samedi 25 février 2017

chérir



quand tu viens chez nous
c'est beau
c'est pas laid
c'est pas anodin
c'est beau
c'est pas le tapis
c'est pas la lampe
c'est pas le foyer
tu ne sais pas ce que c'est
mais c'est beau

c'est beau parce que j'ai décidé
que c'était beau
que la laideur n'existait pas
que les détails se pouvaient
et que l'ensemble doit être aimé

un de mes anciens amoureux me disait
que lorsqu'on a le choix
on devait choisir la beauté
plutôt que la laideur

entièrement d'accord
c'était dans mes cordes

je ne supporte pas la laideur
à vrai dire je ne la vois pas
c'est pour ça que tu aimes ça chez nous
les accidents de réno
de peinture de cadrage
de niveau
ils sont beaux chez nous
parce qu'ils côtoient le reste
ils fréquentent les objets choisis et chéris
parce que tout est aimé

tu te sens bien quand tu viens chez nous
quand tu manges ma soupe
ou que tu portes mon hoodie
dans le sous-sol lorsqu'il fait déjà frais l'automne
parce que c'est naturel
c'est comme l'homme comme le chat
comme le couteau de cuisine
comme le poulet au four
comme le lion décrissé en avant
comme les feuilles mortes pas ramassées
comme le gazon jauni
comme les cheveux qui trainent par terre
dans la salle de bain
comme les taches sur le miroir pas toujours astiqué
ça baigne dans une aura de volupté

tu aimes ça chez nous
parce que je m'y sens bien
parce que nous y occupons l'espace
nous le meublons des pensées que nous aimons
des livres que nous avons lus
des toiles que nous avons regardées
des images qui nous sont offertes
des cadeaux qui nous sont donnés

tous les jours mon regard s'arrête et aime

rien n'est drabe ni laid
les lustres qui ne portent pas le bon doré
aux deux tons qui jurent dans la salle à manger
je les dépoussière les astique
et je finis par les aimer
comme des oeuvres abandonnées
qui ont le droit d'exister
chez nous

chaque détail reçoit ma contemplation
partout
depuis toujours

la lumière tricolore au coin de la rue
la pente du trottoir
les affiches et les graffitis aléatoires
les traces que mes pieds font dans la neige
les allées d'épicerie trop éclairées du marché chinois
le parquet presque luisant de notre corridor
les planches de chêne mal clouées au rez-de-chaussée
le cercle de peinture écaillée au plafond
les dessins et sérigraphies des fils
les cadres aux fils d'or
les dizaines de miroirs
ramassés sur les trottoirs de la ville

je trouve belles les poignées d'armoires
autant que les cuillers et les fourchettes
les tasses écorchées
et les vieilles bouilloires
je bichonne les objets
je les lave les astique les utilise
comme je contemple les fenêtres des appartements
de l'autre côté de la rue

j'aime quand la laideur se présente
le trash le rock l'incohérence
ils me font visite de temps à autre
et cherchent leur place dans l'univers
qu'ils finissent toujours par adopter
et où ils aiment se lover.

samedi 18 février 2017

interprétation libre




ah oui johanne j'aimerais bien
avoir la tête pleine d'idées et de mots
à vous livrer sur papier velin
chaque samedi matin

des fois j'ai l'impression d'avoir fait
cent mille fois
le tour de la question

je vous prends donc un peu d'inspiration
pour ma matinale interprétation

je crois nathalie que les chiffres sont importants
surtout lorsqu'on oublie de convertir
des degrés celsius en farenheit
car on risque d'essuyer un fâcheux échec
en exécutant une recette pour le gâteau sous la cloche
et de se retrouver avec une pâte molle
alors qu'on tente d'élever une meringue

un jour j'écrirai que j'aime les chiffres
ils traduisent dans un même langage
tant de réalités différentes
des concepts abstraits
que nous ne pourrions autrement
comparer mesurer ou relativiser

j'aime les chiffres
mais dans l'inspiration
j'aime bien entendu mieux la tarte au citron
carinne je ne l'ai pas encore mise au menu
alors que j'opterai lundi pour un marbré classique
vous savez ce genre de gâteau facile
qui m'évitera un autre cuisant
et je ne le répéterai pas deux fois
ce mot débutant par un e par un é même dirais-je
que sophie m'a hasardeusement déniché
car tellement j'abhore faillir

mais je ferai plaisir bien entendu
à ma princesse comète blonde
qui me suggère de vous chanter recette
qui comptera des chiffres
cependant ici en lettres

la recette donc
de la tarte au citron meringuée

comme il faut la réfrigérer
de sept à huit heures
ne la préparez pas à la dernière minute
mais plutôt la veille
surtout si vous recevez votre amant pour son anniversaire
dans lequel cas vous serez pris à baiser en cuisinant
parce que ce ne sera jamais prêt à temps

ok je vous ai perdu
revenez donc à la tarte au citron

merci

en bon élève vous serez outillé
d'un plat à tarte de neuf pouces de diamètres
d'un four chauffant en degrés farenheit ou en celsius
en autant que vous ayez une tête pour choisir
un réfrigérateur pour tout refroidir
un batteur électrique et un fouet manuel
quelques cul de poules
des tasses à mesurer à profusion
des cuillères de toutes tailles
de la fougue et de la bonne humeur
et des lunettes de lecture pour si

la croûte nécessitera
une tasse de farine
trois cuillères à soupe de sucre
une pincée de poudre à pâte
six cuillères à soupe de beurre froid coupé en dés
et un oeuf

il vous faudra réchauffer le four à quatre cent degrés
vous devinez que ce ne sont pas des celsius
ce seront donc des farenheit

mélangez au robot ou avec ce qu'il faut
tous les ingrédients secs puis ajoutez le beurre
et mélangez jusquà ce que la texture soit sablonneuse
mais pas bitumineuse
ajoutez l'oeuf pondu par la poule
et mélangez jusqu'à
ce que votre pâte soit granuleuse
prenez un temps d'arrêt et admirez
votre travail

sortez votre plat à tarte
que vous n'aurez pas besoin de beurrer
car devinez quoi
votre pâte contient assez de gras
pressez-la de vos doigts dans le fond
et sur les bords du moule
enfournez cette coquille pour vingt-deux minutes
soyons précis de grâce
et sur la grille du milieu pardieu
jusqu'à ce que la croûte soit dorée

en sortant la croûte du four
baissez la température à trois cent cinquante degrés
de la même race
pour tantôt vous verrez

comme il s'agit d'une tarte au citron
vous allez créer une garniture au citron en utilisant
une tasse et quart de sucre
un quart de tasse de fécule de maïs
quatre jaunes d'oeufs
gardez vos blancs pour la meringue qui suivra
le zeste râpé de deux citrons
le jus pressé de quatre citrons ce qui en fera trois quarts de tasse
une tasse et quart d'eau
deux cuillères à soupe de beurre

dans une casserole hors du feu
mélangez le sucre et la fécule de maïs
à l'aide d'un fouet incorporez-y les jaunes d'oeufs
puis le zeste et le jus de citron
ajoutez l'eau et portez à ébullition
laissez mijoter environ une minute
vous devinez que cela épaissira
un quart de tasse de fécule de maïs ma foi
retirez du feu
recouvrez-en la croûte de tarte
puis recouvrez la garniture de papier cellophane
et trouvez une place au frigo pour la laisser tiédir
à cette étape prenez réellement le temps
de faire une belle place au frigo
car votre tarte y passera tantôt
un plutôt long séjour
faites ça comme il faut please

vous entamerez la meringue suisse
pour décorer le tout
et vous fabriquerez cela avec
quatre blancs d'oeufs ceux pondus par la poule
dont vous avez déjà battu les jaunes en garniture au citron
dans l'étape précédente mais revenez ici
trois cuillères à soupe d'eau
une cuillère à thé de fécule de maïs
et trois quarts de tasse de sucre

dans le bain-marie d'eau frémissante
mélangez l'eau et la fécule de maïs
et cuisez jusqu'à épaississement
en remuant gaiement du fouet
retirez du bain-marie pour incorporer
les blancs d'oeufs et le sucre
puis rechauffez le mélange doucement
pour dissoudre le sucre
pendant environ une autre minute
à ce stade-ci je vous mets au défi
de voir sans vos lunettes si le sucre est bien dissout
retirez le bol du feu
et battez au fouet électrique
jusqu'à l'obtention de pics semi fermes
ne les comptez pas
les chiffres ne sont pas ici le sujet chère francine
il n'y a pas d'autre sujet que de regarder
toucher et sentir si les pics de la meringue sont semi fermes

faites-vous plaisir en recouvrant la tarte
du mélange meringué
puis enfournez à nouveau
à trois cent cinquante degrés farenheit
pour quinze minutes
jusqu'à ce que la meringue soit bien dorée

rappelez-vous que dans cette recette
la pâte doit être dorée
la meringue doit l'être également
mais la garniture au citron
sera quant à elle jaune bien jaune
même si vous ne la verrez la prochaine fois
que lorsque vous trancherez votre première tranche
mais jamais au grand jamais
sans avoir préalablement réfrigéré votre tarte
plusieurs heures qu'il faudra bien compter
car il en faudra de sept à huit
dans cette jolie place que vous lui avez préparée
au frigo entre le céleri ramolli
et la pinte de lait vide

je pense que vous avez terminé
mais si vous n'avez pas encore commencé
et que les nombres épelés vous irritent
je vous offre la recette du grand ricardo
rédigée avec expertise pour une exécution sans faille ici
pour les compteux que vous ne savez pas que vous êtes.


samedi 11 février 2017

les gâteaux de l'étudiante



je ne deviendrai pas pâtissière
ni boulangère
ça ne fait partie d'aucun de mes plans
ni de proche ni de loin
je fais des gâteaux pour me nourrir
et pour fabriquer quelque chose de mes mains

en décembre dernier
j'ai confectionné des biscuits pour les fêtes
et j'ai retrouvé le plaisir
de battre les jaunes d'oeuf
avec le sucre blanc
de passer ma main dans un bol de farine
d'y jeter sel et poudre à pâte
de moudre des amandes des pistaches
de faire fondre le chocolat au bain-marie
de jouer avec ma spatule
mon rouleau à pâte
et mon papier parchemin

je m'étais mis en tête
de cuisiner chaque soir de semaine dès janvier
ce que je réussis assez bien
à quelques exceptions près
en rédigeant un menu le dimanche
et faisant mon épicerie
le lundi après-midi

j'aime fabriquer ce que je manque
et les gâteaux du déjeuner sont exactement ça
chaque matin sous la cloche
j'ai quelque chose de délicieux à mettre en bouche
et c'est moi qui l'ai fait
c'est pour ça que je fais des gâteaux

je ne cherche pas le défi de la pâtisserie
un type de truc plutôt qu'un autre
je pense à ce que j'ai envie de manger
je trouve quelque chose sur google
et j'essaye de le fabriquer

ce qui est fantastique avec la cuisine
incluant les biscuits et les gâteaux
c'est la possibilité de créer quelque chose rapidement
passer de rien à quelque chose
je veux dire
c'est pas mal plus simple
de faire un pain au bananes
que de construire une maison disons
ou fabriquer un flo pendant neuf mois
j'ai besoin de ça régulièrement
un résultat matérialisé
qui diffère des résultats numériques
figurant à mes relevés de notes

des fois la pâtisserie c'est ardu
comme ce dernier croquant de cette semaine
qui m'a pris deux heures à confectionner
dont j'ai réussi toutes les meringues et les génoises
mais dont la crème au beurre au café m'a fait suer
sinon je manque rarement une recette de gâteau
ou de biscuits

j'ai constaté que j'aimais faire de la pâtisserie
car je suis une bonne élève
lorsqu'une recette est bien écrite
je la suis
simplement
une étape à la fois
c'est difficile à rater
mais il ne faut pas la contester
et partir avec sa propre initiative
des fois mon esprit de leadership
voudra la comprendre au complet
en la lisant maintes et maintes fois
et la validant avec l'image du résultat final
avant d'en entamenr le processus
des fois les recettes sont juste mal écrites
n'étant pas du tout chronologiques
même lorsque publiées par la brillante maison ricardo

sinon c'est simple
c'est un repos de mon esprit que j'adore
le lundi après-midi
tous mes neurones sont concentrés à la tâche
comme lorsque je fais du yoga
je ne pense à rien d'autre
que les gestes que j'accomplis minutieusement
sans savoir d'avance ceux qui suivront

bref je fais de la pâtisserie
pour me reposer
pour créer une chose qui dure quelques jours
que je peux voir sentir toucher
pour manger bon dans 'yieule
et pour publier de belles photos sur instagram

tadam.


samedi 4 février 2017

souriez vous êtes filmé



je me suis emportée
samedi dernier
en disant que les humains
étaient un peu niais
ne pensant pas pour le mieux de l'humanité

et pourtant
en bons animaux que nous sommes
nous n'avons plus de prédateurs
pour nous courir après
nous n'avons plus que nous-mêmes
pour nous reproduire
ad infinitum
dans le même univers
de ressources limitées
comme des matous en danger
nous défendons notre cour
notre territoire
notre descendance
nos possessions

mais nous avons un peu plus de cruauté
que toute autre espèce
pour anéantir notre compétition
et nous approprier toutes les ressources

mais n'allez pas croire
que je n'aime pas les humains
loin de là
je les adore
j'adore cette race

happy happy me

vous me direz que je suis née sous une bonne étoile
sous un ciel ensoleillé
et vous aurez raison

à l'âge de vingt ans
vous auriez plutot dit
que j'étais une fille d'intempéries
mais depuis l'âge adulte
je suis devenue très sage et calme
à cause de tous ces humains qui m'entourent
et qui n'ont jamais à mon égard
fait preuve d'animosité

happy happy me

donc
mon bonheur passe par les humains
pas juste les nombreux
les centaines que je fréquente avec bonheur
gourmandise et curiosité
sur les réseaux sociaux
qu'ils me connaissent ou non

mais surtout et de plus en plus
par les humains en chair et en os
ceux que l'on prend dans nos bras
à deux semaines ou soixante-douze ans
les humains dont les yeux s'illuminent
et dont la bouche se décore de dents blanches
dès qu'on place entre eux et soi
la copie du travail à faire en classe
dès qu'on leur dit bonjour
dès qu'on leur sourit dans le métro
dès qu'on les aide à monter la poussette dans les marches
dès qu'on leur dit merci
dès qu'on les appelle en levant la main
dès qu'on répond à leur question
dès qu'on enlève son manteau du siège à côté
dès qu'on leur cède sa place ou qu'on se tasse un peu
dès qu'on leur offre un café
dès qu'on prend un exemplaire de leur journal
dès qu'on s'intéresse à eux
dont on témoigne l'existence

ces humains-là
je les veux de plus en plus dans ma vie
j'en veux un par jour
au moins
car il apporte tant de lumière
encore plus que toute la lumière
autour de laquelle nous tournons tout ignescents
cet humain qui est reconnaissant
il apporte la lumière de la gratitude
la chaleur dans le coeur
la connexion
le synchronisme à la vie
le sentiment
l'amour
l'amitié

un sourire
souriez-moi
prenez-moi dans vos bras.