samedi 22 août 2015

basse culture



voici venu le temps
des rires et des chants
dans l'île aux enfants
c'est tous les jours le printemps
c'est le pays joyeux
des enfants heureux
des monstres gentils
oui c'est un paradis

jeudi cinq heures trente éhèm
j'écoute avec distraction
les potins hollywoodiens
présentés par paul arcand
au quatre-vingt-dix-huit cinq
dans mon char en route vers la piscine

je me demande pourquoi je n'écoute pas radio can
pourquoi je n'ai jamais écouté radio can

je me rends compte que je n'ai pas de culture
j'essaye de me souvenir
je tente d'inventorier les artéfacts
de ma richesse culturelle

flashback années soixante-dix
l'île aux enfants
tf1 ou antenne2 m'en souviens plus
un dinosaure en peluche
casimir
un autre
hippolyte
dont l'épellation me torture depuis ma tendre enfance
j'ai huit ans

quarante ans plus tard
je me souviens de la toune
genèse de la culture avec un grand cul

l'île aux enfants l'école des fans
des chiffres et des lettres
roland garros et wimbledon
fantomas candy goldorak fulguro poing
hey hey wickie hey wickie hey
fifi brindacier
la première version de star wars
un vendredi dingue dingue dingue
france gall sylvie vartan claude françois
brassens astérix lucky luke
grease les stray cats the pretenders
happy days
la lni
heureusement la lni
robert gravel patrice l'écuyer
yvan ponton
érigé mon background musical
entre treize et vingt-cinq ans
riche riche riche
puis tout le classique pendant ma vie adulte
à tivi y avait radio québec
et les citoyens du rebut global
pinard et di stasio
en drame les filles de caleb
roy dupuis
roy dupuis
roy dupuis
au cinoche le grand bleu
trente-sept deux la reine margot
et blade runner

je ne suis pas louise cousineau
je n'ai plus rien vu
plus rien écouté
je suis devenue autarcique de la culture
j'ai éteint la radio j'ai éteint la tivision
j'ai négligé le cinéné

depuis deux mil sept il y a le web
et toute la vie s'est mise à révolutionner
autour de ma personne
ma mise en scène
mon cadrage
ma vie mes chansons mon film

c'est vrai
je n'ai aucune culture de la culture
je suis incapable de savoir en entendant un nom
si on parle d'une vedette d'un athlète
ou d'un politicien
peut-être même d'un scientifique
d'un auteur d'une sage-femme
d'une mauvaise fille
écho vedette stars ou entertainment machin
me parlent comme le journal chinois

c'est beaucoup trop de bruit tout ça
mon cerveau mélange tout

au moins lorsque je chauffe le char
les potins hollywoodiens par arcand le matin
ça détend le teint ça déplisse le froufrou fru
pas besoin de savoir qui est qui
c'est tellement farfelu c'est vide et drôle
et ça me rappelle également
non sans désarroi
que j'écoute pour fins de pure détente
lorsque j'ai le char le soir
et jusqu'à m'empêcher de sortir quand il parle
car j'ai la mâchoire décrochée
ron fournier
le prophète

c'est tout pour vous rassurer
je sais.

Aucun commentaire: