samedi 17 janvier 2015

errer sans savoir



il est exigeant de posséder aujourd'hui
une vaste culture générale
de maîtriser l'histoire la science
la géographie
et puis encore d'être à jour avec l'actualité

mea culpa
je ne m'informe pas
non par paresse
mais je n'y trouve pas le temps
ou peut-être est-ce parce que
je passe mon temps
à apprendre d'autres choses
les arts la comptabilité
le corps le métier
à faire toutes sortes d'activités
me convaincant de la vie
puis à dormir

je connais l'actualité
par les nouvelles relayées
dans les médias sociaux
puis dans mon devoir en papier
sur les écrans médiatiques
dans le métro et l'ascenseur au bureau
et sur l'application new york times
de mon téléphone
plus intelligent que moi

je ne connais rien de la scène culturelle
ni le nom ni le visage ni le son
des chanteurs et des acteurs
ne me parlez pas d'un film
je ne vais pas au cinéma
je ne regarde pas la télé
et ne l'écoute pas plus en fond de trame
je suis abonnée
au national geographic
depuis plus de vingt ans
à nouveau projet qui me fait réfléchir
et à quelques revues d'art
je ne les lis presque pas
j'écoute la radio parlée dans mon char
les rares fois que je l'utilise
et même pas à radio canada
mais à arcand curzi maréchal dutrizac houde fournier

je lis des documents stratégiques
liés à mon métier
je lis des manuels scolaires
liés à mes études
je lis des livres sur tous les sujets
dans mes loisirs

donc isolée de la société
je n'apprends les nouvelles que lorsque
la catastrophe a éclaté
et lorsqu'elle arrive
je n'ai aucune donnée de contexte
je ne sais plus où se situe telle ville
telle capitale tel pays d'orient
ou comment on appelle aujourd'hui la tchécoslovaquie
je sais ça vous choque
mais c'est aussi pour cela
que je souhaite rarement réagir à froid
lorsque je lis une mauvaise nouvelle
j'essaye d'abord de la comprendre
dans le pot-pourri de mon esprit
et peut-être même me dresser un contexte
dans wikipedia qui est une source plus fiable que moi

j'ai rarement une opinion tranchée
je suis timide à cet égard
ayant vraiment peur de me gourer
c'est le propre des balances
que dit ma culture astrologique
l'envie de voir les deux côtés de la situation
avant de juger
mais voilà
compte tenu de mon retard informatif
je ne me rends jamais à cerner
entièrement la vue d'ensemble

bref je continue donc à consacrer ma mémoire vive
à digérer des informations spécialisées
et à vivre dans le déni
de la cartographie des enjeux mondiaux
l'avantage de cette réalité
est que la vie est belle
et que je croise les itinérants
en chair et en os
je m'implique dans une cause plutôt que mille
et que j'aime profondément tout ce que je fais
mais quand je hoche de la tête
dans une conversation intelligente
ne me passez pas en entrevue
de grâce
je coule le cours d'actualités.


Aucun commentaire: