samedi 11 octobre 2014

expressionnisme


robert motherwell, litho, 1967

je ne sais plus quoi vous dire
je parle tout le temps au je
je ne sais pas écrire d'histoire
je lis arvida d'archibald
des histoires
c'est ce que je veux écrire
je me tanne des réflexions
quoi qu'elles me fassent du bien à exprimer
je suis au stade du journal intime
tout cela semble bien juvénile
j'aimerais écrire la vie l'épopée
à travers un personnage
en dehors de moi
la générosité se vit hors de soi
mon samedi est une extension
du dedans de mon coeur
de mon âme de mon esprit
mais il ne raconte rien
dans cent ans je serai cendre
et tout cela ne comptera plus
j'aimerais être victor hugo
et laisser l'homme qui rit
ou baricco et novecento
j'aimerais avoir écrit
the signature of all things
mais j'écris au je
la seule chose que je sache faire
la manière dont je vis
à travers mon égo
seule et revenant vers moi
l'écriture n'est belle que
lorsqu'elle dit le soi
au travers du monde
lorsqu'elle peint la douleur la joie la couleur
l'excitation dans le jour du jour
dans la sensation
et non dans l'expression
j'aimerais être riopelle ou pollock
ou encore anselm kiefer
et vous faire vibrer
sans dessiner un coeur
comme il est dur l'art d'émouvoir
mais je n'en suis pas là
un jour je voudrai
en attendant je vous sers encore
mes états d'âme
que je ne conçois pas des fois
comment ils puissent vous intéresser
outre que je sois aussi un peu de chacun
et qu'il fera beau ce samedi.

Aucun commentaire: