samedi 17 août 2013

bâtir




il y avait pouchou
c'est un breton
et sa femme élizabeth
la chine quelque part
des amis de mes parents
connus en europe
il était architecte
et avait construit cette maquette
de sa future maison
puis avait construit sa maison
nous y avons passé quelques étés
alors qu'ils partaient en voyage
des paliers en tapis
en tuiles en pierres en bois
des vitres des meubles
des mezzanines des portes d'écurie
où on jouait au mot de passe
un garage un jardin une balançoire
un escalier sans contremarche
un chat qui revole
et georges brassens dans le tapis
mes souvenirs de petite fille

je me rappelle de la maquette
en coroplast blanc

nous avons déménagé
plusieurs fois
les  grandes maisons
nullement à notre portée
j'ai partagé la chambre de ma soeur
elle a partagé la mienne
jusqu'à l'âge de quinze ans
la dernière à l'appartement
était vaste et bleue ciel
avec un rideau rose
fait d'un ancien drap
en espèce de dentelle
avec les murs décorés
de dessins posters
et autres signes d'appartenance
j'avais peint mon bureau
je crois que j'y passais
déjà beaucoup de temps

quand mes parents
ont acheté leur première maison
j'ai eu ma première chambre
au sous-sol
j'ai choisi la couleur de peinture
je suis rentrée au vieux
en arts plastiques
et j'ai peint
il y en avait partout
j'ai commencé concordia
et j'ai dessiné et sculpté
j'ai tout abandonné
et j'ai pris mon premier appart'
en ville avec chumette iz

c'était st-denis
la ville
on s'est séparées
j'ai bougé vers le plateau
un mur de brique
sur la rue bordeaux
c'était beau et magnifique
vivant seule dans mon 3 1/2
j'avais enlevé les portes
les avais peintes bleu marine
et m'en servais comme
de nombreuses étagères
pour porter bouteilles décoratives
et autres displays
avais repeint la salle de bain
en bleu foncé ultra brillant
le proprio a capoté
quand il a dû relouer

j'ai toujours aimé décorer
mes aires de vie
j'ai loué à montréal
pendant seize ans
à trente-six je vivais
dans un magnifique 6 1/2 sur st-joseph
je n'ai encore rien vu depuis
qui soit aussi beau et vaste
ça coûtait une beurrée à l'époque
mais plus tellement après 7 ans
c'était l'époque de l'inflation des loyers
et de la spéculation immobilière
le 6 plex était à vendre
pour quatre cent mille
et il y avait si peu d'acheteurs

le fils du nouveau proprio vivait
au-dessus de notre tête
un idiot une tête en l'air
bruyant dans l'escalier
et négligent tout le temps
créant un dégât d'eau
avec son lave-vaiselle
il faisait chier tout le monde
nous avons décidé de partir

nous avons acheté notre première maison
un triplex tellement run down
que lorsqu'on a voulu le vendre
une première fois
l'inspecteur de l'acheteur disait
qu'il était une nuisance pour la sécurité
de ses habitants et des voisins
il est toujours debout
il était beaucoup plus petit
que ce que nous habitions
nous y avions investi
ce qu'on pouvait de réer
et nous avons sué des bras
ouvert l'espace
posé poutres et clôture
refait la salle de bain
rénové ce qu'on a pu
on s'est gréé en outils
et on a aimé ça

nous étions dans le mile end
et avions notre premier chat
là-bas pour y rester
nous étions chez nous et avions la paix

on a connu un portugais
qui avait eu dix-neuf maisons
il nous a dit
c'est bien 
mais ce n'est qu'un stepping stone
vous allez encore bouger

il avait raison
trois ans plus tard
nous avons vu une petite maison
dans la petite patrie
un étage
c'était le plain pied
petite petite petite
sans recouvrement extérieur
une reprise de finance
on l'a achetée avec emprunt
et ce qui nous restait d'épargne
on a construit notre première cuisine
j'ai manié la allen key 
et j'ai aimé ikea
construit un patio
refait le revêtement extérieur
marché sur le toit
refait la salle de bain

puis on a trouvé le duplex
on a fait une offre d'achat
on vendu le mile end
eu une superbe mise de fonds
et acheté en petite patrie
on a vendu le plain pied
à une amie

le duplex c'était toute une histoire
à rénover sans arrêt jusqu'aujourd'hui
depuis cinq ans qu'on y est
déplacé la cuisine
construit la cuisine
ouvert
fait un salon
un walk in
une terrasse
une chance que j'ai des beaux-parents
pis notre ami jacquot

lorsque les locataires du haut
sont partis
nous avons rénové l'appart
refait une salle de bain
changé porte et fenêtres
sablé et vernis les planchers
j'adore ces logements
aux beaux planchers de bois
nous avons absorbé
un an de perte
pour mieux repartir
avec un loyer du marché
nous venons de refaire
notre propre salle de bain
qui vivotait sur papier peint
et moisissure
ventilateur plywood murs et planchers
toilette et lavabo
car nous allons maintenant
pouvoir le louer
pour encore une fois bouger

mon ami me dit
vous investissez dans l'immobilier
euh non cher ami
de l'argent à investir nous n'en avons point
nous investissons la sueur de nos bras
notre gutz et notre imagination
pour tranquillement accéder
à un endroit qui nous plaise

stepping stones qu'il disait.

Aucun commentaire: