samedi 24 janvier 2015

body language



ça y est j'ai l'âge de ma mère

depuis la mi-décembre
j'ai eu deux diagnostics de périménopause
j'avais promis de ne pas en parler
de ne pas me laisser aplatir
par l'angoisse de vieillir

je me pâme d'être jeune
de n'avoir que quarante-sept ans
moins de la moitié de mon espérance de vie
même pas encore grand-mère
et espérant l'être en multiples

pas même mariée
jeune poulette séductrice
au faîte de ma carrière
avec quinze ans de travail à temps plein
devant moi
puis du temps partiel à m'occuper
des visées d'implication sociale
le début d'un certificat
et la perspective d'un titre professionnel

non je suis encore dans ma prime jeunesse

mais voilà que depuis deux semaines
les changements dans mon corps
taxent mes ambitions
je dors comme un bébé
je passe tout droit
je n'entends plus le réveil
et mes engagements d'entraînement
tombent à l'eau

c'est là que je me dis
que ce j'haïs le plus dans la vie
ce n'est pas de vieillir
c'est que la machine ne suive pas
et je me rends compte que ce n'est pas l'âge
ce pourrait être la maladie
ce pourrait être la morosité
ce pourrait être la paresse l'oisiveté
ce pourrait être plein de choses
me rendant immobile

mas ce n'est pas l'âge
il y a alice cole
il y a ma mère justement
cette femme si énergique
il y a ma grand-mère qui l'est encore plus
je peux bouger
je peux danser
je peux courir
et je vais m'efforcer
de continuer à nourrir mon corps
pour qu'il reste flexible agile et fort
je vais le lever l'entraîner le pousser
pour qu'il soit encore jeune et sain
et qu'il me permette de réaliser
toutes mes ambitions

m'en cawlice de devenir quinquagénaire
sexta sexta sex-appeal
je veux juste pas saigner vingt jours par mois
pendant les prochains deux ans
et ne pas pouvoir bouger
je vais m'habituer et rebondir
car la vie ne s'arrête pas
à sept heures et dix un samedi
de janvier deux mil quinze.

Aucun commentaire: