samedi 1 juin 2013

tribu



à vingt-cinq ans
jeune maman
j'embrassais l'idée de la commune
ça m'arrangeait crissement 
que les copains
viennent manger chez nous
aussi souvent qu'ils le voulaient

qu'ils crèchent avec leur baise-en-ville
sur le futon du salon
ou dans la chambre des gars
lorsqu'ils n'étaient pas là

j'ai traîné en tribu toute ma vie
moins depuis quinze ans
mon homme est un chat sauvage
et j'ai fini par devenir 
une femme du calme

allergique aux réunions de groupe
aimant cependant l'intimité 
d'un souper entre amis
une soirée de pool entre champions
et les beuveries limitées

j'ai donc fini par m'isoler
et aimer le calme
rarement des sorties en gang
rarement des soupers de groupe
le buzz me tape s'es nerfs

ne pas pouvoir être 
avec tout le monde
est devenu superficiel
et insupportable

le party annuel
deux cent invités
cent vingt-huit convives
un buzz interminable
zéro connexion

la tribu a ses attributs
en étant communs 
ils forment un

triper est une fonction essentielle
de la tribu exaltée
sans cela pas de cohésion 
la mémoire collective
doit être forte et présente
et doit se renouveler
à mille degrés
afin qu'il y ait perennité

dans la tribu
ce qu'on aime tous
dépasse les différends
l'amour est aveugle
la tribu est amour

la tribu
c'est l'amitié exponentielle
on n'y appartient pas à moitié
car chaque jour on y gagne
c'est là qu'on donne 
sans penser sans calculer
ce n'est jamais lourd
c'est toujours léger
c'est un cocon où l'on grandit
on s'y encourage
on s'y admire
on s'y entraide
on se dépasse

on y revient
autant que possible
jusqu'à ce qu'on ait tout pris
puis on repart
papillons ailés
vers une autre vie.

Aucun commentaire: