samedi 25 janvier 2014

littérature


fragonard - la liseuse
huile sur toile, circa 1772

ah qu'il est astreignant
d'apprendre l'art d'écrire
je ne pensais pas
qu'il me serait un exercice
aussi humiliant

comme je couche en mots
mes pensées hebdomadaires
je me suis dit
qu'il me serait facile
de me parfaire

or je me rends compte
que je parle ici de moi
je vous raconte
je vous expose
je vous fais la conversation

c'est strictement utilitaire
ce n'est pas littéraire

or la littérature
car c'est bien là où
je désire aller
est l'art de la forme
et non l'art du contenu

ou savoir comment
dire la même histoire
l'éternelle même histoire
de la comédie humaine
d'une millionième manière
ni proustienne
ni balzacienne

dieu qu'il est difficile
d'écrire ces phrases
en s'effaçant et se laissant
imprégner d'autre chose
que de soi
de sa langue de tous les jours
de sa façon de penser
de vouloir dire les choses
comme on les sent
mais autrement

j'ai lu de la poésie
ce qui ne m'était pas
familier
et j'ai trouvé cela beau
comme la peinture abstraite

comment dire
comment lire même

j'apprends à lire
c'est-à-dire lire au-delà
de l'histoire racontée
c'est donc lire le style
la tournure de phrases
le procédé littéraire

dans cette quête
de la belle plume
je me joins à la comète
dans son défi de lecture
car seulement par
la lecture active
apprendrai-je
à mieux écrire

ah qu'il est
astreignant
d'apprendre à écrire
beaucoup plus
que d'apprendre à courir

je m'y remets donc
dès ce soir
pour pondre ce redoutable texte
de plus de quatre pages
qui sera attendu
et analysé en classe

temps de verbes
ponctuation
synonymes
rythme
dialogues
sous-entendus
éclairages
sons
cinématographie
esthétique

qui sait si un jour
je réussirai
à m'exprimer
d'une autre façon
de quelque manière
un peu plus sophistiquée.

Aucun commentaire: