l'on n'aime pas les cochonne(rie)s :P

23

Angélus a dit...

Ça va faire trois ans que je fais des arts martiaux. Je me disais qu'un peu de discipline et de rigueur me ferait pas de tord. Eeeeesh. Je peux débarquer des coudes et disloquer des épaules, mais pour la discipline pis la rigueur, on repassera... Me sens encore à ce jour plus proche de Jim Morrison que de Monsieur Miyagi.