samedi 14 septembre 2013

de l'art de gouverner



un jour j'ai pris une carte
du parti du renouveau démocratique
je crois que c'est comme ça
que ça s'appelait
c'était un spinoff
du parti communiste canadien
marxiste léniniste
le leader était d'origine indienne
et intelligent comme 
la plupart des leaders
sont intelligents
j'avais vingt ans
le radicalisme traverse
la quête identitaire

et puis j'ai longtemps
embrassé le parti québécois
en fait depuis que j'ai
immigré au québec
je trouvais charmante
cette envie d'être un pays
se séparer et avoir
le contrôle de ses décisions
était pour moi cohérent pour
quelque tranche de la société
qui souhaitait le faire
et en assumer les conséquences

je crois que c'est romantique
cette conviction chez moi
ça vient des gaulois
dans astérix

je suis une éternelle romantique
j'embrasserai encore la séparation
jamais comme une faction sectaire
mais comme un projet de liberté
je crois qu'on doive
le faire et en finir
pour autant qu'on ait
un peuple fort et instruit
capable de se prendre en main
comme tanguy
doit partir de chez lui
et découvrir ses limites
en volant de ses propres ailes

romantique j'ai dit

un jour j'ai aimé
françoise david
et j'ai bien sûr 
supporté jack layton

j'ai même aimé louise harel
quand j'habitais hache-aime
dans les années quatre-vingt
et qu'elle y était
impliquée localement

comme beaucoup j'ai le désir
de changer la société
mais j'ai toujours dit
que jamais je ne m'impliquerai
en politique
il n'y a pas plus ingrat
comme choix de vie

chaque jour dans les débats
qui déchirent notre société
où l'on accuse les élus
de leurs pensées ou façons de faire
je me dis qu'il est dur
de gouverner
le citoyen qui conteste
le fait souvent
de sa posture de gérant d'estrade
alors qu'il est généralement
peu renseigné
alors qu'il est encore
lui-même en quête d'identité
je ne parle pas du
citoyen critique et articulé 
qui mène le débat dans le fond
remue les idées
de façon constructive
sans démagogie ni propagande

j'ai le défaut de ne pas
facilement prendre position
dans les débats qui font malgré tout
progresser la société
il m'est difficile de comprendre
l'ensemble des enjeux

je pèse longtemps 
le pour et le contre
j'ai la conviction molle
la balance que je suis
n'a pas évolué à ce niveau
j'écoute tout j'enregistre
je dis oui je dis non
je suis influençable
je n'accorde pas inconditionnellement
l'immunité à mes élus 
je lis je discute j'essaye de comprendre
mon coeur balance
lorsqu'il suit ma tête
constamment d'un bord à l'autre
du balancier

j'aurais détesté gouverner
et me faire lapider
jour après jour après jour
j'aurais haï perdre le contrôle
des rênes qu'on m'aurait confiés
en m'élisant un jour
j'aurais détesté devoir plier
devant l'opposition
alors que je doive
prendre des décisions
selon mes convictions
j'aurais abhorré
être diminué quotidiennement

je ne suis pas cynique
quant à la politique
j'essaye d'être une citoyenne
qui participe activement
à la vie démocratique
pour améliorer la société
dont je veux faire partie
mais toujours je dirai que
de quelque allégeance qu'ils soient
ceux qui choisissent
la voie de travailler
pour notre société
méritent toute mon admiration
et toute ma gratitude.

Aucun commentaire: