lundi 21 juin 2010

j'écris très mal

mélangeant toutes les langues alors que l'an dernier à environ pareille date, je militais férocement pour l'usage de ma chère et aimée langue française. honte à moi : aucun respect de la ponctuation, de la casse ou de la syntaxe. j'aspire à faire des études littéraires après un mba à venir (je me rends compte que ça retarde encore mes projets de libertés roulantes, mais bon, on ne peut pas être contre la vertu) et cela m'amènera j'espère à me rapprocher de sires laferrière et hugo; je ne prétendrais jamais au grand jamais écrire quelque bouquin que ce soit à publier sur papier tant que je ne serai qu'une grossière charretière qui ne sait même pas si cela prend 2 "r" mais va checker quand même sur google avant de vous laisser.

mes pensées sont trop loud

mon imaginaire se manifeste sans arrêt à la surface de mon esprit, dans le seul but d'étouffer mes futiles préoccupations terrestres : lavage, cafetière, arrosage, vidanges, recyc, dej, douche, café again, corde à linge, parfum, tailleur, sandales gold, keys, lunch, sac, documents, volvo, work, épicerie, céréales, fruits, choses bonnes, fait chaud.

bon été gang!

mes pensées sont trop loud.

depuis début juin, j'ai été pas mal sur le web finalement; je ne tiens aucune promesse et n'ai découvert rien de neuf qui soit sur moi : j'ai encore mille défauts, je fume, je ne fais pas d'exercice, je stresse, je contracte et constricte, j'aime, je mange, je bois... ce dont j'ai envie cet été, c'est partir, ne pas me laver, faire de la route, je sais, j'en ai déjà parlé.

je shut mes pensées pour aller travailler. Chers Amis (les majuscules sont significatives vous noterez) : Bonne Journée! Bises,

j'tagge plus mes billets

parce que c'est comme un classement. depuis quand classe-t-on ses pensées? depuis quand tente-t-on de changer l'ordre du temps?

dimanche 20 juin 2010

mo et le vent

c. photo (I dunno but it's angelina)


vous ai-je dit que j'aimais la moto? depuis des années, l'homme-chat sort sa chatte sur un moteur doté de 2 roues, des fois il pleut, des fois il fait beau. mille fois, ils sont heureux.

à cause du 2 roues, ils se retrouvent souvent aux states, là où l'asphalte n'a pas suivi la recette du québec et où quelques états proches de nous sont absolument sympathiques envers les motocyclistes : l'envers de la belle province où la masse nous perçoit comme de vrais voyous et où les automobilistes nous font autant de mal qu'aux vélocyclistes - bref, la galère.

ce week-end, nous étions au new hampshire, vous savez bien sûr, l'état where you "live free or die". quand nous fuyons ainsi, c'est à dire quand nous "partons" (le verbe partir a pour moi un connotation de liberté immédiate : allez, partons!), voici ce qui m'attend :

- avoir les tresses au vent
- avoir le soleil et le vent à 120km/h m'embrasser la peau
- porter des super sunglasses attachées avec un 'lastic
- rouler dans les entrailles des montagnes
- traverser ponts et rivières
- m'entourer de la verdure
- être en manches courtes roulées sur les épaules et bronzer comme une indienne
- porter les mêmes jeans sales pendant des jours
- arrêter aux stations services pour pisser ou acheter un café
- arrêter aux stations services pour gazer et fumer une gauloise, encore mieux une marlboro
- manger, boire, dormir s'à go
- me coucher et dormir à poings fermés
- me réveiller les yeux collés
- pas être fussy su'l'café
- enfourcher le destrier de métal
- avoir le cul accoté sur un moteur vrombissant
- être derrière l'homme de ma vie
- voir défiler le paysage
- avoir des amis qui sourient avec une dent en moins
- enfiler un suit de pluie
- avoir l'eau qui coule sur les joues
- trouver ça l'fun être au sec avec l'eau qui r'vole partout
- prendre les sorties pas trop vite car ça donne envie d'pipi
- avoir pour meilleur ami le soleil
- aimer le vent
- être heureuse tout le temps sauf quand j'ai envie, frette ou mal au ventre (ça arrive mais pas souvent)

mais aussi ...

- ne pas m'ennuyer de la cafetière espresso à la maison, de la télé hd, de l'ordinateur, de la cuisine ikea, des beaux meubles dont on en veut toujours des plus beaux et plus chers, de la prochaine paire de souliers, du toupet à couper, de quel veston porter en fonction des activités de la journée, de l'épicerie à faire, du chat à sortir, de la terrasse à soigner, de ma carrière à avancer, des cours à suivre pour être plus shiny (brillante), des investissements à faire fructifier pour me rendre à l'objectif plus bas, des gens à contenter pour être toujours gentille, du yoga à faire pour être zen (fuck le yoga quand tu roules, man), de ne pas oublier...

quand je serai grande, j'aimerais bien...

- être indépendante de fortune (ne plus avoir d'hypothèque et avoir une rente, tiens)
- me contenter de peu (vendre ma garde-robe, ma garde-godasse et mon collier de perles)
- avoir un pied à terre avec un cellier bien garni
- et partir, partir, partir, sans arrêt, sur les routes de partout.

l'homme-chat aussi aime la route, bien sûr, mais il déplore que l'on mange mal quand on est aux states, toujours du junk. nous serions tellement heureux si tous les mcdo bordant les autoroutes étaient changés pour des magasins whole foods où tu es sûr de manger bien et peut-être bio.

moi les motos, j'ai toujours aimé ça. j'ai toujours rêvé d'être une super héroïne, du type angelina jolie. jolie, intelligente (humble) mais aussi bien tough, vous savez, comme une tom boy, incluant toutes les choses dont je suis incapable et pour lesquelles je n'ai aucune volonté pour m'y rendre : faire du kickboxing, faire de la boxe, chauffer un bike, me battre, être en forme, tirer du poignet, bluffer aux cartes, boire des shooters, etc. mes cours de bike se sont mal terminés : dans un enclos de clôture frost avec des cônes et des flèches à terre, dans lequel il faut faire des mimiques de singe comme dans serpents et échelles, à essayer de déplacer de la ferraille sur laquelle je ne touchais plus à terre, une totale humiliation, je vous dis. bon, me suis résolue à suivre l'homme-chat toute collée sur lui quand il part loin; je me suis dit aussi qu'il valait mieux que je roule pas sur 2 roues parce que, disons, je suis un peu cowboy. mais quand je fréquente des motards et motardes, je me sens toute envieuse de savoir faire... mmmh, si j'avais un bike, il serait gros et mean, comme ceci :



c. photo Exile Choppers

(je me rends compte qu'il n'est ni gros ni mean, c'est juste moi
qui suis petite et mean)