samedi 26 novembre 2016

équilibre



jeudi matin
couchée sur la table de massage
j'avais une conversation riche
avec ma masso

nous parlions de l'instinct de conservation
et le besoin d'être bien
qui nous font prendre
les grandes décisions dans la vie

ce ne sont ni l'audace
la détermination ou la ténacité
qui forcent les changements
celles-ci ne sont que des atouts nécessaires
pour les opérer

le changement est dicté par un besoin
besoin d'équilibre
besoin de ressourcement
besoin d'accomplissement
besoin d'enrichissement

n'allez pas penser
que les gens qui changent plus souvent
soient plus bold
que ceux qui semblent plus stables
ils sont juste plus facilement insatisfaits
moins tolérants dans leur situation
moins patients

oui c'est vrai
ils sont peut-être plus à l'écoute
de leur coeur et de leurs tripes
ils recherchent l'accord avec leurs valeurs
et ils ont suffisamment confiance en eux
pour aller les retrouver ailleurs

ils se sauvent

je suis de celles qui se sauvent
dès que ça fait mal à l'intérieur
quand le néon et le centre-ville
me donnent la nausée
il faut investiguer

mes tripes et mon irritabilité
sont les premiers symptômes
d'un déséquilibre
entre ce que je fais de mes journées
et où mon coeur veut se poser
mon esprit le sait rarement clairement
alors je dois écouter

c'est toujours après avoir pris une décision de changer
que je comprends ce qui n'allait pas
et je me retrouve alors pour un moment
dans cet état de plénitude
recomposée

je ne suis pas bold ni audacieuse
mais je suis à l'écoute

le malaise vient au bord de la falaise
pour se recentrer
il faut sauter
entre les deux
il y a le vertige
et c'est bien normal

donc quand on a le vertige
quand on a peur
c'est parce qu'on est sur le point
de faire un grand changement
un changement qu'on ne sait pas encore
nous mène vers un meilleur accord.

samedi 19 novembre 2016

rituels



bientôt quelqu'un me demandera
quel est mon rituel beauté
ce que je mange pour être en santé
quelle est ma routine pour garder mon énergie

ceux qui me connaissent savent
que je me bats quotidiennement
depuis deux ans pour ménager mes énergies
et continuer mes nombreuses expéditions
que j'ai de plus en plus de misère
avec les habitudes d'exercices physiques
et caetera mais bon
ma vie est pleine de rituels

loin d'haïr la routine
j'adore les rituels qui ancrent
le temps le rythme du quotidien
je déteste la surprise
je suis candidate pour une crise cardiaque
chaque fois que le téléphone vibre
ou que la sonnette retentit

j'aime les rituels donc
et comme ils sont routiniers
je vous en énumère quelques-uns
qui font partie de mes plaisirs
pas dull pantoute
je vous jure en passant
que je ne les accomplis jamais dans la torpeur
mais avec le plus grand des plaisirs

au matin les rituels s'enchaînent
comme une orchestration mille fois pratiquée
je me presse un demi-citron
que je mélange à un verre d'eau de montréal
je bois cela le temps que cela me prend
pour ranger la vaisselle qui traine
dans le séchoir et le lave-vaisselle le cas échéant
s'il y en a une proche
je lave et mange une pomme

la salle de bains est l'endroit
du rituel féminin
aussi simple soit-il
il demeure sensuel en tous points
dans la douche je me lave les cheveux avec vigueur
je pense que ça remonte
à mes années de fumeuse
je les couvre ensuite de conditionneur
et me fais un chignon noué
qui durera le temps de la douche
je me savonne en terminant par mon visage
que je lave avec un savon différent
en faisant plein de mousse
dans mes oreilles et de la friction sur mes joues
je rince le tout
essuie l'eau sur les carreaux et la vitre
m'essuie le corps
et noue ma serviette autour de mes cheveux
je me parfume les poignets
et avec eux je touche l'arrière de mes genoux
et les côtés de mon cou
tom ford embaume alors
et je me réveille femme
je me crème des pieds aux épaules
je m'habille
je me brosse les cheveux humides
je me crème la face
je remets mes bagues

je déjeune en lisant mon devoir du jour
peu importe ce que je mange
je le fais suivre de mon allongé du matin
je fais les mots croisés
je mange mes vitamines
calcium canneberges et vitamine c
je fais la vaisselle
je passe la soie dentaire
je me brosse les dents

je suis partie pour la journée

pas de radio pas de télé
toujours l'ordi

tous les dimanches je lave
ma cafetière espresso automatique
dans un lavabo plein d'eau savonneuse chaude
et avec mon petit pinceau

quand je passe la balayeuse
je commence toujours par le petit tapis du salon
puis j'aspire le sofa
pour enlever les poils de chat
et ensuite lentement
le reste de la maison
pour terminer avec une huile murphy
sur le plancher de bois
pour me récompenser

je prends toujours les marches
pour descendre dans le métro
et je prends toujours l'escalier roulant
pour sortir du dernier métro de la journée

je sors le recyclage et les produits compostables
le lundi soir sans faute
et les ordures le mardi soir
sans manquer de me demander
comment nous faisons pour tant en générer

le soir venu
alors que je suis déjà couchée
à lire ou à dormir
l'homme-chat vient me voir
avec le bébé chat pour qu'il me souhaite
bonne nuit
nous passons alors
cinq minutes de grande tendresse
à faire des câlins au minou
pendant qu'il ronronne sur la couverture
puis on le renvoie garder la maison pour la nuit

entre les rituels du matin et ceux du soir
mille choses se seront passées
certaines avec précision et savoir-faire
et d'autres en total désordre et inefficacité
rares sont celles qui me font de la peine
j'y trouve toujours grand plaisir

ma vie est emplie de ces gestes que j'aime
qui ponctuent le temps
qui ne servent à rien devant l'éternité
mais qui annoncent la vie
la mort
les anniversaires

ils ont cette qualité transcendante
de nous faire faire et exister.

samedi 12 novembre 2016

pollinisation



cette semaine nous a démontré
à quel point nous avons été surpris
par le comportement d'autres humains
atterrés nous avons essayé de comprendre
alors qu'il aurait fallu à tous comprendre et agir
depuis plus longtemps
nous sommes séparés
il faut pourtant écouter

je suis la première coupable
de rester dans ma caste
je pense être ouverte d'esprit
mais je reste parmi les miens
ceux avec qui je partage des intérêts
ceux qui me permettent d'avancer
mais pas nécessairement d'évoluer
en tant qu'être humain

heureusement
je sais lire écrire échanger
et assister à des conférences

je me fais donc durement réveiller
en me faisant dire qu'étant privilégiée
et née du bon bord de la planète
je doive m'ouvrir et faire ma part

et c'est très bien ainsi

mardi matin
alexandre taillefer critiquait légèrement
le système d'éducation qui à son avis
créait des strates d'élites académiques et de recalés
à cause du seul système d'évaluation
basé sur l'acquisition des connaissances
et ces étudiants occuperaient possiblement
des milieux sociaux différents
quelques années plus tard
il favorisait plutôt la pollinisation
entre tous les étudiants
chacun ayant à apprendre des autres
il n'avait pas la solution au problème
mais il m'a fait imaginer si cela m'intéressait
de passer du temps avec des personnes
ayant des difficultés d'apprentissage

dans ma vie d'aujourd'hui
je suis trop occupée de moi-même
pour m'occuper des autres
ce n'est pas une métaphore
c'est vrai et je me multiplie par
cinquante millions pour illustrer comment
notre société peut rapidement se foutre
de ce qui se passe ailleurs
si ce n'est que hors de la petite italie
à brossard ou dans l'état voisin
sans compter montréal quand on vit à new york
et penser que la rust belt a juste
à s'adapter et s'ubériser

jeudi matin geneviève
nous indiquait avoir la veille travaillé dur en équipe
dans le milieu communautaire
et avoir passé la soirée dans une faune fortunée
et comment elle aimait cette diversité sociale

moi aussi j'aime ça
mais quand je sers des repas à la mission old brewery
j'aime également quitter les lieux
une fois la tâche terminée
je ne pourrais pas passer mon quotidien
à aider les familles défavorisées de laval
comme ma chumette julie

hier fabrice vil écrivait dans sa chronique
qu'il allait chercher à comprendre
ceux qui ne sont pas d'accord avec lui
il mentionnait qu'un youtubeur
était allé cette semaine en floride
assister aux élections américaines
avec les fans de donald trump
pour aller voir du monde qu'il ne comprenait pas
pour aller les écouter

je ne me fais pas du boboshaming
je fais de la prise de conscience
il faut que je sois plus ouverte sur le monde
pour laisser tomber mes préjugés
il faut que je fasse encore d'autres pas
pour m'ouvrir les yeux
et aider comme je peux

comprendre est un premier pas
polliniser et se faire polliniser
est l'idéal.


samedi 5 novembre 2016

cent fois



quand je suis en crisse comme vendredi
après avoir pris connaissance de ma note d'examen
je traverse toutes les émotions
des plus dramatiques
me suicider casser de la vitre crier fort
je n'ai rien fait de tout cela ne craignez pas
aux réactions les plus sages
je suis poussière dans l'univers
c'est absurde comme j'aime la complexité
pourquoi je ne me contente pas des chemins les plus simples

dans le bain en fin d'après-midi
je me suis souvenue que j'étais mortelle
et que ça n'avait aucune crisse d'importance
dans la vie de personne ni de moi-même
cette note d'examen au-dessus du passage
mais sous la moyenne

ce qui fâche la mortelle que je suis
c'est l'échec

puisque je ne suis pas encore devenue
engrais à pissenlit
je me permets de réfléchir encore
de dire et de radoter
au risque de me répéter

j'ai déjà vécu des échecs et je ne les prends pas bien

j'ai échoué plusieurs fois un examen de conduite
lorsque j'étais adolescente
je ne comprenais plus rien en maths
de secondaire cinq
j'ai échoué une fois un examen en circuit fermé
pour mon test de moto
mon texte n'était pas parfait la première fois
que je l'ai présenté à mon cours de création littéraire
mon poème n'a pas été choisi
lors du concours de poésie de radio-canada
et la liste continue
ça me fait chier

je vis mal les échecs parce que ce que j'entreprends
je le pense toujours à ma portée
je n'entreprends rien d'impossible
je n'essaie pas de devenir ingénieur en aéronautique
mais si cela m'intéressait
je pense que mon cerveau y serait disposé
j'essaie de faire des choses qui me sont familières
donc je pense que je peux les réussir

je ne défends pas la culture de la performance
et certainement pas celle de la médiocrité
je défends la culture de l'amélioration
je connais mes limites
mes capacités et mon potentiel

c'est honorable pour moi l'amélioration
car justement ce qui est difficile
j'ai tendance à l'abandonner
avant de mourir
c'est cette barrière que je dois abattre
je veux devenir meilleure au prix de l'effort

de nature j'ai été douée pour certaines choses
et je supporte mal l'effort
je suis intolérante à la douleur
tu ne peux pas me fouetter
pour que je pousse plus fort
je vais te tuer si tu me violentes

donc
c'est difficile

je ne suis pas disciplinée
je suis paresseuse
je ne réussis que ce qui m'est facile

je sais
on est tous différent
je suis bonne dans ci ou dans ça
c'est vrai
je le suis
et c'est pour ça que je le fais
quand j'ai le choix de passer une heure
à faire différentes choses
je choisis ce qui m'est le plus accessible
c'est reposant c'est simple
on est tous pareil
alors il faut m'emprisonner et me faire suer
jusqu'à la limite du supportable
jusqu'à ce que la limite soit plus souple
et ce
je dois me l'imposer moi-même

je dois apprendre le labeur

apprendre à travailler

et devenir meilleure.

cent fois sur le métier je remettrai mon ouvrage.