samedi 6 juillet 2013

toute ma tête et tout mon corps


exposition body worlds

et non mens sana in corpore sano
qui contient cette connotation
philosophique holistique
dont je ne parle pas aujourd'hui

aujourd'hui je parle de condition physique

j'ai souvent une tête saine
sauf un lendemain de veille
sauf quand j'ai mes règles
sauf quand chu fatiguée
ou bedon malade en hiver

des fois comme samedi dernier
le mal de tête me réveille puis me fait dormir
jusqu'à midi pour me recoucher à nouveau
et voir le jour à dix-sept heures

en général donc j'ai pas de mal de bloc
dieu merci je suis exempte de la migraine

je suis éclopée depuis le vingt-quatre juin
un petit morceau de moi
d'ailleurs c'est toujours le petit morceau
qui invalide le tout
c'est pas une dent
as-tu déjà eu mal aux dents
cawlice
c'est donc pas gros pis pourtant

j'ai souvent mal au ventre
celui des femmes
celui qui se confond entre
estomac intestins et utérus
cette partie si féminine
et si sensible
c'est clairement ma zone
de métabolisation du stress
celui de la vie quotidienne
qui fait que ton corps est tendu

d'ailleurs
quand tu fais de l'activité physique
t'as toujours un corps relativement tendu
tu sens plus les bleus et à peine les crampes
tu sais pas si t'as mal
ou si ça devient ta nature
ta sensation habituelle

comment te sens-tu
bien tu réponds
c'est là que tu dois rester à l'écoute de ton corps
car c'est à ce moment
que les blessures internes arrivent
insidieusement
quand tu n'es plus qu'une carapace
qui paraît en forme du dehors
qui performe et se dépasse
tu scannes ton corps
fais-le sens-le
dedans plus que dehors

il y a dix ans j'ai été opérée
car j'avais mal
j'ai demandé de la morphine pendant
vingt-quatre heures
j'ai beaucoup aimé ça

quoique j'ai accouché deux fois sans drogue
j'étais clairement une héroïne à vingt-deux ans

donc durant la convalescence
de mon opération
je ne pouvais me mouvoir
ni sortir marcher ni prendre l'air
comme je me sentais inutile dans la vie
et excessivement malheureuse
de dépendre des autres
et d'être consciente d'être incapable

j'ai donc mal à la cheville
depuis dix jours
bien sûr je ne cours plus
la course je m'en cawlice
ai-je répondu à la physio
qui me demandait
si j'avais une course cet été
comme si une guérison
ça se programmait en fonction
d'une date de compétition
l'important est de bien guérir

tu savais que ça te porte une cheville
je sais maintenant comment utiliser
une canne pour marcher
je french l'inventeur de la canne
j'embrasse à bouche que veux-tu
l'inventeur du naproxène
je louange encore claude castonguay
et le système de santé publique
ainsi que ma visa
pour les soins privés

quand j'ai mal à la cheville
et que je prends des anti-douleurs
je pense aux sportifs professionnels
à toutes les blessures
à toute la drogue
à toutes les chirurgies
les lésions permanentes
internes et externes
pis je me dis
cawlice
quelle vie ils ont choisie
le défi et l'amour du sport
est à ce point fort chez eux
qu'ils puissent supporter de se scrapper le corps

t'sais quoi
j'aime pas courir tant que ça
ça me démange pas
je préfère avoir un corps réparé
pas blessé qui fait pas mal
ensuite je recommencerai
sur des bases solidifiées

finalement t'sais quoi
chu ben raisonnable j'trouve

mens sana in corpore quasi sano.

Aucun commentaire: