samedi 2 juillet 2022

the end



fermant une très longue chaîne de mots
dont maintes répétitions
je clos ce chapitre
après avoir publié
six cent vingt-et-un billets de blogue
durant les quinze dernières années
et plus régulièrement
cinquante-deux samedis par année
depuis septembre deux mil treize

ce passage au pays de fank-u
m'a été doux
il a d'abord été ma porte d'entrée
dans la vie virtuelle
c'est par ici qu'en deux mil sept
j'ai fait la connaissance
de nombreuses plumes du web
avec lesquelles je suis restée connectée
en m'inscrivant ensuite sur facebook
j'ai délaissé cette plateforme d'ailleurs
il y a plus d'un an
et je viens de prendre congé d'instagram
depuis une semaine
j'ai fermé mon compte twitter
et je n'ai plus envie
d'interagir virtuellement

fank-u a été un journal intime
où les thèmes récurrents
devenaient redondants pour qui ne s'intéresse pas
à ma vie
c'est-à-dire tout le monde sauf moi
mais j'ai adoré l'exercice
de m'asseoir régulièrement
avec un sujet à réfléchir
puis écrire des mots
pour articuler ma pensée

j'adore écrire
entendre mes doigts pianoter sur le clavier
j'aime le moment où je fais cela
entre moi-même et moi-même
voir les mots que j'entends dans ma tête
jaillir sur l'écran au rythme de mon doigté
soulignés des petits serpents rouges
du correcteur intégré dans la mauvaise langue
je me levais juste pour écrire
c'était méditatif

je continuerai à écrire
j'ai rouvert un document word
dans lequel j'avais colligé plus de trente mille mots
il y a quelques années
cela se transformera en quelque chose de touffu
et structuré à travers les années

quant à mes textes
je les copierai aussi quelque part
histoire de les relire un jour
avec la curiosité du retour dans le passé
pour vérifier si la fille de quarante ans
a pris de la maturité en quinze ans
ou si au fond elle ne fait que radoter

laissez tous vos commenaitres plus bas
je vous tiendrai au courant
si je publie un jour un bouquin.

sinon je veux au moins vous dire ceci

GROS MERCI D'AVOIR ÉTÉ LÀ!


THE END les babes! xxx

samedi 25 juin 2022

marito



ce week-end
nous parcourons les routes
comme nous aimons le faire
ensemble
depuis vingt-deux ans
pour célébrer notre mariage
quelle drôle d'afaire ce mariage
celui qui s'est déroulé en secret d'à peu près tous
quinze ans après que nous ayons vécu ensemble
mari et femme
husband and wife
marito e moglie

il devait être deux mil un
la première fois que nous sommes partis ensemble
c'était à puerto vallarta
sans réservation aucune
à part nos billets d'avion
je ne savais pas encore
s'il était mon amoureux
notre relation étant si étrange
des amis le meilleur de mon ancien chum
puis des colocs
puis des amants

puis un premier voyage 
deux packsacks
puis go
nous sommes partis chercher le soleil
en plein hiver
pour encadrer notre relation
il m'avait offert une petite bague
que j'ai trop rapidement perdue
dans l'océan pacifique
c'était d'une tendresse folle
cette petite attention
alors qu'il avait à peine trente ans

deux décennies plus tard
je l'aime encore plus
mon mari
je l'aime aujourd'hui
et l'aimerai tous les autres jours
j'ai envie de l'aimer longtemps
vivre à ses côtés
tous ces moments à venir
tous ces moments qui sont chaque fois
une célébration de la vie

je l'aime encore plus
mon mari
celui qui m'a épousée
devant une officière publique
avec jacques et marie pour seuls témoins
le vingt-sept juin deux mil quinze
au un notre-dame est
en la ville de montréal

joyeux anniversaire de mariage
mon homme-chat à moi.


souvenir de notre annonce de mariage ici.


samedi 18 juin 2022

bouge de là

 


le jeudi deux juin
j'avais en tête que mon billet du samedi
s'appellerait fuck off
comme il m'est déjà arrivé d'écrire

je venais de commencer un nouvel emploi
j'allais écrire un autre examen
chez nous on appelle cela un concours
je prenais du poids
et je voulais qu'on me laisse manger
n'importe quoi

que je me laisse manger
bombolone chocolat chips
glaces et sucreries
je ne voulais pas m'imposer une autre rigueur
encore
j'en avais ras-le-bol

et puis dans la journée
une collègue a dit en riant
que pendant les deux années
qu'elle venait de passer en télétravail
à sauver deux heures de transport par jour
elle n'avait pas trouvé le temps
de prendre soin d'elle
de retourner au gym
ou faire quelque chose comme ça
où donc avaient filé ces heures
que jadis elle occupait très précisément
dans quelle autre activité
se sont-elles confondues

alors je me suis dit
ce même jeudi
que j'allais consacrer
une heure par jour
à m'occuper de ma santé

et c'est le trois du mois
que je me suis inscrite à une course
puis que j'ai recommencé à courir
et tous les jours depuis
je suis sortie dehors
d'abord pour trotter
ou sinon marcher
j'ai fait du yoga
et de l'italien
chaque jour depuis le trois

et comme le trois fait le mois
je ne m'inquiète pas de mon sort
d'ici le prochain trois
et dès le quatre juillet
débutera mon plan
de djièf harvey
tous les coureurs savent ce qu'est
un plan
moi cela fait bien cinq ans que je n'en ai pas suivi
ce ne sera que bon
ce ne sera que doux
ce sera juste pour moi

je prends soin de moi
et tranquillement je me sens mieux
elle existe cette heure que j'y consacre
je la vis en temps réel
parce que j'ai dit fuck off
puis je me suis mise à on

comme dirait mon chat
le plus petit et le plus velu des deux

c'est moi qui décide
alors j'ai choisi

j'ai dû disparaître
pour réapparaître
bouge de là
oh oh 
bouge
de
là.


samedi 11 juin 2022

éternité

scène du film pour l'éternité
de roy andresson


le lac est placide
et je n'ai pas envie de voyager
les oiseaux volent
d'une cîme à l'autre
ou se promènent sur pattes
dans la verdure
le printemps est bien installé
malgré les aurores fraîches
mais ensoleillées
les graines sont semées
les fleurs poussent
les papillons arrivent
et bientôt les abeilles

je suis une âme qui flotte
au-dessus de mes échéanciers
dans un corps qui souhaite vivre
et dire qu'il existe
je le mets à l'épreuve
des fois sévèrement
pour l'endurcir encore un peu
pour le ressentir

mon cerveau se déverse
en mots et en chiffres
et s'inverse en myriades de réflexions

quel est l'avenir
la politique les chiffres la technique

il n'y a pas de fin que je sache prévoir
il n'y a que les jours à passer.


samedi 4 juin 2022

cent un



cela fait cent un jours
que les ukrainiens se font bombarder
assassiner déporter violer
et anéantir leur pays

cela fait vingt ans
que l'amérique a connu une telle catastrophe
sur son sol
de façon ciblée et symbolique

cela fait soixante-quinze ans
que des peuples se détruisent
pour un tout petit territoire
situé entre deux mers

cela fait quatre-vingts ans
que la shoah a débuté
avec comme unique but
l'extinction d'une religion

cela fait des siècles que les gens meurent
sous les coups d'autres humains

et encore à cause de la cupidité
des millions meurent de faim
de froid ou de chaleur

cela fait des millénaires
que les uns écrasent les autres

cela fait plus d'un demi-siècle
que je n'ai rien vécu de tout cela
que je vis sous une bonne étoile

et je me dis chaque jour

que j'ai vraiment de la chance.


samedi 28 mai 2022

au travail

 


il était seize heures quarante-cinq
je descendais après ma douche du samedi
celle pendant laquelle je me lave les cheveux
et qui est donc un peu plus longue
que la douche du vendredi
cet après-midi là
le spot lumineux de la salle-de-bain clignotait
et le chat refusait de boire au robinet
comme il aime d'habitude le faire
la douche était chaude et faisait du bien
après notre randonnée en moto
qui s'est terminée sous un début d'averse

de la verrière je voyais l'orage
dans toute sa magnitude
et des vagues couraient sur le lac
comme une nappe que l'on secoue
puis il y a eu un mur d'eau
s'abattant sur la verrière
et ça s'est mis à couler dans les joints de métal

on a mis un seau

pendant quelques secondes
l'homme-chat a pu capturer 
un nano-métrage de la tempête au lac
on n'avait jamais vu ça

lorsque je me suis retournée
en faisant face aux fenêtres de la cuisine
et de la salle-à-manger
j'ai vu les arbres

couchés

à terre

l'électricité nous avait quittés

et l'éclaircie est apparue
pour assécher le ciel

l'homme-chat est sorti
et il est rentré en criant

c'est nous qui avons causé la panne d'électricité

des arbres du terrain étaient tombés
de tout leur long
par dessus la clôture
écrasant les fils électriques
au milieu de la rue

il a appelé l'urgence
qui l'a référé aux pompiers de la ville
et il a expliqué qu'à cause d'un fort vent
des arbres étaient tombés sur les fils
et que cela avait causé une panne de courant

nous ne savions pas alors
que nous étions plus d'un demi-million
de raccordés pas raccord
ayant perdu momentanément le courant
au plus fort de la tempête

l'homme-chat et moi avons installé
nos fauteuils dans la verrière
et nous avons lu à la clarté du ciel

en entendant du bruit dehors nous sommes sortis
et avons vu un voisin
en train de couper des troncs
pour dégager la rue
afin que les gens et les véhicules puissent circuler
il faisait cela avec sa scie à chaîne
la manipulant avec grande aisance
avançant tranquillement entre chaque coupe
avec sa jetta et son chien dedans
il était vraiment inspirant
nous ramassions les branches qu'il coupait
et les tassions sur le côté de la rue
puis nous l'avons laissé continuer

nous sommes rentrés faire quelques cocktails
avec la glace encore ferme dans le congélateur
et avons mangé du jambon et des nachos à la salsa
ce fut un souper léger et agréable
nous avons fait la vaisselle
et à un moment donné
nous avons remarqué que nous n'avions plus d'eau
la pompe du puit artésien fonctionnant à l'électricité
nous avons rempli des chaudières d'eau du lac et de la piscine
pour l'utiliser dans la chasse d'eau des toilettes
et lorsque le soir est tombé
nous n'avons allumé aucune bougie
et nous nous sommes réfugiés au lit

le dimanche matin
l'homme-chat était résolu à nettoyer le terrain
il fallait trouver une quincaillerie ouverte
pour acheter une scie à chaîne à essence
et nous trouver un café chaud

le quincailler du quartier était ouvert
ainsi que la boulangerie
et l'épicerie
les trois fonctionnant sans lumière
le plus économiquement possible
en ménageant leurs génératrices
nous avons acheté
une scie à chaîne
deux cafés et des croissants aux amandes
et trois bidons d'eau potable

de retour au chalet
nous avons pris une marche de repérage sur le terrain
pour vérifier ce que l'on pouvait faire
le chaton nous a suivis
et a grimpé dans les arbres
puis dans les souches déracinées
il semblait clairement apprécier l'expédition

l'homme-chat s'est mis à scier
tout ce qu'il se sentait à l'aise de couper
analysant ici la pente là le poids
le sens de la charge la distance et l'accès
et a suivi le conseil de tous
de ne rien toucher qui soit en contact
avec les lignes électriques
j'ai ramassé et tassé les branches
comme j'avais fait la veille

ainsi nous avons travaillé
à nettoyer notre terrain
à ramasser nos arbres
afin qu'ils ne nuisent pas
afin qu'ils ne présentent pas de danger
c'est un travail plus exigeant
que de semer des graines dans un potager
mais c'est un travail essentiel
qui nous relie directement
à notre environnement

et nous sommes revenus en ville
en croisant sur les chemins
de nombreux bénévoles
qui nettoyaient les rues
et dans la cité nous avons profité
de l'électricité et du luxe
d'une demeure connectée
au réseau d'aqueducs municipal

hydro a beaucoup travaillé aussi
depuis dimanche
ayant coupé et ramassé de nombreux arbres
remplacé des poteaux et fils brisés
afin de rétablir le courant
dans des milliers de foyers
la connexion devrait être rétablie bientôt
chez nous
nous l'espérons

mais nous nous souviendrons longtemps
de cette autre fois
où la nature nous a parlé
en pleine face
rapidement et brusquement
pour nous rappeler d'y faire attention
sous peine de sanctions.


samedi 21 mai 2022

journée



ce matin
j'ai fait une entorse à mes habitudes
je ne me suis pas mise à écrire mon billet
dès mon réveil
j'ai pris le temps de sortir dehors
faire un tour du jardin quelques minutes
et regarder le lac
ce n'était pas difficile
j'accompagnais le chat

autrement
ce sera une journée simple

je lirai et écrirai à ma'
je ferai une séance de yoga
pour dénouer mes intestins
bloqués depuis une semaine
j'ai recommencé à manger du pain et de la pizza
pleins de chips et de la glace
ça ne va pas bien du côté
de mes compulsions alimentaires
et ça me donne des maux de tête
je ne prends toujours pas d'hormones
je m'y refuse
ensuite je dessinerai un plan du quai
pour évaluer le nombre de planches
dont nous aurons besoin
pour le reconstruire
les planches étant parties avec le courant
cette semaine durant notre absence
j'irai à l'écocentre
tester le niveau de corruptibilité du gardien
pour délester notre remorque
pleine des morceaux d'un vieux spa
que l'homme-chat et nico
ont démolli dans le studio
en haut du garage
j'irai chercher du bois
à transporter dans la remorque
je m'assoirai ici
devant mon ordinateur
et de nombreux textes
pour continuer notre présentation orale
travail d'équipe de la session
je ferai un peu de tricot
j'irai marcher ou courir si j'en ai le coeur
je lirai
je regarderai pleuvoir
et pourquoi pas jouer au billard
je nourrirai et caresserai le chat
et puis l'homme-chat aussi
bien qu'aujourd'hui
c'est lui qui me nourrira
je mangerai des chips et de la glace
si j'en ai envie
ce n'est pas si maladif que ça

et je n'ai pas d'autres projets
pour l'instant
et le tout s'enchaînera
selon l'humeur du moment
et le réveil de l'homme-chat
tel une valse

un samedi clair
comme il me plaît

amen.

samedi 14 mai 2022

perdrix


photo : philippe richelet

je me souviens d'avoir pleuré de joie
après avoir lu
le temps des récoltes
en juin vingt vingt-et-un
j'ai tout de suite écrit
à élisabeth cardin
que je ne connaissais pas alors
en lui disant mon émotion

je ne me souviens pas du contenu exact de son essai
mais j'ai eu une vague impression alors
que ce qu'elle disait
était pour moi une voie à suivre

elle y parlait d'alimentation
et de territoire
et aussi de savoirs ancestraux
qu'on avait tout intérêt à préserver

ça adonnait bien
notre deuxième été de pandémie
allait débuter
et on venait de s'acheter une parcelle de terre
avec habitation à la campagne
c'était tout désigné
pour que je renoue simplement
avec le temps qui passe
à marcher dehors et dans le bois
à regarder 
à apprendre à tisser
à faire un herbier
à découvrir les plantes autour de moi
à cueillir les plantes médicinales
à laisser pousser la flore

elisabeth m'avait inspirée
ce discours donnait tout d'un coup
un sens à ma vie
quelque chose de concret à faire
pour passer du rôle de consommatrice
à celle d'agente de changement

pour participer

évidemment je n'ai rien fait de tout cela
ou si peu

j'ai acheté et lu
pleins de trucs qu'elle référait
pierre perrault pour commencer
puis dominic lamontagne
puis un manuel du tout faire soi-même
du reader's digest
que je recommande à tous d'ailleurs
j'ai acheté et consulté un beau recueil de motifs de tissage
j'ai recommencé à tricoter
j'ai marché plusieurs fois dans la forêt
j'ai découvert quelques plantes sur le terrain
j'ai vu les bernaches
les dindons sauvages
les canards
les pics-bois
les corneilles
les oiseaux dont je ne connais pas le nom
les hirondelles
le lièvre
les écureuils
et les arbres mangés par les castors
j'ai appris à différencier
les cèdres des sapins et des pins
je me suis baignée dans le lac
j'ai marché sur la glace du lac
j'ai vu les champignons pousser
sous les feuilles mortes
entre les deux grands pins
j'ai ramassé des cocottes
j'ai fabriqué des cosmétiques
et des produits ménagers écologiques
j'ai récupéré des meubles de seconde main
j'ai acheté d'autres meubles usagés
j'ai cuisiné

et j'ai lu l'érable et la perdrix
ce qui m'a donné grand faim

et puis un an plus tard
bam

élisabeth revient
toujours cohérente avec son désir
de changer le monde
une bouchée à la fois
avec son inspirant balado
et le manifeste qu'elle a écrit et signé
pour le réseau des fermiers de famille

et justement
l'homme-chat démarre un potager cet été
je ne voulais pas de cette pression
car on est en campagne qu'à temps partiel
je ne prévois que des déceptions
j'ai peur de voir tout sécher par manque d'arrosage
dépecé ou dérobé par les corneilles
pendant nos séjours en ville
et mon époux me répond qu'on ne s'inquiète pas
on fait cela pour s'amuser
et on verra

il est clairement plus relax que moi
par rapport à ces choses-là
je ne suis pas du tout sereine

en une seule petite année
malgré le contact accru avec les arbres et le ciel
j'ai repris le rythme endiablé
de la pré-pandémie
le rythme où tout doit être parfait
où la réussite est un objectif à atteindre

je sais qu'élisabeth ne m'en voudra pas
d'y aller un pas à la fois
puisque chaque petit geste compte
comme elle le dit si bien

cette jeune femme de trente-huit ans
contient en elle la sagesse du monde
en explorant l'univers pour y trouver sa place
son savoir se révèle
sous différentes formes
et elle nous le livre en poésie
en réalisme pragmatique
en idéalisme possible
et avec une fraîcheur printannière
elle m'apprend la résilience
en toute bienveillance

c'est une belle source de bonheur
notre fougueuse perdrix.

écoutez-la
attentivement

lisez-la
ici
ici
et encore ici.

samedi 7 mai 2022

adrénaline

 


faire du sport a toujours été pour moi
un exercice fastidieux
je suis le contraire
d'une sportive naturelle
cela me demande de l'effort
et ne me plaît que rarement
je le fais par pure obligation
parce que je sais que j'en ai besoin
pour être en santé

j'aime sortir jouer dehors
mais il faut que cela reste
dans l'ordre du plaisir
il ne faut pas que cela soit forçant
je mets assez d'efforts
dans d'autres sphères de ma vie
je veux que cela reste agréable

mais à faire du sport agréable
je n'obtiens pas grand résultat
sauf de me faire plaisir
au même titre que lorsque 
je mange un bol de chips

alors quand mon corps décide de lui-même
une ou deux ou six fois par année
que ça suffit
qu'il a envie de bouger
alors j'y vais
sans trop réfléchir
et je me laisse porter par l'élan

j'aime courir
j'aime l'idée de courir
comme j'aime l'idée d'aimer courir
j'aime la facilité de ce sport
surtout depuis que je ne porte plus de montre
ni de bébelles à tout faire
je ne porte que des godasses
un téléphone
ma carte d'assurance-maladie
et ma clé de maison

je pars
quand je ne veux pas courir
je marche
et des fois
je me force un peu quand même
en me souvenant
que j'ai déjà couru
des demi-marathons

je suis fière de chaque kilomètre parcouru
et je sais que je ne me fixerai plus d'objectifs
car je ne tiens plus mes promesses sportives
depuis déjà cinq ans
je préfère être réaliste
me pousser juste un peu
mais pas trop pour m'envoyer moi-même promener

bref
il n'est pas simple de me motiver
et djieu sait que j'ai grand besoin de bouger
j'aimerais tellement aimer ça
mais non voilà
mon corps est tellement paresseux
plus que ma tête encore
mais j'ai arrêté de me culpabiliser
je me contente plutôt de me féliciter
lorsque j'arrive finalement à bouger

ce matin je n'irai pas courir
je me suis levée trop tard
j'irai faire le tour du jardin avec le chat
me terrer pour lire des livres de classe
et sortir jouer dans le potager
avec mon amoureux

j'attends avec sérénité
ma prochaine poussée
d'adrénaline
qui me prendra encore
par surprise.

samedi 30 avril 2022

miscellanée

 


je n'ai rien à raconter ce matin
et j'écris pour le plaisir
sans volonté aucune
d'organiser mes pensées

je viens de terminer hier
une session scolaire
qui a été pour le moins éprouvante
des difficultés au sein de l'université
ont causé confusions et délais de livraison
pour l'enseignant
et du stress indu
tant pour lui que pour ses étudiants
nous n'avons reçu aucune de nos notes
pour les examens passés en février et en avril
et nous venons de remettre
notre travail de session

il fallait que cela finisse
ma prochaine session
débute mardi prochain

j'ai réussi un autre examen au travail
qui me vaudra possiblement
un changement d'emploi
et une promotion
dans quelques mois
on verra bien
peut-être devrais-je même sortir de la maison
et aller travailler sur une autre rive
avec de vraies personnes
pourquoi pas
je n'ai pas peur du changement

et en parlant de changer d'emploi
comme nous caressons toujours le rêve
d'aller vivre à san francisco
j'ai soumis deux autres candidatures
pour des postes à cet endroit

je n'ai donc rien d'autre d'intéressant
à raconter ce matin

ah oui bien sûr
c'est l'anniversaire de mon petit frère aujourd'hui
il fait beau et on pique-niquera ce midi
avec tout le clan lo 
dans un parc du voisinage
j'ai bien hâte

tout de suite après ce billet
j'irai balayer les feuilles mortes sur la terrasse
pour l'aménager pour la belle saison
sortir la peinture des moutons
et la placer au-dessus du banc
déposer le tapis gazon
et les petites chaises bleues
ce sera coloré 
et j'irai ramasser les déchets
sur le parterre en avant aussi
il faut accueillir mai en grand

ce juillet
je célébrerai le quinzième anniversaire
de ce blogue
l'adresse virtuelle où mon existence nuagique a débuté
je vous inclus le lien vers mon premier billet ici
j'y écrivais alors quand bon m'y semblait
des fois souvent
et après plus sporadiquement
ce n'est que depuis septembre deux mil treize
que j'y écris chaque samedi
comme un exercice que je m'imposais
dans le cadre de mon certificat en création littéraire
que j'ai abandonné
à la faveur d'études en comptabilité
j'ai conservé le rythme hebdomadaire
c'est comme un journal régulier
où l'on suit le fil de mes pensées

de deux mil neuf à deux mil treize
j'ai également écrit quelques billets cochons
qui sont franchement bandants
vous pourrez les lire ici

je lis l'avant-dernier roman
d'alain farah depuis hier
il me fait tellement rire
j'adore cette écriture
rapide intelligente et moderne

j'admire les auteurs et autrices
je ne sais plus comment dire ce féminin
j'ai tellement envie d'écrire des fois
et je n'ai tellement pas envie
de m'atteler pour écrire
j'écris dans ma tête
et ici pour l'instant
et cela me suffit

il fait beau dehors
j'y vais
bonne journée.