samedi 14 janvier 2017

la vie devant soi



fréquenter l'université me donne des ailes
de l'énergie et de l'ambition
comme si j'avais vingt ans
mais j'en ai trente de plus
j'ai envie de faire des trucs
puis je calcule les étapes en blocs
de deux ans trois ans quatre ans
pour me dire que lorsque j'aurai mon titre comptable
j'aurai cinquante-cinq ans
et que je n'aurai pas encore pratiqué
puis cette envie qui me vient d'enseigner
moyennant un doctorat
qui prendra un autre quatre ans
m'amenant à soixante ans
et n'étant plus à cet âge
employable par une université
avec tous les avantages conférés
aux professeurs titulaires
puisque je serai si proche de l'âge de la retraite

bref

une chance que j'ai lu hier le billet de marc
qui se sent aussi jeune qu'un jeune
et qui me rappelle que cette fougue
ne s'estompe pas avec les années
mais rend plutôt
la vie encore plus urgente

me vient avec l'âge une certaine sagesse
qui me fait réfléchir et calculer
et qui me rappelle
que c'est bon d'avoir des objectifs ambitieux
mais que le chemin pour y parvenir est encore plus important
apprécier la qualité du chemin
faire les choses pendant que je les fais
et non afin de me rendre à destination

parce que soyons honnêtes
je risque peut-être une crise cardiaque
au local DS-4375 de l'uqam
dans les prochains mois
ou de m'endormir de fatigue
pendant un examen
quoi que cela me soit vraiment arrivé
alors que j'avais vingt-sept ans
tout est possible je ne suis plus une pousse verte

ma chère ma'
a obtenu un diplôme d'enseignement à soixante ans
elle avait travaillé en californie
comme assistante enseignante sur demande
et ça lui avait fait aimer le métier
une fois son diplôme obtenu
elle n'a pratiqué qu'un an comme professeur
car l'emploi venait avec pleins d'autres responsabilités
rendant le poste aussi administratif
que passionnant

je ne pense pas qu'elle regrette d'avoir consacré
quelques années de sa vie
à aller prendre des cours
je suis sure que non
je ne l'espère pas
et elle est encore vivante
plus que vivante
à soixante-quinze ans
même si elle ne travaille plus
s'il y a une femme qui apprécie les détours
c'est bien elle

mais bref

peu importe comment cela s'insère dans mon plan de vie
qui dit qu'à cinquante-cinq ans
je me construis une cabane dans le bois
et travaille à temps partiel
et qu'il me faille donc ramasser des sous pour ce faire
je suis émerveillée de me rendre compte
qu'on n'arrête pas de rêver
ni de se penser invincible

et que ça
c'est un maudit plan de vie
qui nous garde en vie

on peut ben mourir après.



la photo : en 2015, à l'école secondaire riverview, n.b.
la direction, les enseignants et les étudiants
ont créé une semaine thématique harry potter
et transformé leur cafétéria à l'image
de la salle à manger de Hogwarts
vidéo ici.

Aucun commentaire: