samedi 21 février 2015

scandale



tout comme on s'habitue à la souffrance
et aux conditions difficiles
il faut bien que l'on s'accommode des fois
du confort et du plaisir

s'il y avait un scandale sur la corruption
je serais une suspecte idéale
je suis molle comme l'humain

je gagne ma vie beaucoup mieux
qu'il y a vingt-sept ans
et je voyage plus luxueusement
je mange dans de plus grands restaurants
personne ne me blâme
sauf pour me dire que je dilapide mon argent
plutôt que de le redonner à la société
mais personne ne peut vraiment m'en vouloir
je fais ce que je veux avec la rétribution de mes efforts
avec mon pain négocié et sué

mais voilà qu'au travail je voyage également beaucoup
avec notre agence de voyage
nous avons des fournisseurs attitrés et des tarifs privilégiés
je n'ai cessé depuis six mois
d'augmenter la qualité de mes séjours
dans le respect des politiques
passant de motels miteux à trente-huit dollars de taxi
à des hôtels quatre étoiles en plein centre-ville

on s'entend que je n'ai pas besoin
de tout ce confort pour travailler
je monte les marches du métro square victoria
cinq matins par semaine
et passe devant le lit du sans-abri
constitué d'une dizaine de journaux vingt-quatre heures

mais voilà
je m'habitue grassement au confort

je dis donc que c'est si facile
d'être déconnectée et objective
et qu'un jour si quelqu'un me voulait du mal
je me ferais pincer dans un scandale à la
oui mais elle a mis sur son compte de dépense
une nuitée au royal york
pis une autre pis une autre
ça a coûté à la banque tant de dollars
plutôt que tant et au bout du compte
ce sont les clients qui payent
et ce sera bien sûr vrai
et je tomberai des nues
et me dirai mais oui mais c'était permis
et on pointerait du doigt les centaines de travailleurs
qui font comme moi dans une société ou une autre

vous trouvez que ce n'est rien
que ça fait partie des choses
vous trouvez que le fait qu'on soit intègre
dans nos intentions et nos transactions
nous affranchit du goût des privilèges
et bien non je vous le dis
personne n'est à l'abri
d'accepter toujours un meilleur environnement

vous dites que ce n'est rien
que pour travailler au loin il faut bien être compensé

moi je dis que je n'y pense même pas
que ça fait partie de ma vie
que c'est mon travail
que mon employeur me l'accorde
que c'est la rémunération de mes efforts

et un jour quelqu'un crie au scandale
et on n'a rien à dire
et on est comme tremblay
candide et plein de bonne fois et on dit
oui mais on n'a rien fait de mal
parce qu'ici on appelle ça des conditions de travail
on appelle ça de la reconnaissance
et qu'ailleurs on appelle ça de la corruption
ça dépend du point de vue et du but visé

c'est ainsi qu'humaine j'hésite à juger
les autres humains

ma petite normalité
est certainement un abus pour quelqu'un d'autre
et additionnée aux autres petites normalités
deviendra une énormité inacceptable pour la société.



1 commentaire:

Zoreilles a dit...

Beau texte... Et tous le font sans même se poser la moindre question. L'être humain est construit comme cela, il recherche le bonheur, le plaisir, le mieux-être...