samedi 29 octobre 2016

moi aussi


image provenant du site du 
Centre pour les Victimes d'agression sexuelle de Montréal

je me sens interpellée
par la réflexion relative
aux agressions sexuelles au québec
tant en ce qui concerne les hommes que les femmes
je n'ai pas de témoignage à faire
ni d'expérience refoulée à vous relater
djieu merci je n'ai pas subi d'agressions sexuelles
même si les balises de ce délit
ont été élargies à travers le temps
comme pleins de concepts le sont
dans une société qui évolue
et des mentalités qui s'ouvrent

ainsi j'ai grandi à l'époque des machos
je les ai d'ailleurs beaucoup aimés
et j'ai encore un faible pour les hommes alpha
qui sont loin d'être
des agresseurs potentiels ceci dit
mais j'ai toléré de vivre sans grandes séquelles
dans des environnements de travail
où on embrassait les filles
où on les complimentait sur leurs tenues
et où on adoptait des attitudes un peu paternalistes

chez parée a fait les choux gras
des lunchs de nos représentants
mais il n'y avait rien de vil ni de mesquin
c'était à une autre époque 
une époque où je suis moi-même devenue macho
femme séductrice toujours prête à plaire
je le suis encore d'ailleurs
je préfère paraître jolie que moins jolie
mon ego est flatté par les remarques masculines
il est rarement offensé
je ne sais pas pourquoi

j'ai donc grandi là-dedans
à être peu sensible aux cas d'abus sexuels
au point de n'en pas connaître les statistiques d'occurrence
jusqu'en novembre deux mil quatorze
quand l'affaire ghomeshi battait son plein
puis à m'être désintéressée de la chose
sauf du traitement judiciaire pour mieux comprendre

je n'ai eu connaissance
des agressions sexuelles survenues à l'université laval
qu'une semaine après les événements
ce qui est grave car la nouvelle
a traversé mon esprit comme un simple fait divers
jusqu'à ce qu'un scandale plus grand
attire mon attention définitivement

il faut remercier les scandales
d'attirer notre attention
et nous faire remarquer à quel point
nous avons banalisé certaines situations
c'est comme ça qu'on lance des discussions
avec éclat en forçant les choses de façon exagérée
en sachant qu'un jour il y aura un retour du balancier

ces discussions révolutions indignations
même si elles sont douloureuses et polarisées
sacrifiant au passage la dignité et la réputation
de l'une ou de l'autre
ont lieu pour le bien d'une plus grande cause
et d'une plus grande communauté
pour aider le futur
pour le changer

les discussions de la semaine étaient douloureuses
car elles traitaient des hommes et des femmes
et parce que les couples québécois saisis de la question
ont eu dans la dernière semaine
au moins une conversation sur le sujet
et ont eu à tester
leurs réactions primaires et immédiates
quel camp prend-on d'emblée
quand on est femme ou homme
quel camp prend-on dans notre for intérieur
lorsqu'il n'y a ni témoin ni public

je suis prête à évoluer
il le faut
je veux participer au changement

je n'en dis pas plus car j'ai assez lu et écrit cette semaine
mais je laisse ici
des liens vers des chroniques articles et autres écrits
qui ont aidé ma réflexion dans la dernière semaine

sur la dichotomie entre le système judiciaire et l'opinion publique :
me véronique robert, avocate en droit criminel, sur le biais de perception qu'amène le concept de la présomption d'innocence
pierre trudel, chroniqueur, sur la logique différente entre le judiciaire et les médias

sur l'inventaire des choses que l'on évoque :
geneviève pettersen, sur la présence ou l'absence de consentement
marie-christine bernard, femme de lettres, sur un inventaire exhaustif de choses à caractère sexuel

sur le climat social :
jocelyne robert, sexologue, sur la culture du viol
francine pelletier, chroniqueuse, sur l'évolution du concept d'agression sexuelle

statistiques et définitions : 
ministère de la santé et des services sociaux du québec, section sur les agressions sexuelles
gouvernement du québec, orientation gouvernementale en matière d'agression sexuelle, 2001
ministère de la sécurité publique, statistiques sur les infractions d'ordre sexuel, tel que rapportées aux services de polices.

et puis enfin oui
tous ensemble
nous aurons à ce sujet
une société de plus en plus évoluée

souhaitons-nous le.


Aucun commentaire: