samedi 13 juillet 2013

de ce pain que je gagne


le grand ou le petit louis - la zizanie

répertoire du gagne-pain

réceptionniste du concierge
     dans le bloc-appartements de mes quinze ans
assistante-prof de poterie
    le week-end à centennial high school
assistante-éducatrice camp de jour
    à la ville de brossard
éducatrice camp de jour
    mon petit frère était campeur
gérante magasin de cerfs-volants
    à montréal puis un été à percé
réceptionniste de clinique médicale
    première job en appart
réceptionniste d'une compagnie de finances
    après trois mois j'étais promue
service à la clientèle division santé
    avec un patron qui était méfiant
coordonnatrice division santé
    j'entamais à vingt ans
    ma plus longue relation
    ça a duré dix-huit ans
    ma job a évolué et inclus
    deux déménagements de bureaux
    l'achat d'un char
    un bac à temps partiel en douze ans
    des lancers de dossiers
    et de souliers
    de nombreux bouquets de fleurs
    des partys et des bouteilles de vin
adjointe exécutive du président
    boîte de marketing
    un vendredi matin après deux mois
    j'ai quitté en envoyant chier le président
    j'avais trente-neuf ans
chef de bureau et chargée de projets
    chez une consultante
    en positionnement stratégique
    apprendre du nouveau
    adoré mais épuisée
    de travailler
    des horaires erratiques
    au gré de la patronne sans horaire
    je n'avais plus vingt ans
    et je n'avais pas le temps
    de faire une carrière là-dedans
vendeuse d'hypothèques résidentielles
    la plus petite des grandes banques
    six mois de travail
    à commissions seulement
    je salue tous les gens qui gagnent leur vie
    à vendre des produits
    des relations ou leur talent
    chapeau man and women
    moi je veux un salaire
directrice principale pharmacies
    j'ai quarante-et-un ans
    le spectre d'une carrière me guette
    je capitalise sur toutes les relations
    construites pendant dix-huit ans
    dans le domaine
    et ouvre la porte
    de ce formidable marché
    à la plus petite des grandes banques
    qui me remercie passionnément
directrice principale groupe santé
    de seule j'ai maintenant
    une équipe de quatre
    ça trime fort en sale
    la créativité en jeu tous les jours
    on sue de l'intelligence et de la persuasion
    à faire des choses hyper capitalistes
    mais bien pensées
    je burn out un jour par mois
    le lundi chu up la vie
    j'ai eu le temps de faire un mba
c'est ainsi que l'on devient banquière

cet été j'ai pensé à changer
je me suis dit tiens
pourquoi pas être pharmacienne
j'avais ce choix à seize ans
pis j'ai opté pour être artiste
vous voyez bien que ça n'a pas été le cas
ma chum m'a dit
pour tous les sacrifices
que ce retour à l'école implique
avec les préalables pis l'université
es-tu sure que tu aimeras
cela passionnément
ban t'sais quoi
la réponse fut non
j'ai arrêté d'y penser
parce que ma job moi
j'en mange encore
quand j'ouvre un nouveau dossier
avec des états financiers
c'est comme déballer un cadeau à nowell
connaître une nouvelle personne
une nouvelle entreprise
faire marcher mon cerveau
ma calculatrice
trouver les erreurs et les solutions

chaque chose j'ai aimé
je m'y suis impliquée
je me suis développée
et mon métier
sans l'avoir prémédité
j'en suis pas mal choyée.

2 commentaires:

modotcom a dit...

j'ai oublié le hiatus de trois mois en quatre-vingt-quinze chez cadillac fairview comme adjointe à la directrice marketing. je m'ennuyais tellement que je faisais mes travaux d'université. elle refusait catégoriquement que j'aide mes collègues débordées. j'haguis ces gens possessifs. chu vite retourner en finance retrouver ma gang qui venait de voter oui comme moi au référendum et qui pleurait devant le vp ontarien venu les féliciter de ne pas avoir renoncé au kénéda. batince!

modotcom a dit...

erratum : chu vite retournée.