samedi 27 septembre 2014

carpe diem



la vie la mort la maladie
ce n'est rien vu de loin
nous ne sommes que matière
que chair en douleur
autant que le chat et le pissenlit

et pourtant cela fait mal
patti smith me faisait pleurer
pas tant par la mort de robert
que par son amour son amitié
en fait la mort de robert
annonçait un soulagement
un ciel éclairé
peint de mains d'artiste
la maladie éradiquée
le corps devenu cendres
la légèreté de l'être

ce qui fait pleurer dans la mort
c'est la personne qui nous manque
c'est la même douleur que l'on a
face au changement
c'est notre haine de l'irrémédiable
notre désespoir de ne pouvoir revenir en arrière
non nous ne pouvons pas reculer
c'est clairement inévitable
il vaut mieux se souvenir avec sérénité
apprécier ce qui a existé
emmagasiner et donner
et continuer à avancer

la mort s'en vient
elle est obligée
en attendant donnons la vie.

samedi 20 septembre 2014

confessional



j'ai déjà déclaré mon amour pour facebook
certains trouvent qu'on y publie n'importe quoi
qu'on y exhibe son chat ce qu'on mange et quand on baise
ils trouvent que c'est faux
car les gens ne s'y montrent
qu'à leur avantage
que c'est une vitrine narcissique

moi je me demande
comment le savent-ils
parlent-ils de même de leurs amis
sont-ils quant à eux de simples voyeurs
alors que d'autres sont exhibitionnistes
n'est-ce pas simplement
comme dans la vraie vie
il y a des gens plus expressifs que d'autres
chacun y prend la place qu'il veut
mais pourquoi donc critiquer
ce qui se passe sur une tribune
à laquelle on a volontairement adhéré

je suis un livre ouvert
vous l'avez constaté
j'y publie dix fois par jour
depuis maintenant sept ans
j'aime cette vitrine témoin de ma vie
elle répond à de nombreux besoins
d'abord celui de la reconnaissance
qui me motive à m'améliorer
sans rétroaction ma vie serait larvaire
puis à celui de l'information
ensuite à celui du divertissement
et encore à celui de la socialisation
ce n'est pas rien
ce qui me pousse à cliquer quotidiennement

j'ai l'air d'y publier une vie en rose
présentée sous son meilleur jour
j'y publie en fait ce que je pense ce que je vis
mais je réfléchis à mes mots
ce qui semble incroyable considérant
le nombre et la vitesse de mes salutations
à certaines périodes de la journée
j'aime écrire des phrases
elles provoquent font rire font réfléchir
font chier surdosent
bien sûr ces phrases me véhiculent
me transportent en palanquin
me déguisent en reine et en héroïne
je suis la vedette de ma propre vie
mais je ne me cache pas
je n'ai que faire de ma vie privée
je m'étale je m'auto-dérise je m'esclaffe
que suis-je comme poussière dans l'univers
pour prétendre à une vie privée
à chier plus haut que le trou
à faire mon affaire à moi toute seule
crissez-moi patience

non
comme une chatte oisive
j'exhibe mon bonheur

en ce samedi matin
je vous fais une liste
des côtés moins glorieux de ma personne
que je dévoile peu
car en fait ils ne m'énervent pas vraiment

j'éternue beaucoup
et je me mouche bruyamment
très souvent avec du papier cul
j'ai été complexée pendant quarante ans
de mes petits seins
je le suis maintenant
de mon ventre un peu proéminent
je suis une championne de la paresse
et c'est pour ça que je me donne des objectifs
si j'étais ermite je dormirais toute la journée
j'ai de la corne sous les pieds
je ne sais pas porter les talons hauts
et j'en suis si désolée car je trouve ça joli
je ne baise pas tous les jours
même si j'ai brièvement tenu un blogue de cul
je dévore les chips à m'en donner le mal de coeur
c'est écoeurant sans classe ni goût
je mange le poulet et les frites avec mes doigts
j'ai le vertige ça m'empêche de faire des choses
je ne sais plus écrire le chinois
je ne réponds pas au téléphone
je parle très peu à mes parents
encore moins à mes frères et soeurs
et pas plus à mes fils
je ne connais pas leurs numéros de téléphone
je n'arrive jamais au bout de défaire mes boîtes
je suis une botcheuse de rénos
il manque toujours la finition
je n'arrive pas à épargner une cenne
même si je suis plus insécure
qu'un travailleur autonome
je ronfle des fois la nuit
je marche fort
je ne sais pas mettre la table
je n'ai ni nappe ni napperons
je ne sais pas boire je vomis encore
j'ai peur des foules
j'ai mal à tenir debout pendant tout un show
je suis trop fatiguée pour veiller
j'ai des taches brunes sur la face
j'avale des vitamines chaque jour
comme une droguée
je suis inflexible de l'horaire
je vire folle quand on me dérange
ce qui inclut chez nous à l'improviste
dont le releveur de compteurs
je suis incapable d'être en visite
si je n'ai pas trouvé de cadeau ou de vin
je suis sourde ou paresseuse auditive
je fais tout le temps répéter
je n'ai aucune mémoire
ni des noms ni des numéros de téléphone
je ne me souviens pas des livres que j'ai lus
malgré ma grande bibliothèque
je ne peux pas participer au jeu des dix livres
qui ont marqué ma vie j'ai honte
je n'ai pas de patience pour l'incompétence
je n'aime pas le chat tant que ça
je ne garde ni mes nièces ni mes neveux
j'haguis le bruit ambiant des enfants
je fais de très mauvais oeufs miroirs
j'ai souvent mal au ventre
je cours lentement et je nage sans vigueur
je lâche l'effort physique dès que possible
j'abandonne facilement mille et un trucs
je fais rarement le ménage
mes pieds nus deviennent sales dans la maison
j'ai peur de manquer d'amour
je suis dépendante affective et sociale
et des chips je vous l'ai déjà dit

bon y a sûrement plein de choses que j'oublie
mais vous voyez le topo
ma vie n'est pas rose mais laquelle l'est
je vous l'écris de toute façon
quand tout m'ennuie quand j'ai des états d'âme
j'ai pas de black list
ni d'arrêt de non publication
je n'ai aucune gêne à vous le dire
what you see is what you get
je n'ai pas d'autre vie
que celle dont vous témoignez
et j'entends continuer à en profiter
aussi longtemps et vivement
que j'en aurai la capacité
j'ai trop de respect pour cette courte fenêtre
dans laquelle je monte ma pièce de théâtre
je me mets en scène je joue je batifole
quelques années sont une trop courte saison
dans l'histoire de l'univers
pour oublier de s'amuser et de partager

amen.

samedi 13 septembre 2014

la preuve



on n'a jamais une deuxième chance
de faire bonne impression
non mec ça se passe là
les projecteurs sont rivés sur toi
ça fait assez longtemps qu'on t'attend
dis-nous de quel bois tu te chauffes
ta job en dépend
ceci est encore plus vrai
lorsqu'on est engagé pour gérer
et non exécuter
on compte sur toi
on attend que tu décides

le deuxième jour de mon arrivée
à ce nouvel emploi
ma boss me tend un livre
rempli de post its
ainsi que la photocopie du résumé
et me dit qu'ici
on gère comme ça
que je peux le lire si ça m'intéresse
je lui demande si je l'achète
elle dit non elle me prête le sien
il s'agit de
the first 90 days
de michael watkins

je dévore les livres de gestion
les how-to
comme des livres de recettes
je m'y retrouve
je m'y découvre
je m'y sens bien
j'ai lu le résumé
sur l'heure du lunch
d'ailleurs c'est tellement important
que je vous renvoie un lien
vers le résumé ici
c'est en anglais
mais la pensée managériale
est soit anglophone ou nippone

ah merde
j'étais si déstabilisée par ce propos
d'avoir à faire mes preuves
en si peu de temps
je savais que je devais prouver
ce dont j'étais capable
mais là
c'était bien plus décisif
il fallait poser des gestes rapidement
ou lentement
selon l'impression qu'on voulait laisser
je ne pouvais pas juste m'asseoir en poste
et observer
je ne pouvais pas juste agir comme j'étais
et répéter ce que je savais le mieux faire
régler des micro problèmes
en étant gentille avec tout le monde
non le monde me regardait
déjà

oui en deux jours déjà

je devais donc réfléchir rapidement
à un plan à long terme
trouver mes alliés dans l'organisation
comprendre les attentes du patron
comprendre l'organisation
ce qui était accepté ce qui ne l'était pas
l'opportunisme ou le travail d'équipe
développer ou protéger
comment faire un quick win
malgré le fouillis
accepter de ne pas tout comprendre
et prendre des décisions
une après l'autre

la première que j'ai callée
est de m'acheter ma propre copie du livre
la deuxième que j'ai callée
est de réaménager le bureau
pour un peu d'intimité
la troisième que j'ai callée
est de réfléchir sans rendre des mini comptes
la quatrième que j'ai callée
est de faire un plan à long terme
et déterminer mon leg à l'organisation
la cinquième que j'ai callée
est un meeting avec ma boss
la semaine prochaine pour en discuter
la sixième que j'ai callée
est de saluer les gens que je croise
même s'ils ne le font pas naturellement
la septième que j'ai callée
est de m'inscrire aux cours de yoga
du vendredi midi dans la tour

et là je commence à m'y retrouver
la femme flexible gentille posée
qui respire par le nez
je ne suis pas despote
je ne suis pas néron
je finirai l'art de la guerre
de sun tzu
je planifierai en respirant
je vais pouvoir mettre la table
et donner le ton

alea jacta est.

samedi 6 septembre 2014

grâce à toi



une des aptitudes
que l'on développe en vieillissant
est l'instinct de survie
l'art de repérer les bonnes personnes
les opportunités
et l'art de sauver sa peau
avant que ça chire
ou de changer de route
lorsque ça ne nous apporte rien

on ne se l'avouera pas
mais on est opportuniste
on délaisse les gens
qui ne nous apportent rien
même si on les aime
mais ils ne nous divertissent plus
ne nous apprennent plus
ne nous supportent plus
oui on est fait de même
avec un besoin inné de grandir

on fréquente des gens
souvent meilleurs que soi
ils nous inspirent
on les admire
on apprend vite à qui se coller
pour avoir des alliés
pour nous aider à avancer

c'est pas gênant
tout le monde le fait
ça n'empêche pas d'être sincère
gentil poli aimant et généreux
car le tout se fait naturellement
dans les alliances que l'on crée

c'est pareil en amour
si on n'avance pas plus vite en couple
qu'individuellement
on lâche le couple
on aime car on admire
car ça nous valorise
car ça nous fait avancer
pas juste parce que c'est bon pour le coeur
pas juste
essayez pour voir

c'est pour cela qu'on change de cercles
plusieurs fois dans sa vie
il faut que les choses avancent
même si c'est stable au foyer
même si c'est stable au travail
même si c'est stable socialement
une des sphères est en mouvement
quelque chose bouge autour de soi
on rencontre de nouveaux clients
on suit un nouveau cours
on découvre un nouvel auteur

ce n'est pas tant
pour se divertir et se sortir du quotidien
c'est en fait pour s'inspirer
pour se tirer vers le haut
évoluer
améliorer sa vie

c'est fantastique de s'exposer
et d'échanger
les gens qui nous entourent
sont autant d'étoiles
qu'on regarde dans le ciel
et qui empêchent nos souliers
de s'enliser dans la vase
ils nous appellent à leurs côtés
au firmament des succès
et du bonheur
de la paix de la joie
leur vie leur savoir
leur coeur leurs ambitions
sont des exemples de possibilités

ces amis ces collègues ces connaissances
nous aident à oser
ils nourrissent notre quotidien
autant que le pain le beurre et le vin
merci d'être là
formidables coachs de vie!