samedi 19 décembre 2015

get a life



j'ai pété ma coche hier sur le web
à l'encontre des gens qui emplissent les entreprises
de façon égoïste à tout prendre et à ne rien donner

je continue mon éditorial sans pitié

au quotidien ces gens ne m'irritent pas
je suis concentrée sur ma job
mais à titre de collègue et de gestionnaire
il y en a qui me font suer à l'occasion
et ça me choque de constater
autant de petitesse
chez des gens pourtant intelligents

je travaille comme bien d'autres
de nombreuses heures par semaine
je gagne bien ma vie
si je ne travaillais pas comme je le fais
je ne mènerais pas la vie de rêve
que les gens me croient vivre à temps plein

mon employeur me paye bien
surtout parce que ça fait longtemps que je travaille
mais pas que
surtout parce que depuis tout le temps que je travaille
je n'ai jamais arrêté de donner
de parfaire mes connaissances
d'étudier à temps partiel pendant maintenant vingt ans
de lâcher le confort après dix-huit ans
et la possibilité de faire deux cent sinon cinq cent mille
pendant ne serait-ce que quelques années
de narguer des employeurs
en demandant des conditions high in the sky
que je n'ai pas obtenues
et à redescendre au bas de l'échelle salariale et hiérarchique
à trente-neuf ans pour le kick d'apprendre
dans un tout autre domaine
après avoir quitté sans prime ni espoir de chômage
et investi quelques deniers à aller m'instruire sur la chine
avec jean-françois lisée aux écoles d'été du cérium
j'ai recommencé encore
en changeant d'emploi et travaillant à commissions
j'ai bien vu que je ne savais pas faire
et j'ai tout de suite salué ceux qui en avaient le talent
j'ai appris qu'il était très difficile de commencer
à zéro dans un nouveau domaine
et j'ai encore payé pour apprendre
je suis revenue en force
avec mes compétences et mon réseau
et me suis payée la traite dans le bancaire
à aider des entreprises à se construire et se développer
et quand je me suis mise à m'emmerder
il y a deux ans j'ai voulu lâcher et prendre un long congé
pour faire mon cours de pharmacie ou de comptabilité
avant que cette autre banque ne m'appelle
pour m'offrir un autre défi
encore une autre aventure

je suis ce genre de personne

on dit que je suis devenue corporate
à travers les années
le principe est simple
je respecte celui qui me paye
c'est élémentaire
ne mords jamais la main qui te nourrit

que ce soit ton client
que ce soit ton employeur
que ce soit ton gestionnaire
ne chiâle pas de tes conditions
négocie justement s'il le faut
mais de grâce il y a mieux à faire
que de te plaindre
contribue améliore
ça va te rendre heureux

donc je suis corporate
je ne suis pas une yes lady
mais contre ma paye
je donne tous mes efforts
c'est pour cela que je suis là
pas pour être en vacances
ou jaser de ma robe ou de la température

goddamnfuck

ce qui n'exclut pas
qu'il me soit arrivé de boire du vin
sur mes heures de travail et sur mon lieu de travail
qu'il me soit arrivé de lancer mes souliers
à plus de cinquante pieds de mon bureau
à vingt ans j'ai même lancé des dossiers
qu'il me soit arrivé d'écrire le mot fuck
dans un courriel vers l'ontario
qu'il me soit arrivé de me disputer
avec le président de l'entreprise
et de sacrer ma job là un vendredi matin
en ballerines

mais oui quand je rentre je travaille
quand je travaille le week-end
je ne demande pas congé à ma boss le lundi
je me fixe des objectifs
et je suis sévère envers moi-même
je ne les atteins pas toujours
et j'en porte un énorme poids
tiens je médite
mais je stresse à rien dans mon travail
si j'ai pas envie de travailler
j'ai juste à quitter
à changer
à prendre ma vie en mains

cawlice

je suis consciente qu'il y a un pan de gens
inaptes au travail
à cause d'un handicap intellectuel
d'une maladie ou encore d'analphabétisme
mais t'sais quoi
il y a même des gens
qui reprennent le chemin de l'alphabétisation
à dix-sept trente ou cinquante-cinq ans
ceux-là ils m'énervent pas
ceux-là je travaille à les aider
en marge gratuitement probono

ceux qui m'énervent
ce sont ceux qui se plaignent
que leurs fonds de pension n'est plus aussi généreux qu'avant
ce sont ceux qui chialent à seize heures en novembre
parce qu'il fait noir dehors ou qui baillent aux corneilles
car ils sont debout depuis cinq heures à matin
mais au bureau juste à neuf
ce sont ceux qui sont totalement insatisfaits
car le montant du boni n'est pas comme ils pensaient
alors qu'un boni c'est ce que ça dit mec
c'est du gravy prends jamais ça pour acquis
ce sont ceux qui sont dans leur bureau au chaud
et qui fulminent contre les manifestants
en les traitant de pouilleux
ce sont ceux qui comptent à haute voix
les jours jusqu'à leur retraite
ce sont ceux qui passent leur temps
sur leur téléphone intelligent plutôt que sur leurs dossiers
ce sont ceux qui ne se lèvent pas
pour aller aux déjeuners causeries ou aux lunchs conférences
ce sont ceux qui ont perdu l'intérêt d'être là
qui ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont
d'être payés le jeudi pour leur très maigre contribution
avec dentiste et médicaments en prime

t'as le droit de pas être intéressé
je suis sure qu'il y a cent mille autre choses
qui te passionnent dans la vie
va les rejoindre tout de suite please

je sais ça prend un peu de gutts
mais je suis sure que tu en es capable

ah oui
et merci.

2 commentaires:

Zoreilles a dit...

Percutant! Ça fait du bien à « entendre », c'est à contre-courant, j'adore ça!

modotcom a dit...

salut ma belle zoreilles. à contre-courant, vraiment? il me semble que je me ferais lapider des fois. mais bon, des fois, on en a ras-le-bol. heureusement, c'est peu fréquent! à bientôt, fée des mots! xxx