samedi 26 décembre 2015

faire



jeudi je lisais une chronique
sur la relation entre l'argent et le bonheur
le lien sera au bas du billet
ça m'a touché car ça disait essentiellement
qu'à partir d'un certain seuil de confort assuré
les dollars marginaux gagnés
n'apportaient pas de bonheur supplémentaire

dire que je suis à l'argent
est un euphémisme
enfin je suis insécure du cash
et c'est important pour moi d'en avoir
pas que je veuille toujours plus
mais que j'ai peur d'en manquer

j'occupe beaucoup de mon temps
à essayer de ne pas manquer d'argent
je consacre quarante heures par semaine
à un emploi exigeant dans un environnement stressant
à essayer de remplir mon mandat
et mériter un salaire
j'étudie un soir par semaine
plus tous les soirs s'il le faut
en période d'examen
pour essayer d'obtenir un titre professionnel
au cas où je n'aie plus d'emploi salarié
pour continuer à assurer ma subsistance
je fais sans cesse du réseautage
pour être sure de ne pas perdre le contact
avec le monde des affaires
je fais du sport pour rester en vie
et je m'implique socialement
pour rester connectée avec la vraie vie

je parle donc de cet article avec l'homme-chat
qui répond que nous ne manquons pas d'argent
mais que nous manquons cruellement de temps

je ne pense pas manquer de temps
car si je coupais toutes mes activités
pour ne laisser qu'un emploi à temps plein
ne serait-ce qu'un peu moins rémunérateur mais moins stressant
j'aurais beaucoup de temps libre
et je voudrais tout de suite le meubler
avec plein de choses que j'aime
et ça donnerait exactement la même chose
que mon emploi du temps actuel

il n'y a pas grand chose avec lequel j'occupe mon temps
qui ne me plaise pas
je viens de m'inscrire à un autre certificat
je ne vous dis pas lequel
je ferai dès octobre deux mil seize
un autre cours par semaine
en sus de mon cours de comptabilité
je me suis inscrite en novembre
aux techniques d'arts martiaux avec la comète
j'ai dû abandonner par manque de temps
en période d'examen
je reprendrai en janvier
je n'ai pas nagé depuis un mois malgré que j'adore ça
car je n'entends pas le réveil matin
depuis mon vingt-quatre heures de tremblant
ce sera un autre retour à la rentrée

ce qui tue c'est la vitesse à laquelle j'exécute chaque chose
sans respirer sans pause en sautant de l'une à l'autre
mais il y a juste trop de choses que j'aime faire
et à cet égard oui je manque de temps dans le temps
je crois que c'est pour cela que je veux vivre vieille
et en santé physique et financière
le pourquoi du comment
cqfd

hier c'était congé
j'ai dormi tard
j'ai mis de la musique
j'ai emballé des cadeaux
j'ai dessiné des portraits
j'ai fait un ragoût des biscuits des pâtisseries
et j'ai regardé trois séries
j'ai adoré ma journée
car j'avais le temps de faire chacune des choses
sans échéancier ni dérangement
aucune visite à heure précise aucun compte à rendre
je me suis demandée pourquoi
je ne cuisinais pas plus souvent
et sais-tu quoi
j'ai réalisé que j'ai fait tout cela
parce que j'avais à les faire
le tout pour aujourd'hui
que si j'avais plein de temps libre
et aucune obligation
je ne ferais rien
je le passerais à m'ennuyer
ou à me créer d'autres objectifs

comme m'a dit un père nowell
chez nous jeudi soir en buvant un tit rouge
la vie a horreur du vide.

tiens : l'article sur l'argent et la pyramide de maslow.

samedi 19 décembre 2015

get a life



j'ai pété ma coche hier sur le web
à l'encontre des gens qui emplissent les entreprises
de façon égoïste à tout prendre et à ne rien donner

je continue mon éditorial sans pitié

au quotidien ces gens ne m'irritent pas
je suis concentrée sur ma job
mais à titre de collègue et de gestionnaire
il y en a qui me font suer à l'occasion
et ça me choque de constater
autant de petitesse
chez des gens pourtant intelligents

je travaille comme bien d'autres
de nombreuses heures par semaine
je gagne bien ma vie
si je ne travaillais pas comme je le fais
je ne mènerais pas la vie de rêve
que les gens me croient vivre à temps plein

mon employeur me paye bien
surtout parce que ça fait longtemps que je travaille
mais pas que
surtout parce que depuis tout le temps que je travaille
je n'ai jamais arrêté de donner
de parfaire mes connaissances
d'étudier à temps partiel pendant maintenant vingt ans
de lâcher le confort après dix-huit ans
et la possibilité de faire deux cent sinon cinq cent mille
pendant ne serait-ce que quelques années
de narguer des employeurs
en demandant des conditions high in the sky
que je n'ai pas obtenues
et à redescendre au bas de l'échelle salariale et hiérarchique
à trente-neuf ans pour le kick d'apprendre
dans un tout autre domaine
après avoir quitté sans prime ni espoir de chômage
et investi quelques deniers à aller m'instruire sur la chine
avec jean-françois lisée aux écoles d'été du cérium
j'ai recommencé encore
en changeant d'emploi et travaillant à commissions
j'ai bien vu que je ne savais pas faire
et j'ai tout de suite salué ceux qui en avaient le talent
j'ai appris qu'il était très difficile de commencer
à zéro dans un nouveau domaine
et j'ai encore payé pour apprendre
je suis revenue en force
avec mes compétences et mon réseau
et me suis payée la traite dans le bancaire
à aider des entreprises à se construire et se développer
et quand je me suis mise à m'emmerder
il y a deux ans j'ai voulu lâcher et prendre un long congé
pour faire mon cours de pharmacie ou de comptabilité
avant que cette autre banque ne m'appelle
pour m'offrir un autre défi
encore une autre aventure

je suis ce genre de personne

on dit que je suis devenue corporate
à travers les années
le principe est simple
je respecte celui qui me paye
c'est élémentaire
ne mords jamais la main qui te nourrit

que ce soit ton client
que ce soit ton employeur
que ce soit ton gestionnaire
ne chiâle pas de tes conditions
négocie justement s'il le faut
mais de grâce il y a mieux à faire
que de te plaindre
contribue améliore
ça va te rendre heureux

donc je suis corporate
je ne suis pas une yes lady
mais contre ma paye
je donne tous mes efforts
c'est pour cela que je suis là
pas pour être en vacances
ou jaser de ma robe ou de la température

goddamnfuck

ce qui n'exclut pas
qu'il me soit arrivé de boire du vin
sur mes heures de travail et sur mon lieu de travail
qu'il me soit arrivé de lancer mes souliers
à plus de cinquante pieds de mon bureau
à vingt ans j'ai même lancé des dossiers
qu'il me soit arrivé d'écrire le mot fuck
dans un courriel vers l'ontario
qu'il me soit arrivé de me disputer
avec le président de l'entreprise
et de sacrer ma job là un vendredi matin
en ballerines

mais oui quand je rentre je travaille
quand je travaille le week-end
je ne demande pas congé à ma boss le lundi
je me fixe des objectifs
et je suis sévère envers moi-même
je ne les atteins pas toujours
et j'en porte un énorme poids
tiens je médite
mais je stresse à rien dans mon travail
si j'ai pas envie de travailler
j'ai juste à quitter
à changer
à prendre ma vie en mains

cawlice

je suis consciente qu'il y a un pan de gens
inaptes au travail
à cause d'un handicap intellectuel
d'une maladie ou encore d'analphabétisme
mais t'sais quoi
il y a même des gens
qui reprennent le chemin de l'alphabétisation
à dix-sept trente ou cinquante-cinq ans
ceux-là ils m'énervent pas
ceux-là je travaille à les aider
en marge gratuitement probono

ceux qui m'énervent
ce sont ceux qui se plaignent
que leurs fonds de pension n'est plus aussi généreux qu'avant
ce sont ceux qui chialent à seize heures en novembre
parce qu'il fait noir dehors ou qui baillent aux corneilles
car ils sont debout depuis cinq heures à matin
mais au bureau juste à neuf
ce sont ceux qui sont totalement insatisfaits
car le montant du boni n'est pas comme ils pensaient
alors qu'un boni c'est ce que ça dit mec
c'est du gravy prends jamais ça pour acquis
ce sont ceux qui sont dans leur bureau au chaud
et qui fulminent contre les manifestants
en les traitant de pouilleux
ce sont ceux qui comptent à haute voix
les jours jusqu'à leur retraite
ce sont ceux qui passent leur temps
sur leur téléphone intelligent plutôt que sur leurs dossiers
ce sont ceux qui ne se lèvent pas
pour aller aux déjeuners causeries ou aux lunchs conférences
ce sont ceux qui ont perdu l'intérêt d'être là
qui ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont
d'être payés le jeudi pour leur très maigre contribution
avec dentiste et médicaments en prime

t'as le droit de pas être intéressé
je suis sure qu'il y a cent mille autre choses
qui te passionnent dans la vie
va les rejoindre tout de suite please

je sais ça prend un peu de gutts
mais je suis sure que tu en es capable

ah oui
et merci.

samedi 12 décembre 2015

le mot de mo


foyer de la bibliothèque marc favreau

machiavel cervantes shakespeare
dostoïevksy kafka nietzsche
hugo balzac zola
hemingway steinbeck thoreau
gide camus sartre
eco barrico castaneda
james oates gilbert
nelligan vigneault tremblay
miron laferrière ducharme
archibald moutier séguin
forget lefebvre perreault

l'analphabète n'a jamais lu

l'analphabète ne lit pas non plus
la posologie de son médicament
ni le nom des rues dans la rue
ni sur google map
l'analphabète ne fait pas de recherche sur le web
ne consulte pas wikipedia
l'analphabète fait la file à la caisse
n'utilise pas le guichet automatique
l'analphabète n'a pas fréquenté
astérix lagaffe ni talon
ni lu ses premières histoires chez sa tante
dans le reader's digest
l'analphabète ne se fie pas aux recettes
ni aux mises en garde sur les flacons de produits dangereux
l'analphabète ne lit pas le journal de montréal
ni le devoir ni le national geographic
ne fréquente pas la bibliothèque
pas plus que ses expositions
l'analphabète n'aide pas ses enfants
avec leurs devoirs
n'écrit pas de mots d'amour à sa douce
ne balance pas sa caisse le soir
l'analphabète ne remplit pas le formulaire de santé
à la clinique médicale ou dentaire
ne lit pas les plateformes électorales
l'analphabète ne vote pas

l'analphabète a développé plein de trucs
pour évoluer dans la vie
et ces trucs sont en train de lui glisser sous les pieds
avec la technologie prenant une part si grande dans la vie
la disparition des conteurs et lecteurs publics
la disparition des emplois manufacturiers routiniers
l'analphabète perdra bientôt sa voix dans la société

savoir lire et écrire n'est pas juste
avoir l'accès à la culture et à l'érudition
savoir lire et écrire
c'est pouvoir se nourrir et évoluer sainement
c'est éviter la misère
c'est comprendre et appréhender son monde
c'est vivre à sa pleine mesure
comme être humain à part entière.

ici.

samedi 5 décembre 2015

l'argent pousse-t-il dans les arbres?



je fais du développement des affaires
depuis deux mil huit
ça veut dire que je convaincs des gens
de choisir notre option
plutôt que celle du concurrent
ça implique que je demande

certains diront que c'est de la vente
avec intelligence perles et résille
mais il y a surtout de l'expertise
de l'écoute et de la négociation
au bout du processus
tout le monde est content

depuis quelques temps
je m'implique également à lever des fonds
et plus intensément depuis deux mil treize

certains copains trouvent ça difficile
de lever des fonds
mais la seule clé est de demander

à deux reprises j'ai demandé
à des vice-présidents exécutifs de grandes banques
de m'épauler dans des projets caritatifs
à deux reprises ils ont décliné
à cause d'horaires trop chargés
mais à deux reprises ils m'ont félicitée
de m'être impliquée
et ont bien sûr donné à la cause

alors voilà copains
la clé est là
le muscle de la levée de fonds ça se développe
comme celui du coeur de l'esprit et du corps

quand vous levez des fonds
la conclusion est gagnante pour tout le monde
pour celui qui collecte
pour celui qui donne
et ultimement pour le bénéficiaire

on me donne beaucoup
et on me dit toujours que peu s'impliquent
en fait ils me donnent
car ils ne s'impliquent pas autrement

alors sachez ça
quand vous levez des fonds
vous ne harcelez pas
vous le faites fièrement
comme une race rare de gens dans l'action
et avouez-le c'est pas forçant comme action
un courriel par ci un autre par là

il n'y a aucune indigence dans ce geste
que de la beauté
et de la grande dignité
vous levez des fonds
car vous savez le faire
en fait vous ne faites rien
vous faites transiter des sous
passant d'un citoyen prêt à aider
mais qui n'a ni le temps ni l'engagement
et qui peut le faire par le portefeuille
à quelqu'un qui a besoin d'aide
qui a eu un coup dur ou qui est malade
comme tricoter une tuque
c'est exactement le même geste
ça vient du coeur
ça va au coeur

dans beaucoup de cas
on vous donne
simplement parce que vous demandez
parce que vous avez le courage de le faire
peu importe la cause

voyez comme c'est puissant
et comme c'est facile

je n'hésite jamais à demander
des fois on me dit non
dans toute ma vie
j'ai connu peu de refus
je demande tout sincèrement
sans hésitation
avec la pureté du coeur
je suis humaine
je suis honnête
quand on ne peut me donner
on me le dit
personne ne se sent obligé
personne ne me ment
je collecte

la vie est bonne

ce n'est pas un geste difficile
les gens qui lèvent des fonds le savent
on s'échange du cash d'une cause à l'autre
ce sont juste des affaires
comme des romans qui voient le jour
peu importe qui le fait
nous ne sommes que des véhicules
pour répandre l'aide

ce doit arriver
c'est la redistribution de la richesse
et c'est très noble

ne craignez jamais
de lever des fonds
c'est pour aider
vous
eux
la société

la tête haute les amis
et félicitations!