samedi 28 mai 2016

sans bornes



l'esprit préfère les chiffres ronds
il s'en souvient plus facilement
ils marquent l'imaginaire
en étant des référents

ma' est devenue enseignante à soixante ans
j'aurai de meilleures habitudes alimentaires
d'ici l'âge de cinquante ans
je serai comptable à cinquante-cinq ans

mais non ça ne peut pas être ça
il n'y a que deux chiffres ronds par décennie
pas assez d'étapes pour marquer l'évolution

voyez

je suis devenue ainée à trois ans à bruxelles
j'ai vu taiwan à neuf ans et mes grands-parents
j'ai eu un cadet avant dix ans
j'ai fait les classes neige à onze ans en suisse
j'ai quitté mes amies chères à treize ans à uccle
pour traverser l'atlantique jusqu'au québec
j'ai entendu mes premières émissions anglophones à quatorze ans
dans le west island
j'ai connu l'amour à seize ans à brossard
j'ai commencé à fumer au même âge
j'ai fini le secondaire à dix-sept ans
et le cégep à dix-neuf
j'ai connu percé entre dix-neuf et vingt ans
en y vendant des cerfs-volants
j'ai lâché l'université en fine arts à concordia
j'ai pris un appartement avec iz sur st-denis
et commencé à travailler à vingt ans
quel adon de chiffre rond
j'ai perdu mon premier ami à cet âge
j'ai été maman à vingt-deux ans dans hachèm
et une deuxième fois à vingt-quatre ans
quand louise harel était femme de communauté
j'ai fait mon premier party d'huîtres
et rencontré mon premier steph à vingt-cinq ans
quel adon de chiffre rond
j'ai recommencé les études à vingt-huit ans
j'ai déménagé sur le plateau à vingt-neuf ans
j'ai emmené mes flos à disney world à trente-deux ans
l'homme-chat m'a datée quand j'avais trente-trois ans
oui oui c'était un chiffre rond
c'était l'an deux mil
je suis devenue propriétaire à trente-six ans
et ai arrêté de fumer en même temps
j'ai commencé à suivre l'homme-chat en moto
à l'âge de trente-sept ans
j'ai adopté le chat brooklyn et les pompes pour l'asthme au même âge
j'ai acheté ma deuxième maison à trente-neuf ans
et ai quitté mon premier long emploi au même âge
en sautant sans filet pour découvrir autre chose
je suis retournée en europe avant quarante ans
j'ai terminé mon bac de douze ans à temps partiel
acheté ma troisième maison et vendu ma première
et commencé à blogger à quarante ans
quel adon de chiffre rond
j'ai vendu ma deuxième maison
suis devenue la blonde d'un propriétaire de bar
et ai recommencé à fumer à quarante-et-un an
tout en commençant à travailler dans les banques
j'ai repris les études à quarante-trois ans
pour terminer mon mba à quarante-cinq ans
quel adon de chiffre rond
j'ai aussi fait mon vingt-et-unième et dernier party d'huîtres à cet âge
j'ai commencé à penser à courir à quarante-trois ans
le chiffre rond était l'an deux mil dix
j'ai arrêté de fumer une deuxième fois à quarante-quatre ans
j'ai acheté ma quatrième maison à quarante-six ans
j'ai négocié ma plus grosse paye à vie
à quarante-sept ans
et ai recommencé l'université une troisième fois
je me suis mariée à quarante-huit ans
le chiffre rond est deux mil quinze

bref une vie c'est plein de milestones
et beaucoup plus qu'aux cinq ans

cette semaine à c2mtl
l'environnement nous dit
que tout va très vite
que le zeitgeist est d'oser
que le coût d'opportunité pour essayer du nouveau
est à son plus bas
avec l'avènement des technologies digitales
et des services mis à la disposition des citoyens
il n'y a aucune raison de ne pas mettre de l'avant ses idées
de réaliser ses rêves
dans un tel environnement
attendre cinq ans c'est une éternité

attendre c'est perdre du temps
la vie c'est maintenant
mettez votre réveil à cinq heures vingt-trois
ou six heures douze

et une fois par adon ce sera un chiffre rond.

samedi 21 mai 2016

atrophie


three studies of lucian freud
francis bacon, 1969

il ne m'arrive pas de réfléchir
sans y attacher des mots
est-ce à dire que la pensée
n'existe pas sans langage
dans quelle langue rêve-t-on
présentement je vous écris
en français
c'est la langue des mots qui résonnent
dans ma tête et dans mon palais
je m'entends penser
mais si je ne parle pas
rien ne m'empêche de penser
si je suis en terre inconnue
je réfléchis j'aime je contemple
et je pense
je pense en français et j'aime dans cette langue
c'est certain

faites l'exercice
essayez de penser sans parler
quelle est cette langue dans votre silence

je me demande si l'analphabète
le sourd le muet l'allophone pensent
de façon désordonnée ou articulée
dans quelle langue rêvent-ils

le penseur solitaire a-t-il un dictionnaire
peut-il échanger et enrichir sa pensée
comment nourrit-on l'esprit
il y a bien des langages
le corps l'art la musique
pour ne nommer que ceux-là
requièrent-ils la langue
ou suffisent-ils seuls à faire évoluer

rien ne s'est passé d'autre dans ma tête
depuis tantôt
que le fait de parler
que ce soit en silence ou en clavier
je n'ai que des mots à défiler
je ne peux imaginer mon esprit sans langage
ce serait il me semble
un désert orange
des fois ensoleillé des fois embrumé
mais toujours rien que
sans notes et toujours rothko plutôt que bacon

des mots
de grâce
du vocabulaire de la beauté.

samedi 14 mai 2016

me tasser? no way josé!



on est samedi et j'ai envie de vous dire
ce que je ferai dans vingt ans

plusieurs pensent à la retraite comme un arrêt
ou comme une autre vie
elle ne peut pas être cela
elle doit être un continuum
c'est un très vilain mot
retraite
comme une voie de sortie
comme l'exclusion de la vie
c'est hors de question pour moi
je veux continuer à vivre
je veux rester dedans
ici avec vous avec moi
jusqu'à cent quatre ans

d'abord réglons l'affaire financière

si j'ai réussi à fonder une famille
il y a vingt cinq ans
en gagnant onze mille dollars par année
je ne vois pas comment je ne pourrai pas
subvenir aux besoins de ma petite personne
avec le même montant plus tard
j'ai été une grande insécure financière
pendant toute ma vie au travail
et c'est bien parce que je dépensais à outrance
et à cause de rien d'autre

dans vingt ans
j'aurai payé la demeure
sinon je l'aurai vendue
pour m'en être payé une toute petite
je n'aurai plus envie de faire le ménage
d'un six-et-demi plus sous-sol et terrasse
en plein coeur de la ville
il me restera à assumer les taxes annuelles
et ma bouffe et le wifi dont le prix sera rendu dérisoire
on s'entend
onze mille piastres par année
rien de quoi m'emballer
et ça se pourrait même que l'état
puisse en supporter une partie

dans vingt ans je serai toujours impliquée
dans la communauté
à gagner un petit peu d'argent
je n'arrêterai jamais de travailler
et je le ferai différemment
avec l'âme du pigiste
comme disait la belle johanne
cette âme libre et autonome

je passerai l'été dans un shack
au baskatong à laver les bateaux
et les approvisionner en gas
je passerai l'hiver dans un chalet
à mitonner des plats pour les skieurs
ou les randonneurs

dans vingt ans je gagnerai quelques sous
à classer des livres à la bibliothèque scolaire
car il y aura à nouveau des livres
dans vingt ans je rangerai les légumes
au marché bio et conterai des histoires
aux commis de vingt ans
je ferai le grand écart
et la roue latérale dans un parc quelconque
après avoir couru cinq kilomètres
je laverai les tasses et les soucoupes au café du coin
je ferai la tenue de livres
du cordonnier et du tailleur
je serai bénévole dans une fondation ou dans deux
j'irai réconforter les donneurs de sang lors des collectes
je serai logée gratuitement dans une réserve du costa rica
en échange du ménage
je serai nourrie au vietnam en enseignant l'anglais
je donnerai quelques conférences
à la chambre de commerce
je tricoterai des brassières pour bébés
pour les maisons de familles
je recoudrai du linge usagé
et j'écrirai un roman

dans vingt ans je continuerai à lire
les livres non entamés de ma bibliothèque
je fabriquerai quelques meubles de planche
avec tout le bois que nous recyclons
il y aura tant de choses à faire
qu'il n'y a pas de retraite à prendre
pas de place pour l'inquiétude ou l'ennui
que la vie qui continue
aussi ensoleillée qu'elle l'est aujourd'hui

d'ici là je dépense moins
je me connecte au bonheur
celui d'exister et respirer
dans un pays où il fait bon vivre
où le danger est presqu'absent
et je me garde en santé
en marchant courant sautant
et en souriant.

samedi 7 mai 2016

no 300



trois cents billets de blogue
ça se fête en grand
il y a neuf ans que j'ai commencé à écrire ici
et ma vie en est bien enrichie
fank-u est une tribune d'expression
et une tribune d'échange
j'y suis venue timide puis loquace puis érotique

depuis trois ans
c'est devenu mon espace de réflexion hebdomadaire
mon moment de recul régulier
écrire m'aide à réfléchir
quand je me relis je me dis que j'ai tort
j'ai faim j'ai raison je suis fâchée j'aime
je délire puis je reviens

je vous compile en toute humilité
une douzaine de best of
choisis amoureusement dans mes carnets
de ces neuf années de ma vie
je les aime ces billets
ils sont si moi que c'en est émoi

vous n'avez pas à lire
c'est juste moi qui me suis fait plaisir
pour ce matin
rien que ce matin
où je me remémore de si beaux moments

et parce que mon écriture a bien changé
je vous les énumère en ordre chronologique

août 2007 : voyage au far ouest, ou la place de l'homme dans l'univers, road trip
janvier 2008, l'homme et le chat, genèse de l'homme-chat
mars 2009, solidarité, unis par la tempête, du bon voisinage
avril 2009, premier appart, empty nesting
juillet 2010, l'amérique dans tous ses états, road trip
mai 2012, chère éloïse, lettre d'amour à la jeunesse militante
avril 2013, la course, estique, hommage à ce sport
mai 2013, burqa de chair, culte de l'image
mai 2013, matière de mère, hormonal
mars 2014, l'approbation, besoin d'amour
mars 2015, et d'ève et d'adam, gratitude d'être femme
juin 2015, mister and missus, moment de grâce

merci d'être là
dans mon parcours dans mon rétroviseur
dans mon intimité
à m'aider à vivre
je vous aime! xxx