samedi 27 décembre 2014

gran reserva



ça y est nous y sommes arrivés
à l'aube de deux mil quinze
un chiffre qui n'apparaissait dans mon esprit
que dans des plans d'affaires horizon deux mil quinze

je serais tentée de dresser un bilan
ceux qui me connaissent savent que
je carbure aux réalisations
je suis femme de décompte et d'énumérations
plus le checklist est long plus je suis heureuse
à quoi sert de se lever aux aurores
si ce n'est pour se réaliser et pour en réaliser
mille et deux mille autres

ceux qui me connaissent mieux
savent que je pistonne à la reconnaissance
aux félicitations
c'est pour ça les bilans
c'est le bulletin de la bonne élève
le coup de pied dans le cul
pour continuer à y aller
à performer comme une grande fille
un bête de cirque une ti-jo-sait-tout

j'adore oser j'adore réaliser

mon année fut splendide en tout point
elle fut fatigante
j'ai l'impression de ne pas avoir arrêté
mais j'ai un vif sentiment d'accomplissement
j'ai tant grandi je le sais

j'ai appris à lire
en prenant l'exemple du défi b52 de la comète
et ai lu près de vingt-cinq livres cette année
mon préféré fut les états-unis du vent
suivi de près de the twenty-two million dollar shark
de arvida
et the signature of all things
le meilleur mise-en-bouche étant
le petit dernier de geneviève lefebvre
dévoré en cinq heures sur le train

j'ai appris l'humilité en ne sachant pas écrire
et en soumettant trois versions d'un même texte
j'ai compris que c'était dur de composer

j'ai appris à nager
en joignant les charlots au petit matin
et en persévérant longueur après longueur
à reprendre mon souffle
en n'ayant plus peur de me noyer
en découvrant la sensualité

c'était beau aussi la natation le matin
car j'ai réappris à socialiser
autour de nombreux déjeuners heureux
j'ai redécouvert le bonheur de jaser

j'ai acquis l'étoffe de la sportive
qui demi-marathon après demi-marathon
a su se relever malgré la piètre performance
j'en ai couru trois cette année
et le dernier je vous l'ai raconté
le lendemain d'une course magnifique
de quarante-septième anniversaire

j'ai acquis la confiance
encore
oui là vous pensez que je ne passe plus dans la porte
et c'est presque ça
j'ai de l'assurance
j'écoute plus que jamais ce que les gens disent
et je fais à ma tête
en fait peu importe ce que je fais
j'en suis fort aise et heureuse
je décide oui ou non
et je suis sereine
c'est un peu parce que je pense plus à moi

je suis redevenue sociable
et ai fait de nouvelles connaissances
autant que renoué avec les anciennes

je suis devenue moins énervée
je travaille plus au travail
j'étudie avec ardeur
mais je ne m'énerve plus pour le plancher sale

j'ai appris à connaître mon corps
et à suivre ses signaux d'alarme
j'ai appris à préserver ma santé

j'ai franchi un milli degré de plus
dans ma vie amoureuse
nous sommes bien et avons confiance l'un en l'autre
j'ai aimé voir l'homme-chat heureux
et je crois qu'il m'a vue heureuse aussi
nous nous en aimons davantage

j'ai acquis l'assurance
d'avoir été une bonne maman
la meilleure que je puisse être
car mes fils me rendent constamment
des tonnes d'affection
j'en suis convaincue maintenant

j'ai appris à dire non
et je n'ai pas besoin de m'expliquer
juste car je sais qu'en refusant
c'est pour mieux choisir
le où le quand et le comment

vous m'avez lue souvent cette année
je vous ai raconté
mes aventures
en conclusion
je me suis senti évoluer
dans le vrai sens
j'ai grandi

ce fut une année de maturité

je vous aime
vous êtes vraiment swell de me joindre
ici le samedi
et je vous souhaite
une merveilleuse année deux mil quinze
je vous souhaite la santé
pour bien faire
et je vous souhaite d'oser et d'aimer
et si cela vous tente
je vous souhaite même d'y aller!

tchin tchin les babes! xxx

samedi 20 décembre 2014

quand louis chantait...



attablées devant un souper tardif de lundi soir
dju' et moi jasions et elle me disait à quel point
elle était affectée par le climat social difficile
nous revenions d'ailleurs d'une belle célébration
soulignant des années de collaboration
entre le musée des beaux-arts
et des organismes d'entraide et de bienfaisance
donnant accès aux plus démunis à la thérapie par l'art

la beauté est en ce monde

cela fait trois semaines au moins
que je fouille les seize pages recto verso
de mon devoir du jour
afin de dénicher une bonne nouvelle
j'y réussis environ six fois sur dix
mais je n'en trouve pas plus qu'une

dans le dernier mois il y a eu dans mon entourage
la fée du mile end décorant les fenêtres de ses voisins
la guignolée du dr julien et ses centaines de bénévoles
des coureurs et des skieurs ramassant des fonds
pour soulager des enfants malades
l'assemblée annuelle de la fondation alpha
dr forget revenant du foyer de l'ebola
retournant pratiquer dans le nord du québec
et repartant à nouveau avec les médecins sans frontières
un médecin prenant le temps d'examiner
et d'expliquer humainement à la clinique dix-huit cinquante-et-un
une coach de piscine accueillant gratuitement
les charlots ce jeudi

la vie de tous les jours est emplie de beaux gestes
et de la volonté d'une meilleure société

la fée patsy van roost disait elle-même
qu'elle avait assisté récemment à une rencontre
d'un groupe d'action communautaire dans son quartier
dont elle ne connaissait pas alors l'existence
et qui était responsable de tant d'initiatives
connues et menées à termes pour le bien commun

dju' a raison
l'air ambiant est sombre et les médias sérieux
ne diffusent pas assez de bonnes nouvelles
comme s'il fallait s'excuser d'être heureux
on dit souvent que la catastrophe fait vendre
mais pas la bonne nouvelle

cela est faux

les liens les plus partagés sur facebook
sont ceux de gens et d'événements heureux
nous adorons humans of new york
et ses versions internationales
nous avons admiré ce papa atteint du cancer
qui dédiait chacune de ses journées
à être un père exceptionnel
nous aimons dominic arpin
homme guéri qui sensibilise sur la santé
et qui redonne pour soigner
nous avons vu ce chauffeur d'autobus
aider la dame âgée à rentrer à l'abri
nous aimons les flash mob
donnant le sourire à une population
et nous aimons définitivement
la joie contagieuse de pharrell williams

nous avons besoin de beauté

nous voulons nous maquiller de bien-être
de bonheur de joie de paix
nous le faisons chaque jour
dans notre communauté
avec les difficultés que cela impose
avec les sacrifices que beaucoup y consacrent

lorsqu'on en parle
cela nous émeut nous réjouit
nous rappelle que c'est possible
nous raconte comment un effort a de l'effet
qu'en nous impliquant
nous améliorons la société

oui l'humain est capable de grandes choses

il est vraiment dommage
de le rabaisser continuellement à sa plus basse expression.

car comme le chantait si bien louis...

samedi 13 décembre 2014

amitiés sincères



en deux mil douze lorsque pa' était malade
j'ai constaté la grande force de mes parents
d'avoir développé durant leur vie
des amitiés durables avec tant de gens

ils connaissent leurs nièces et leurs neveux
même si ceux-ci sont dispersés autour du monde
ce sont mes cousins et cousines que je ne connais pas
ni plus que mes oncles et tantes
dont je ne sais même pas le nombre
ils hébergent ou aident des petits cousins
aux études aux états-unis
subventionnent un autre dans le besoin
ils fondent une école chinoise
pour que leurs enfants et les autres
gardent le contact avec la langue maternelle
et la culture la danse les arts martiaux
ils rejoignent les associations d'anciens diplômés
de leur université tawainaise en californie
et retrouvent d'anciens chums
ils visitent et accueillent d'anciens patrons et collègues

quand ils viennent à montréal
ils visitent les voisins de la rue tyrol
ils visitent les beaux-parents de mon frère
et occasionnellement les miens
ils ont des dates avec les anciens collègues
de mil neuf cent quatre-vingt dix
ils restent chez nous un bout de temps
et jasent avec mes voisins
ils voient leurs vieux amis chinois
et couchent deux trois jours chez eux
ils reçoivent les amis de leurs enfants
chez eux en californie
et lorsque pa' était en forme
ils leurs faisaient faire la tournée des vignobles

bref ils entretiennent leurs amitiés
et sont aimés de tous

je fais bien sûr si peu en ce sens
ayant un mode de vie personnel plutôt solitaire
car le métier ainsi que le sport
me procurent déjà beaucoup de socialisation
et il est vrai
leurs lots de bons amis
je maintiens les contacts différemment
par l'écrit le rire et les mots
ça marche pour certains et pas pour d'autres
mais dans la vraie vie
je vois rarement tous mes amis
j'ai arrêté mon party d'huîtres annuel
qui en rassemblait une couple
et j'apprécie donc davantage les réseaux sociaux
me permettant de suivre le fil

mais il n'est jamais trop tard pour bien faire
j'ai récemment rencontré
plusieurs nouvelles personnes
à l'occasion d'événements organisés
auxquels j'ai décidé de participer
un lunch de courges
une course caritative
un party de nowell
c'est formidable de rencontrer et d'apprendre à connaître
les gens nous apportent tant
je suis heureuse de voir que j'aime encore autant qu'avant
accueillir l'amitié
je crois même que c'est encore plus facile qu'avant
que le muscle de l'ouverture
et de la sincérité n'est pas rouillé
qu'il n'attendait qu'à être sollicité

peu importe comment on la définit
l'amitié nous apporte
nous grounde
nous élève
nous ouvre au bonheur.


samedi 6 décembre 2014

running delirium



dormir à aire ouverte
gars et filles ensemble
en faisant ronrons
après un spagat de luxe
à dix heures du soir
et beaucoup de vin rouge
je sais pus à quand ça remonte
la dernière fois
comme une gang de skieurs
qui s'en vont faire des mauvais coups
crisse qu'on a ri
on a dévalé la pente
en courant hier soir
cause le cabriolet était off
c'est pas bon pour les périos
et les coureurs qui auront
quarante kilomètres à se mettre dans le corps
dans la journée
dans ti peu
on espère les oeufs pis le bacon
des fois courir pour une bonne cause
c'est vraiment chouette en gang
je vous reparle en fin de soirée
quand j'aurai fini mon deuxième stretch
si j'arrive à tougher le froid
si je glisse pas sur mes rénnings
sur une bosse dans le bois
au pire je reviendrai
me coucher faire la sieste
boire du café lire prendre un verre de vin
ou une coupe de bulles

le plaisir de la folie de vivre.