samedi 27 septembre 2014

carpe diem



la vie la mort la maladie
ce n'est rien vu de loin
nous ne sommes que matière
que chair en douleur
autant que le chat et le pissenlit

et pourtant cela fait mal
patti smith me faisait pleurer
pas tant par la mort de robert
que par son amour son amitié
en fait la mort de robert
annonçait un soulagement
un ciel éclairé
peint de mains d'artiste
la maladie éradiquée
le corps devenu cendres
la légèreté de l'être

ce qui fait pleurer dans la mort
c'est la personne qui nous manque
c'est la même douleur que l'on a
face au changement
c'est notre haine de l'irrémédiable
notre désespoir de ne pouvoir revenir en arrière
non nous ne pouvons pas reculer
c'est clairement inévitable
il vaut mieux se souvenir avec sérénité
apprécier ce qui a existé
emmagasiner et donner
et continuer à avancer

la mort s'en vient
elle est obligée
en attendant donnons la vie.

Aucun commentaire: