samedi 1 février 2014

cumulus materialus



annie messager
installation - 2007

hier une amie a partagé
un article relatant
le cheminement d'une famille
vers une vie plus économique
et plus écologique

ça m'a frappé de front
constatant encore une fois
comme je n'étais pas là

je recycle
je donne ma bouffe
au compost
géré par la municipalité
mais non
je ne refuse pas encore
les excès de la consommation

je consomme à outrance
j'abuse de mes cartes de crédit
je dépense
je voyage
je bois
je mange
j'achète des rideaux
des tuiles
je veux acheter un futon
pour le sous-sol
même si j'ai un sofa-lit
dans le salon
j'habite beaucoup
de pieds carrés
avec un homme et un chat
et j'en suis fort aise
et sans malaise

ce n'est pas que je ne veuille pas
réduire mon empreinte terrestre
c'est que je n'y pense pas

alors oui
merci pour l'article
merci de me rappeler
qu'en tant qu'être humain
je n'ai pas besoin
de plus d'espace
que mon frère indien
ni de plus de biens
certes

j'ai aussi lu
mercredi ou jeudi
que l'interprétation perpétuelle
de la musique classique
empêchait l'essor
de la musique contemporaine
que la collection
d'oeuvres d'arts
faisait ombrage à la réalité
des artistes contemporains
comme si le fait de posséder
cristallisait une beauté
détachée de l'artiste

tout ça me fait questionner
s'il est lourd de posséder
est-ce que cela nous empêche
de vivre dans le présent

j'aimerais penser à arrêter
de dépenser
c'est totalement insensé
c'est indécent
c'est du gaspillage
d'abord la vie serait moins chère
et je serais plus légère

au printemps je ferai du ménage
je vais trier
donner vider
ensuite avant d'acheter
je vais penser
je pourrai aussi fabriquer
je tenterai d'être
plus économique
et plus écologique.

Aucun commentaire: