samedi 28 janvier 2017

ce cerveau prétentieux



les abeilles ont-elles du plaisir
des orgasmes une piscine creusée
un château de la loire
trois semaines de vacances
sur le bord de la méditérannée

les abeilles ont-elles des droits
des devoirs et des obligations
ou sont-elles strictement programmées
par leur code génétique
dictant leurs faits et gestes
dans le seul but de se nourrir
nourrir leur reine et ses rejetons
pour perpétuer l'espèce
quitte à mourir en cent vingt jours

pourquoi sommes-nous si différents
parce que nous vivons soixante-dix ans
plutôt qu'un tiers d'année
parce que nous sommes capables de la pensée
et qu'il nous faille donc trouver un sens
au-delà du devoir et des obligations

mais quels sont-ils donc ces devoirs
une fois que l'on déconstruit tous les systèmes
celui de la santé
celui de l'éducation
la primaire la secondaire la supérieure
le sytème économique
la main invisible
les cultes
les conglomérats et actionnariats
les bateaux les châteaux les gâteaux

une fois que ces constructions humaines
n'existent plus
que reste-t-il

des êtres humains
parmi d'autres espèces animales
trouvant des moyens de survie
pour se reproduire et durer

enfin je veux dire
quand je mourai
ce sera essentiellement ça ma vie
naître me reproduire et mourir
ce sera quoi d'autre sinon

je pense à tout cela alors que
depuis mercredi
mon thorax se serre en pensant
à la nécessité d'une journée de la santé mentale
à l'angoisse au stress au cancer
à l'épuisement professionnel
au manque de sens à la dépression
au suicide
au fait qu'on ne se sente jamais à la hauteur
au fait que mcsween nous ramène encore dans la face
notre devoir individuel
parce que nous n'avons pas réussi
à nous construire une collectivité
un essaim et un objectif humble
respectueux de l'écosystème biologique
dans lequel nous sommes partie

alors nous sommes seuls à nous battre
contre eux
ceux-là
les autres
les qui déjà
les abeilles
les dinosaures
les lions

mais contre qui nous battons-nous
si ce n'est que contre nous-mêmes
si ce n'est le mal dont nous nous emballons
les murs que nous érigeons
pour nous protéger individuellement
plutôt qu'agir ensemble
pour être plus fort et plus grand
dans l'âme le coeur et le corps
pendant soixante-dix ans
et des fois cent quatre

faisons l'amour
bien comme il faut
reproduisons-nous et cultivons des jardins
pour perpétuer la belle race humaine
et de grâce
arrêtons de trop intellectualiser
ce fait si simple
que d'exister
car malgré que nous ayons
le cerveau le plus développé
du règne animal
nous n'avons pas encore compris
que nous créons notre propre destruction
plutôt que notre évolution.


Aucun commentaire: