samedi 21 mai 2016

atrophie


three studies of lucian freud
francis bacon, 1969

il ne m'arrive pas de réfléchir
sans y attacher des mots
est-ce à dire que la pensée
n'existe pas sans langage
dans quelle langue rêve-t-on
présentement je vous écris
en français
c'est la langue des mots qui résonnent
dans ma tête et dans mon palais
je m'entends penser
mais si je ne parle pas
rien ne m'empêche de penser
si je suis en terre inconnue
je réfléchis j'aime je contemple
et je pense
je pense en français et j'aime dans cette langue
c'est certain

faites l'exercice
essayez de penser sans parler
quelle est cette langue dans votre silence

je me demande si l'analphabète
le sourd le muet l'allophone pensent
de façon désordonnée ou articulée
dans quelle langue rêvent-ils

le penseur solitaire a-t-il un dictionnaire
peut-il échanger et enrichir sa pensée
comment nourrit-on l'esprit
il y a bien des langages
le corps l'art la musique
pour ne nommer que ceux-là
requièrent-ils la langue
ou suffisent-ils seuls à faire évoluer

rien ne s'est passé d'autre dans ma tête
depuis tantôt
que le fait de parler
que ce soit en silence ou en clavier
je n'ai que des mots à défiler
je ne peux imaginer mon esprit sans langage
ce serait il me semble
un désert orange
des fois ensoleillé des fois embrumé
mais toujours rien que
sans notes et toujours rothko plutôt que bacon

des mots
de grâce
du vocabulaire de la beauté.

2 commentaires:

Zoreilles a dit...

Une chance que tu as les mots pour réfléchir et articuler ta pensée sinon on manquerait quelque chose de beau à se mettre sous... les zoreilles!

Pour ma part, je réfléchis mieux avec un crayon et un papier ou bien un clavier, maintenant c'est pareil. Je pense, j'écris et je rêve en français avec un accent des Îles de la Madeleine, c'était la langue de mon enfance... qui n'est jamais loin.

modotcom a dit...

Zoreilles, tes mots font partie de ceux qui me nourrissent.